Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Célébration de Manchester United

On était à la parade mancunienne

Vexés en mai dernier, tabassés par le scénario qui avait élu Manchester City champion d'Angleterre, les Red Devils paradaient une dernière fois. Avec du monde, des chants, des pancartes et même l'ombre d'Eric Djemba-Djemba.

Modififié
Les bobbies sont un peu plus présents en ville. Les rues sont un peu trop animées pour un lundi pas très chaud, avec un orage au goûter, et un vent à décorner Anne Sinclair. Manchester doit pourtant mettre ses habits de parade pour célébrer un nouveau titre, son coach et un roux. On entend deux hélicoptères tourner autour de la ville. L'événement est retransmis en direct sur internet, la chaîne du club et les principales chaînes anglaises.

« Ferguson, ça me fait plus d'effet que Mickey »

Pendant qu'en ville, les fans font un stop pour chanter devant la boutique de Manchester City, plus de 20 000 personnes se sont massées sur la Matt Busby way, devant Old Trafford. Capacité maximale atteinte à 17 heures, 1h30 avant le début des hostilités. Au menu : 2,6 miles de route jusqu'à Albert Square, face à l'hôtel de ville. « D'habitude, c'est un peu con, un peu niais une parade. Mais, là, y a pas à dire, Ferguson, ça me fait plus d'effet que votre Mickey à Disneyland là ! » théorise ce fan avec le maillot floqué sobrement « 20 » , sans nom – « pour van Persie et les titres de Ferguson, non mais t'imagines les types un peu ?! » . Les écrans géants de part et d'autre de la scène retransmettent le direct de MUTV. Un speaker au micro beaucoup trop fort chauffe un peu le public, en égrainant quelques recrues notables de Ferguson. Entre des Jaap Stam, Roy Keane, van Persie, Van Nistelrooy, Cristiano Ronaldo, le nom d'Eric Djemba-Djemba s'incruste dans la liste. La foule siffle gentiment et se marre. Dwight Yorke aussi, toutes dents dehors qui consulte pour la Sky, costard et baskets en toile, sur une estrade privilégiée. Tout autour de la place, c'est le Roudourou : du monde au balcon dans les apparts avec vue sur la scène.

Rooney sifflé

Dans le ciel désormais complètement bleu, le bruit des hélicos se rapproche. L'ambiance monte d'un cran. A 19 heures, les flics verrouillent Albert Square. Full. Sur les écrans géants, alors que Wayne Rooney subit quelques huées, le bus fend une foule impressionnante, plutôt disciplinée, tout au long du parcours. Albert Square sera un peu plus turbulente. Lampadaires, arbres, barrières ou le camion de loc' de la production Sky : tout est prétexte à se percher. The Courteeners montent sur scène. Ces mecs du coin ont la grosse cote en Angleterre, au Japon et auprès de Morrissey. Réglé à la minute, le band envoie deux titres avant de conclure sur « Not Nineteen Forever » , au moment où le bus à impériale arrive à destination, à 20h. Timing nickel. On dégaine les fumigènes, les pancartes « RIP City » , ou le drapeau trop anticipé et ironique « City 2013 winners' cup » . Après 15 minutes à saluer la place d'Albert, joueurs et staff prennent place sur le podium. Sir Alex Ferguson fait un petit discours, évidemment plein d'amour. Dans le public, Ben, 5 ans, explique à sa manière son admiration pour Ferguson : « Moi, je l'aime bien parce qu'il aime bien les chewing-gum comme moi » . Scholes se fait discret, comme à Old Trafford dimanche, même si c'est aussi un peu son jour. Rio Ferdinand, avec sa casquette Five, force un peu les choses en entonnant le chant «  He scores goals, galore, he scores goals ! Paul Scholes » . Sur l'estrade presse, les yeux semblent inquiets. Derrière eux, une barrière a sauté et a créé une brèche dans laquelle s'est engouffrée une centaine de fans. Des fans qui mettent à dure épreuve cette estrade solide comme un escabeau. Les Anglais n'aiment pas trop ce genre de mouvements de foule. Trop de mauvais souvenirs. Le mec de la BBC essaie de faire barrage tant qu'il peut mais les fans affluent de partout. Cela n'épargnera pas une de ses caméras. Les bobbies mettent une dizaine de minutes à se pointer avant d'évacuer énergiquement les « intrus » , bien houblonnés mais courtois, sans violence ou volonté de se faire une vitrine, de piquer du matos ou autre. « Moi, je voulais voir de plus près la meuf de la Sky. Tu la connais ? Elle est bonne hein ! » demande Marvin, un fan romantique.

Les parents des enfants en pleurs sont attendus au pied du podium

Après 20 minutes sur scène, deux rappels assumés par Ashley Young, van Persie, Evra, Ferdinand, Smalling en béquilles, l'ensemble du club disparaît pour goûter à la réception du Maire. Pour la plus grande déception des supporters qui en espéraient un peu plus, après plus de 2 heures d'attente. « Les joueurs ne repartiront pas en bus. Veuillez quitter la place s'il vous plaît, dans le calme. Les festivités sont terminées » , prévient le speaker. Au milieu de la place, trois gamins pleurent, perdus. Indice pour retrouver les parents : « Ma mère porte un maillot rouge de Manchester United » , indique l'aînée de 10 ans. C'est pas gagné.







Par Ronan Boscher, à Manchester
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié