Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // OL-PSG

Un doux parfum d'Europe

À différentes échelles pour les deux clubs, la demi-finale de Coupe de France qui oppose ce mercredi l’Olympique lyonnais au Paris Saint-Germain devrait prendre des accents de répétition générale avant les huitièmes de finale retour de C1.


La fameuse « magie de la Coupe » , c’est l’éloge de l’incertitude. Et l’incertitude, l’OL et le PSG y sont plongés avant d’aborder leur demi-finale de Coupe de France ce mercredi soir. Le Paris Saint-Germain, par exemple, ne sait toujours pas si son match retour contre Dortmund se jouera dans un stade plein ou devant des tribunes vides. Pas plus que l’Olympique lyonnais ne sait si le sien contre la Juventus pourra se disputer à Turin, ou devra se jouer sur terrain neutre. En fait, s’il y a une chose dont on est a peu près sûr, c’est que les enjeux de cette demi-finale dépassent largement les frontières de la France.

Une C1 à la sauce PMU et Intermarché


Que cette affiche à enjeu soit intercalée entre les deux matchs les plus importants - pour le moment, en tout cas - de la saison pour les deux équipes pourrait être interprété comme une malédiction du calendrier. Mais c’est tout l’inverse. À respectivement sept et treize jours de retrouver le Borussia et la Juve, c’est pour les Parisiens et les Lyonnais la répétition générale rêvée, la mise en condition parfaite. L’adversaire ? Un club de niveau européen. Le stade ? Une enceinte remplie à ras bord. L’enjeu ? Une place en finale de Coupe de France, avec un possible trophée à la clé. La pression ? Forcément présente. Cette demi-finale est un huitième bis de C1 qui se jouerait avec des maillots floqués « PMU » et « Intermarché » .


Croire que cette affiche ne révélera sa vérité qu’au Paris Saint-Germain serait ne voir le verre qu’à moitié vide. L’OL a beau avoir remporté sa première manche face à la Juventus, affronter le PSG - puis Lille, quelques jours plus tard, en France - juste avant de retourner dans l’arène contre les Piémontais, est le test rêvé. Une victoire, avec une équipe sans doute remaniée (Cornet, Marçal, Toko-Ekambi et Bruno Guimarães sont incertains) et alors qu’ils n’ont que peu brillé face aux gros cette saison, ferait exploser le confiance-mètre lyonnais. Surtout, elle prouverait que les promesses entrevues face à la Juventus n’étaient pas vaines, que le plan de bataille est rodé et fonctionne. Sans trophée majeur depuis 2012, Lyon peut faire coup triple : faire le plein de confiance avant la Juve, mettre une sérieuse option sur un premier titre depuis huit ans et, dans le processus, mettre un taquet à son grand rival sur le plan national.

Tuchel : rassurer et se rassurer


En face, Paris se présente, comme toujours, avec autant de certitudes que de zones d’ombre. Les certitudes d’une année 2020 jusqu’ici étincelante (13 victoires en 16 matchs, 53 buts inscrits pour 18 encaissés), mais qui a pris un étrange tournant depuis la défaite à Dortmund qui semble avoir tout remis en question. Les zones d’ombre d’un effectif qui sera amputé de Verratti et Meunier le 11 mars, et que Thomas Tuchel devra absolument roder contre Lyon après l'avoir bousculé en optant pour un retour au 4-3-3 au Signal Iduna Park. Du choix de son système à celui de ses joueurs, avec le plus gros point d’interrogation planant au milieu de terrain (conserver la paire Marquinhos-Gueye ou faire confiance à Leandro Paredes ?), l’Allemand a l’occasion rêvée de tester son équipe sur un match à haute intensité et à enjeu avant Dortmund. De rassurer, aussi. Et pas seulement lui-même.

Par Alexandre Aflalo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
il y a 5 heures Le VVV-Venlo se relève de sa claque en gagnant en coupe 5 il y a 6 heures Reading marque après neuf secondes de jeu contre Blackburn 7
il y a 7 heures Bruno Genesio : « Je me suis imprégné de la culture chinoise » 40 Hier à 16:40 Gianni Infantino positif à la Covid-19 15 Hier à 16:16 Walter Ricciardi pense à la création d’une bulle pour la Serie A 9