Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Salzbourg-Marseille (2-1 ap)

L'OM au bout de la nuit

Marseille s'impose contre Salzbourg en demi-finales de Ligue Europa après 120 minutes de souffrance, seulement adoucies par une reprise de volée sur un corner (inexistant) de Rolando. L'OM sait gagner en perdant, place à l'Atlético, le 16 mai prochain à Lyon.

Modififié

RB Salzbourg 2-1 Olympique de Marseille

Buts : Haidara (53e), Sarr csc (66e) pour Salzbourg // Rolando (116e) pour l'OM

Quand on le regarde au ralenti, il y a finalement tout dans ce but. D’abord, le coup de chance au bon moment, puisqu'il n’y avait pas corner. Ensuite, le corner de Payet, point faible remarqué du RB Salzbourg dès les premières minutes. Enfin, la reprise improbable d’un type entré en début de prolongation, Rolando, heureux de voir le ballon lui tomber divinement sur le pied. Marseille a souffert, Marseille a douté, Marseille s’est arraché, une fois de plus. Et Marseille, en conséquence, est qualifié pour sa cinquième finale de Coupe d’Europe. Historique, en attendant la suite.

Le Grand Bleu

Cette rencontre sentait la poudre, raison peut-être pour laquelle le coup d’envoi avait été lancé sous la brume qui suit en général les coups de canon du Black Pearl dans Pirates des Caraïbes. Ou le craquage de fumigènes, c’est au choix. Non, comme une Elizabeth Swann qui aurait déjà une main et demie sur son William Turner, l’OM souffle le chaud et le froid. Alternativement. Subtilement. Dix premières minutes pleines d’intensité pour montrer ses intentions, puis on relâche : extérioriser son intérêt, c’est rompre une partie du charme. Alors après les coups de pied arrêtés dangereux, à commencer par ce coup franc malicieux de Payet atterri maladroitement sur la poitrine d’Ocampos (6e), Marseille décroche l’ancre et se stoppe en pleine baie.


Largement en difficulté sur ses flancs babord et tribord, Salzbourg vise de son côté la proue et pique au centre, Dabbur en amiral (13e). En réalité, on en fait beaucoup, mais c’est pour combler pas mal de vide. Parce qu’à défaut de la folie proposée dans le passé, Autrichiens et Français se rendent timidement quelques coups de fleuret, pas aidés par le public endormi de la Red Bull Arena et la musique classique diffusée à l’entrée des joueurs en début de seconde mi-temps. Au fil des passes latérales, l’impression flottante que l’OM est à l’abri devient palpable. Payet surnage. Lopez navigue avec talent. Juste un but, et c’est terminé.

Rangez les baigneurs

Tonnerre de Brest, c’est un avis de tempête. À peine repartis en mer, voilà que Marseille boit la tasse. Jack Haïdara Sparrow se démerde tout seul pour partir à l’abordage et griffer de son épée dans tous les sens, trouant les filets (de pêche) de Pelé au bout de sa folle cavalcade (1-0, 53e). Paradoxal : la brume de l’entame s’est dissipée, pourtant les spectres font leur apparition. Celui des trois buts collés à la Lazio au tour précédent par le RBS, mais aussi celui de la fébrilité marseillaise, intimée aux alentours d’une heure de jeu brûlante (si seulement Dabbur savait faire des madjers...), et confirmée dans la foulée. Bouna Sarr marque contre son camp et remet donc les deux pirates à égalité sur la planche savonnée (2-0, 66e).


Pire, l’OM fait maintenant dos à l’océan, sauvé comme par hasard par les ailes déployées d’un albatros (71e). Le commandant Garcia mâchouille son bonnet, fait du poste pour poste. Il se fait un sang d’encre. C’est un numéro d’équilibriste, chaque coup de lame peut être fatal. Fatales aussi, ce sont les décisions arbitrales, largement remises en question par un Denis Balbir à deux doigts de descendre sur la pelouse pour arracher la tête de M. Karasev. Y avait-il penalty pour Marseille ? Probablement. Njie a-t-il l’habileté technique d’un requin marteau ? Probablement. La place en finale se jouera-t-elle en prolongation ? Sûr.

Délivrance

Nous y voilà, donc, l’insolite débutant par une reprise de volée des vingt-cinq mètres de Zambo Anguissa, puis un arrêt de maboule de la volaille postée dans les cages olympiennes (99e). Comme quoi sous les vagues, même une poule mouillée peut faire le taf. Les forces sont ailleurs, moins dans les jambes, plus dans la tête. Haïdara a des crampes. Zambo aussi. Et puis Rolando, entré là presque anonymement, a surgi. On notera le carton rouge de Haïdara quelques secondes plus tard, histoire de compléter petitement le récit d'une rencontre à marquer d'une pierre blanche. Marseille est en finale, bordel ! Jean-Michel Aulas peut trembler.



RD Salzbourg (4-3-1-2) : Walke - Lainer, Silva, Ćaleta-Car, Ulmer (Pongračić, 97e) - Haïdara, Samassékou, Berisha - Schlager (Minamino, 84e) - Dabbur, Gulbrandsen (Hwang, 69e). Entraîneur : Marco Rose

Olympique de Marseille (4-2-3-1) : Pelé - Sarr, Rami, Gustavo, Amavi - Lopez (Anguissa, 66e), Sanson (Rolando, 101e) - Thauvin, Payet, Ocampos - Germain (Njie, 84e). Entraîneur : Rudi Garcia


  • Résultats et classement de la Ligue Europa

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
    Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
    Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17
    À lire ensuite
    Les notes de Salzbourg