Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Dijon-Strasbourg

Olivier Delcourt : « Si on ne bat pas Strasbourg, c’est qu’on ne mérite pas de rester en L1 »

Dijon s’est lourdement incliné à Nantes dimanche (3-0), une semaine après une défaite à Caen (1-0). Résultat, le DFCO se retrouve dix-neuvième avant d’accueillir Strasbourg, et plus vraiment maître de son destin. Olivier Delcourt, son président, n’a que modérément apprécié les deux dernières prestations de ses joueurs, et fait du rendez-vous face aux Alsaciens le match de la dernière chance. Faute de quoi...

Modififié

On ne sait pas pour vous, mais on a eu l’impression en regardant Nantes-Dijon que certains de vos joueurs commençaient un peu à lâcher...
C’est votre ressenti. Moi, je n’ai pas eu cette impression. Je vois les joueurs tous les jours, et je peux vous assurer qu’ils y croient encore, qu’il n’y a aucune résignation. Ni des joueurs, ni du staff, ni des dirigeants, ni des salariés du club. Mais je ne vais pas vous mentir : c’est une situation très compliquée à vivre. Depuis des mois, on se bat pour ne pas descendre. C’est usant et fatigant pour tout le monde. Évidemment, ce que j’ai vu à Nantes ne peut pas me satisfaire. Je suis remonté, comme je l’étais après la défaite à Caen. J’attendais autre chose. Je n’ai vraiment pas aimé.


Expliquez-nous comment une équipe peut sembler aussi peu combative alors qu’elle joue son avenir en Ligue 1. Parce qu’elle venait de prendre sept points en trois matchs ? L’argument n’est pas vraiment recevable...
Peut-être qu’après les succès face à Lyon (1-3) et Rennes (3-2), des joueurs ont cru que ce serait plus facile à Caen... Est-ce qu’il y a eu un peu d’insouciance avant ce déplacement ? Est-ce que certains ont pu se dire que si Dijon est capable de gagner à Lyon, c’est que l’équipe va s’en sortir ? Je ne sais pas, je ne suis pas dans la tête des joueurs ! J’attendais plus, les supporters attendaient plus, le coach attendait plus... Au club, on fait tout pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions. On a donc envie de les voir se battre. Perdre quand on donne tout, cela ne me pose pas de problème. On peut toujours tomber sur plus fort. Mais perdre dans ces conditions, non... À Caen, il y avait mieux à faire. Seulement, les Caennais avaient plus d’envie, de hargne.

Aujourd’hui, le problème est simple : il faut battre Strasbourg...
(Il coupe) Si on ne gagne pas ce match, je pense que ce sera définitivement fini. Même s’il restera des rencontres face au Paris-SG et à Toulouse. Non seulement on doit battre Strasbourg, mais espérer aussi que Caen ne gagne pas face à Reims.

Il y a aussi Monaco, qui n’avance plus. Samedi, en cas de succès de votre équipe, et si Caen et Monaco venaient à perdre, cela relancerait tout...
Oui, mais ça fait des semaines qu’on dit cela, et à ce jour, nous sommes relégables ! On a eu des occasions de prendre des points, on ne l’a pas fait. Normalement, Guingamp, Dijon et Caen devraient déjà être relégués. À trois journées de la fin, les trois équipes sont pourtant toujours en mesure de se maintenir. C’est un miracle. On a encore une chance d’accrocher la dix-huitième place. Je veux voir des combattants samedi. Si on ne gagne pas, c’est qu’on ne mérite pas de rester en Ligue 1. C’est aussi simple que ça.


Vous attendiez-vous à vivre une saison aussi pourrie ?
Dans le football, il faut s’attendre à tout. La saison dernière, on avait réussi à se maintenir en avril. J’avais dit au staff et aux joueurs d’en profiter, car les choses peuvent vite tourner.
« Cette saison, les bons moments ont été rares, hormis les trois premières journées, qui nous avaient permis de prendre neuf points. Depuis, c’est difficile. »
La preuve : avec quasiment la même équipe, on se retrouve à la dix-neuvième place. Cette saison, les bons moments ont été rares, hormis les trois premières journées, qui nous avaient permis de prendre neuf points. Depuis, c’est difficile. Il faut toujours s’attendre à vivre une saison compliquée. Beaucoup de gens pensaient que Nîmes et Reims, les deux promus, allaient beaucoup souffrir, qu’ils redescendraient. Et ils ont fait une belle saison. Et Monaco ? Qui s’attendait à les voir se battre pour rester en Ligue 1 à trois journées de la fin, avec l’effectif et les moyens qu’il y a dans ce club ? Personne ! J’ai fait des choix en changeant d’entraîneur lors de la trêve hivernale. J’assume et je ne regrette pas, comme je l’ai souvent dit.

Une relégation en Ligue 2 a forcément été envisagée. Serait-elle gravement préjudiciable pour le DFCO ?
Ce serait une énorme déception, bien sûr. Mais pas une catastrophe. Le club est sain financièrement. Il y a un plan A, la Ligue 1, et un plan B, la Ligue 2. Il y a donc deux budgets qui ont été établis. Nous modernisons le club depuis des années, et on va continuer à le faire, avec notamment le prochain centre d’entraînement pour l’effectif professionnel. Si on descend, il faudra tout faire pour remonter le plus vite possible. Il y a des clubs comme Auxerre, Sochaux, Nancy qui ont connu une relégation et qui, aujourd’hui, luttent pour ne pas descendre en National 1, alors qu’ils sont bien structurés. Mais pour l’instant, Dijon est en L1, on a encore une chance d’y rester. Et cela passe par une victoire contre Strasbourg...

Propos recueillis par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ça ne ressemblerait pas au dernier virage de cette saison de Ligue 1 ?




Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

il y a 5 heures Le responsable de la VAR en Premier League lui donnerait « environ 7 sur 10 » 8 il y a 6 heures Un coach amateur mis à pied pour avoir traité son équipe de pieds carrés sur Facebook 31
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 12 heures Inscris-toi au 1er tournoi de la communauté SoFoot.com ! 84
À lire ensuite
Neymar, 10 de der