Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Lazio

Sergej Milinković-Savić, le grand tournant

Après s'être mis l'Italie dans la poche la saison dernière, le grand Sergej aurait entre autres attiré les convoitises estivales du Real Madrid, Manchester United, Chelsea et même de la Juventus, qu'il retrouve ce samedi soir sur la pelouse de l'Allianz Stadium. Mais devrait finalement enquiller une quatrième saison de rang à la Lazio, où il devra prouver qu'il était décidément beaucoup plus que le tube d'une année.

Modififié

Il faut croire que certains poncifs reflètent toujours une part de vérité. À en croire à peu près n'importe quel joueur, entraîneur et même supporter, « tout va très vite dans le football » et à regarder de plus près la drôle de carrière de certains phénomènes, on a parfois envie de hocher docilement de la tête. Il y a trois ans, Hatem Ben Arfa dansait sur la Ligue 1 avec l'OGC Nice avant de faire des pieds et des mains pour retrouver un club aujourd'hui. Lors de l'exercice 2016-2017, c'est Andrea Belotti et ses 26 buts en Serie A qui affolaient la Botte, était valorisé à 100 millions d'euros par son président Urbano Cairo, avant d'effectuer un exercice suivant beaucoup plus quelconque, en facturant douze buts en championnat. « Tout va très vite dans le football » , alors Sergej Milinković-Savić a manifestement décidé de prendre son temps. En continuant son bout de chemin dans le Latium.

Les appétits de Lotito


La partie n'était pourtant pas gagnée d'avance. Cet été, le géant serbe aurait été dragué par le Real, Manchester United, Chelsea, la Juventus et même l'AC Milan. Pas de pot pour ses prétendants, le dossier Milinković-Savić s'annonce corsé. Notamment parce que le président laziale, Claudio Lotito, a sa petite idée fixe sur la valeur financière de son poulain. « Sergej est le meilleur jeune joueur du monde, avec un énorme potentiel... Combien a été vendu Paul Pogba à Manchester United ? 105 millions d'euros ? Donc, Milinković-Savić vaut plus, car il est beaucoup plus fort... Je ne fais pas pression pour le vendre, mais si vous me demandez combien il vaut, alors je me souviens que l’an dernier, le 29 août, j’ai refusé une offre de 110 millions d'euros... »



Mercredi 22 août, le responsable de la communication de la Lazio, Arturo Diaconale, en rajoutait une couche : « Est-ce que le Real Madrid a des chances de recruter Milinković-Savić avant la fin du mercato estival ? Je sais que des propositions importantes ont été refusées par le président, mais c'est à 99% impossible. » Même son de cloche du côté de l'entraîneur biancoceleste, Simone Inzaghi : « J’ai parlé avec le club qui voulait le retenir, mais aussi avec le joueur, qui a manifesté son envie de rester. » De fait, le Serbe aura semble-t-il géré sa drôle de période estivale avec beaucoup de sérénité, en affirmant dès la fin juillet à des fans laziali qu'il comptait bien rester dans la Ville éternelle, au moins pour une saison de plus.

Le plus dur est à venir


Le choix de la raison, pour un talent qui n'a sûrement pas fini de grandir et de mûrir. Une progression qui sera sans doute plus facile à effectuer du côté de la Lazio que dans un club de l'élite européenne, où le Serbe devra débarquer comme un produit fini, techniquement et mentalement. Car pour l'instant, à 23 ans, Sergej Milinković-Savić n'a que deux saisons réellement probantes dans les pattes : sa seconde année à la Lazio en 2016-2017, où il a gagné sa place dans le onze type, puis son exercice 2017-2018, où il a véritablement explosé, inscrivant douze pions en Serie A et en prenant le pouvoir sur l'entrejeu biancoceleste.


La saison en cours doit donc être celle de la confirmation, tant pour Sergej que son Mister, Simone Inzaghi, dont les talents de tacticien se sont révélés à l'Italie toute entière la saison dernière. Le frère de Super Pippo a d'ailleurs prévenu son monde d'avance : «  Cette saison sera encore plus difficile pour nous... » Plus difficile sur le plan collectif, notamment, car la Lazio a perdu le pilier central de sa défense, Stefan de Vrij, mais aussi individuellement pour Milinković, qui a placé la barre très haut la saison dernière.

Virage décisif


Outre ses douze buts, le Serbe avait déployé toute sa panoplie de milieu box to box, capable de faire la différence aux deux extrémités du terrain : il a été le deuxième joueur à tenter le plus de dribbles et le plus de tirs, le quatrième meilleur tacleur du club avec 55 interceptions réussies et enfin celui qui avait le plus provoqué de fautes (52). Pour l'heure, le milieu biancoceleste ne s'est pas encore mis au diapason de ses anciens standards.

Face au Napoli samedi dernier, il a livré une partition insipide, en perdant notamment 23 ballons. Pas de quoi pacifier l'ambiance plutôt crispée du côté de la Lazio en ce début de saison, alors que les médias italiens ont relayé un échange téléphonique tendu entre Lotito et Inzaghi, juste après la défaite face aux Partenopei : «  Simone, tu te plains toujours de tout, de tout ! Alors que tu as une équipe dont la valeur vaut dix fois celle des autres » , aurait notamment déclaré le président de la Lazio. Pour entortiller la Juventus ce samedi, Inzaghino ne se fait sans doute pas d'illusion : sa Lazio aura besoin que Milinković-Savić lance réellement sa saison. Histoire de montrer qu'il a les tripes et l'envie pour bien négocier son dernier virage au sein du club laziale.

Par Adrien Candau Tous propos issus de la Gazzetta dello Sport et Sky Sports
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5