Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Pourquoi Pastore doit revenir à Palerme

Il y a dix ans, le 16 avril 2011, Palerme s'imposait contre la Roma 3 à 2. S'il ne marque pas ce jour-là, Javier Pastore est étincelant dans l'attaque sicilienne aux côtés d'Abel Hernández et de Mauricio Pinilla, et confirme, à 21 ans, son statut de star montante, quelques mois après avoir été élu meilleur jeune joueur de l'année 2010 en Serie A. Dix ans plus tard, le prodige argentin est passé du côté romain, et à 31 ans, les perspectives d'avenir d'El Flaco sont aussi maigres que son surnom. C'est maintenant une urgence : il faut sauver le soldat Pastore. Et ça tombe bien : l'escadrille Palerme aurait bien besoin d'un coup de main.

Modififié
Depuis quelques jours, c'est devenu LA vanne à la mode en Italie : Javier Pastore a joué au foot ! « L'homme qui coûte cinq millions d'euros par minute est décisif : il a trouvé une touche ! » « Une semaine après Pâques, Pastore est de retour parmi les vivants. » Après dix mois d'absence et une dernière apparition sur les terrains le 28 juin 2020 contre le Milan, l'ancien Parisien a grappillé quelques minutes (quatorze précisément) contre Bologne et le Torino en championnat, assistant entre les deux rencontres à la qualification poussive des siens en Ligue Europa face à l'Ajax des tribunes, la Roma n'ayant pas jugé bon de l'inscrire sur la liste pour la C3. Peu importe, les blessures ont (pour l'instant) laissé tranquille le pauvre Pastore, dont le spleen reste apparent. À 31 ans, à quoi ressemblera la suite pour l'esthète argentin ? Dur à dire, même si son contrat à la Roma court encore jusqu'en 2023 (!). Reste que l'heure n'est pas encore venue de le voir tirer sa révérence. Pas maintenant. Les supporters de Palerme, auxquels il a fait vivre une saison féérique en 2010-2011, ne diront pas le contraire.

De héros à zéro, vraiment ?


Non, Javier Pastore n'a pas passé sa carrière à décliner, passant du statut de pépite en puissance à celui de boulet pour son entraîneur. Ce serait trop réducteur, voire même carrément faux. En vérité, le milieu offensif a toujours été le même joueur : parfois génial, trop souvent décevant, toujours inconstant. Une phrase prononcée par l'un des commentateurs de beIN Sports un soir de PSG-Chelsea en avril 2014 après un slalom dantesque d'El Flaco peut résumer la carrière du principal intéressé : « C'est une énigme, c'est un mystère, ce joueur ! Quand on est capable de faire ça dans une défense comme celle de Chelsea, mais fais-le avant, fais-le tout le temps ! »



Un souhait qui a brulé les lèvres de tous les supporters du PSG ce soir-là, et tous les autres soirs où Pastore a montré que, parfois, il pouvait être plus fort que tous les autres. Un souhait qui, sans doute, est passé dans la tête des supporters de la Roma au moment de voir l'Argentin débarquer en 2018. Sans succès, malgré quelques fulgurances, pour changer. Il y a près d'un an, Ángel Cappa, son entraîneur à Huracán en début de carrière, théorisait au micro de Late FM sur la déception Pastore : « À Palerme, il jouait toujours au même niveau que celui de l'Huracán. Après ça, il a tout perdu pour devenir un joueur professionnel. Ça lui faisait du bien de se sentir amateur, c'est en tout cas ce que je pense. Je n'ai plus jamais revu ce Pastore au PSG ou à la Roma. »

Palerme, le terrain parfait pour enfin se libérer


La solution, dès lors, paraît toute trouvée : revenir là où tout allait encore bien, où El Flaco était le leader technique d'une équipe en pleine bourre. Et si c'était aussi simple que ça ? Personne en Serie A ne veut plus d'un Pastore qu'on considère comme fini ? Ça tombe bien, Palerme n'y est plus, en Serie A. Depuis le départ de son Javier adoré, le club rosanero vit un enfer : deux relégations en Serie B en 2013 et 2017 ; une rétrogradation en Serie C en 2019 ; et une liquidation suivie d'une relégation en Serie D la même année à la suite d'un imbroglio. Le 23 juillet 2019, l'Italie a assisté à la naissance d'un nouveau club, sous le nom de Società Sportiva Dilettantistica Palermo, avec un nouveau logo et de nouveaux propriétaires. Près de deux saisons plus tard, Palerme végète dans le ventre mou de son groupe en Serie C (9e), la troisième division italienne. Qu'il semble loin, le début des années 2010, où Palerme éblouissait la Serie A et se qualifiait pour l'Europe !




D'un côté, nous voilà donc avec un joueur en perdition, pour ne pas dire en échec, et dont l'avenir dans le foot est incertain. De l'autre, un club reparti de zéro qui peine à retrouver sa gloire d'antan. Imaginez un peu le tableau : Pastore, 32 ans en juin, qui met de côté le prestige pour retourner dans un club qui l'a toujours adulé, et qui ne l'a jamais vraiment oublié. Un club tombé si bas qu'il ne lui imposera aucune exigence, aucun pression, si ce n'est celle de câliner le ballon sous le maillot rose. Le retour au pays du fils prodigue avec une mission très simple : aider Palerme à retrouver la Serie A. Certains diront que cette histoire a des airs de mauvais scénario hollywoodien, voire de douce utopie dans un monde dirigé par les billets verts et le cynisme. Mais à l'heure où le romantisme n'a (presque) plus sa place dans le football européen, on a envie de rêver. Un peu comme ce soir d'avril 2014 où le Parc des Princes avait chaviré de bonheur grâce à un coup de baguette magique de Javier Pastore.

Maurice de Rambuteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 09:38 LOTO du mercredi 27 octobre 2021 : 14 millions d'€ à gagner !
Hier à 17:03 Auvergne : un arbitre doit passer un alcootest après un match de U18 64 Hier à 16:49 Le président de l'ASJ Soyaux dément les accusations de Samantha Johnson 19
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi
Hier à 11:11 Joey Barton dans la tourmente après ses propos sur l'Holocauste 159 Hier à 10:29 L'avocat de Maradona assure que sa mort est due à un mauvais traitement médical 23