Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 27 Résultats Classements Options
  1. // Une histoire vraie

Quand Avellino renaissait après un séisme

Motif d'espoir en cette période sombre : on peut renaître après une catastrophe. C'est l'histoire d'Avellino. Aujourd’hui en Serie C, le club de Campanie n’a en effet pas toujours eu la vie facile. Il y a une quarantaine d'années, un terrible tremblement de terre était venu chambouler le quotidien de ce club.

Modififié
L'Italie compte chaque jour ses victimes. L'épidémie de coronavirus bat son plein, essentiellement en Lombardie, le plus gros foyer en Europe. Face à cette crise sanitaire, le pays est à l'arrêt total, et les clubs de foot sont en stand-by, avec l'espoir que la saison puisse reprendre dans quelques semaines. Le renouveau après la catastrophe, la vie après l'angoisse, l'espoir d'un ciel qui redevient serein. Si elles sont aujourd'hui généralisées au pays entier, voire au monde entier, ces sensations ont déjà été éprouvées par certaines équipes de football, notamment en Italie. Intéressons-nous ainsi au cas d'Avellino, club situé en Campanie, non loin de Naples. Cela se passe au tout début des années 1980.

Cinq points de pénalité


Cette époque-là (toute fin des années 1970), en Italie, est marquée par un événement majeur. Le scandale Totonero.
Se maintenir parmi l’élite semble une mission quasi impossible pour ce club qui, mine de rien, n’en était alors qu’à sa troisième saison en première division.
La saison 1980-1981 est d’ailleurs une saison un peu particulière puisque, sur la ligne de départ, on ne retrouve ni l'AC Milan ni la Lazio, tous deux relégués administrativement en Serie B à la suite de cette affaire de paris et de matchs truqués. Certains clubs s’en sont mieux tirés, mais doivent tout de même commencer la saison avec une pénalisation. C’est le cas d’Avellino, à cause de l’implication dans le scandale de plusieurs joueurs : Stefano Pellegrini (suspension de six ans pour lui, la sentence la plus lourde de l’intégralité du Totonero), Franco Cordova (un an et demi) et Claudio Pellegrini, finalement absous. Les Lupi, promus pour la première fois en Serie A en 1978, viennent d'obtenir deux maintiens consécutifs probants, avec une 10e place en 1979, et une 12e position en 1980. Ils débutent toutefois la saison 1980-1981 avec cinq points de pénalité, ce qui, à l’époque, représentait un sacré gouffre, puisque la victoire ne valait que deux points. Se maintenir parmi l’élite semble donc une mission quasi impossible pour ce club qui, mine de rien, n’en était alors qu’à sa troisième saison en première division. Et qui comptait dans son effectif des jeunes joueurs encore inconnus : Stefano Tacconi, Andrea Carnevale, Juary ou encore Benianimo Vignola.



Pourtant, le 14 septembre 1980, lors de la première journée de Serie A, Avellino réussit son premier coup. Les joueurs de Luis Vinicio, ancien coach brésilien du Napoli et de la Lazio, s’imposent 2-1 à Brescia. Un succès qui va donner de l’enthousiasme à tout le monde pour la suite de la saison. Le 19 octobre, au terme de la cinquième journée et du match nul 0-0 sur la pelouse du Torino, Avellino passe enfin au-dessus du zéro. La saison peut véritablement se lancer. Commence alors une course folle vers le maintien, avec les autres clubs qui avaient déjà pris pas mal d’avance. Mais le vrai tournant de la saison va avoir lieu le 23 novembre 1980. C’est un dimanche. Une journée ordinaire de Serie A, a priori. Ce jour-là, Avellino s’impose 4-2 face à Ascoli. Cela aurait pu être une journée de célébration et d’allégresse. Mais à 19h34, quelques heures après le match, un terrible tremblement de terre va venir bouleverser le quotidien des joueurs, de toute une région et de tout un pays.

« Quelle belle victoire contre Ascoli »


Il est donc 19h34 lorsqu'un séisme de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter frappe toute la zone de la Campanie centrale et la Basilicate centre-septentrionale. Une zone qui fait plus de 17 000 km2. La secousse dure 90 secondes. Une éternité. Et elle va ravager toute la région. Le bilan est tout simplement dramatique : 280 000 sans-abri, 8850 blessés et 2735 morts.
Vidéo
Il s’agit là du tremblement de terre le plus meurtrier en Italie depuis celui de 1915, dans les Abruzzes. La ville d’Avellino est touchée, en plein cœur.

Salvatore Di Somma, défenseur et capitaine de l’équipe, se trouvait sur place lorsque la tragédie a eu lieu. Il se souvient encore de l’atmosphère qui régnait. « C’était une situation dramatique. Il y avait des morts qui gisaient sur le sol,
« Salvatore, c’est terrible ce qui vient de se passer... Mais quelle belle victoire nous avons obtenu contre Ascoli. »
des gens qui tentaient de sortir des personnes de leur famille des décombres. Et il y a une chose que je n’oublierai jamais. Une vieille dame, sur la piazza Libertà, était en train de pleurer ceux qu’elle venait de perdre. Je me suis approché, elle m’a reconnu, et elle m’a dit :
"Salvatore, c’est terrible ce qui vient de se passer... Mais quelle belle victoire nous avons obtenu contre Ascoli." À ce moment-là, j’ai compris ce que l’équipe allait représenter lors des mois suivants » , raconte-t-il.

Le maintien comme un Scudetto


Effectivement, Di Somma ne se trompe pas. Dans une ville et une région dévastées par le séisme, l’équipe de foot d’Avellino va devenir le rayon de soleil. Celle à qui se raccrocher pour garder le sourire. Les joueurs se sentent alors porteurs d’une mission.
« Ce jour-là, nous avons gagné le Scudetto. »
Et ils vont se transcender. Entre le 28 décembre et le 1er février, la petite équipe réussit des performances incroyables, avec des matchs nuls obtenus à domicile contre la Juventus, et sur les pelouses de l’Inter et de la Roma. Le maintien devient de moins en moins un mirage après le succès 3-0 face au Torino lors de la 18e journée. Le 24 mai, on joue la dernière journée et la situation est dingue. Perugia et la Pistoiese sont déjà relégués. Il reste une place dans le wagon qui mène à la Serie B. Une place que peuvent encore mathématiquement occuper... six équipes !


Or, la tâche d’Avellino semble impossible, puisque les joueurs de Vinicio reçoivent la Roma, deuxième du classement à un point du leader, la Juventus.
Vidéo
Et pourtant, Avellino va le faire. Grâce à un but de Massimo Venturini resté gravé dans l’histoire, le club réussit à obtenir le nul, 1-1, contre les Giallorossi. Grâce à ce petit point, Avellino obtient son maintien en Serie A, provoquant des scènes de liesse dans une ville encore ravagée par le séisme. « Ce jour-là, nous avons gagné le Scudetto » , se rappelle Di Somma. 39 ans après, Avellino est en Serie C, et campait la 10e position avant l'interruption. Mais en ces périodes sombres pour l'Italie, ils sont nombreux, là-bas, à se remémorer avec nostalgie et espoir que le football avait contribué à la renaissance de la ville.

Par Éric Maggiori