Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // CDM 2022
  2. // Qualifs
  3. // Irlande du Nord-Italie

Mais pourquoi les attaquants de la Nazionale galèrent-ils autant ?

Ce lundi soir, l'Italie joue sa qualification au Mondial sur la pelouse de l'Irlande du Nord. Avec un problème qui est désormais sous les yeux de tous : l'équipe de Mancini n'est résolument pas construite pour faire briller les attaquants de pointe.

Modififié
Les statistiques dans le football n’expliquent évidemment pas tout. Mais parfois, elles peuvent être l’indicateur de quelque chose qui cloche. Depuis son titre de champion d’Europe décroché à Wembley le 11 juillet dernier, l’Italie a disputé 6 matchs officiels, 4 en qualifications au Mondial, et 2 en Ligue des nations. Si le bilan de 2 victoires, 3 nuls et 1 défaite n’est ni enthousiasmant, ni catastrophique, il cache en revanche une autre stat qui, elle, est alarmante. Sur ces 6 confrontations, la Nazionale a inscrit 10 buts (dont 5 contre la seule Lituanie). Combien inscrits par l’attaquant de pointe titulaire ? Un seul, celui marqué par Giacomo Raspadori justement contre la Lituanie. Mais dans les matchs qui comptent, le numéro 9 titulaire de la Nazionale a toujours été voué à la page blanche. Pire : depuis le sacre à l’Euro, les deux seuls joueurs italiens à avoir marqué deux buts sont Moise Kean (aligné sur l’aile gauche toujours face à la Lituanie) et... Giovanni Di Lorenzo, qui est latéral. Non, quelque chose ne tourne pas rond, et ça ne date pas d’hier.

Qu'importe le nom du buteur, le résultat est le même


Pendant l’Euro, le numéro 9 titulaire de l’équipe de Mancini était Ciro Immobile. Buteur en poule face à la Turquie (3-0) et la Suisse (3-0), l’attaquant laziale n’avait plus marqué lors de la suite de la compétition, s’attirant les critiques des médias, et parfois même des supporters. Mais Ciro a depuis pris sa revanche... en ne jouant pas. En effet, celui qui est récemment devenu le meilleur buteur de l’histoire de la Lazio avec 161 réalisations a manqué les trois derniers matchs de la Nazionale - face à l’Espagne, à la Belgique et à la Suisse - pour cause de blessure. Face à l’Espagne, Mancini l’a remplacé en pointe par Bernardeschi. Bilan : 0 but, remplacé à la 45e minute. Face à la Belgique, le Mancio a tenté Raspadori. Bilan : 0 but, remplacé à la 65e minute. Enfin, face à la Suisse, le sélectionneur a cette fois-ci titularisé Belotti. Qui a été aussi efficace que pendant l’Euro, à savoir : 0 but, remplacé à la 58e minute.

Étirer les défenses, se sacrifier


Alors, quoi ? Si plusieurs attaquants, qui marquent régulièrement en club, sont alignés tour à tour avec la même issue, que doit-on en déduire ? Qu’ils sont tous nuls ? Ou bien que le schéma tactique de Roberto Mancini n’est tout simplement pas fait pour un « vrai » numéro 9 ? La réponse est dans la question. Le 4-3-3 proposé par Mancini depuis son arrivée sur le banc italien veut se baser essentiellement sur le contrôle du jeu et la projection. Pendant l’Euro, hormis face à l’Espagne et lors des 20 premières minutes face à l’Angleterre, l’Italie a toujours eu le contrôle du jeu et du ballon. Mais en aucun cas ce jeu n'est destiné vers une seule et même personne. Là où des équipes font de leur 9 le terminal offensif, le sommet de leur pyramide, l’Italie de Mancini se sert plutôt de son 9 comme d’un homme à tout faire. Celui qui doit étirer les défenses, qui doit se sacrifier, qui doit créer des espaces pour les autres et libérer les côtés, qui deviennent alors le berceau des offensives azzurre. Or, à l’heure actuelle, et n’en déplaise à ses détracteurs, le seul capable d’assumer ce rôle en Nazionale, à défaut de marquer des buts, c’est bien Immobile.

L’une des actions qui racontent le mieux ce rôle ingrat, mais essentiel est le but inscrit par Federico Chiesa en demi-finales de l’Euro face à l’Espagne. Lancé en profondeur, Immobile attire sur lui trois défenseurs espagnols. Piqué tacle pour lui enlever le ballon, mais celui-ci revient sur Chiesa qui, du coup, est libre de tout marquage puisque Immobile a aimanté toute l’arrière-garde.



« J’ai fait 60 minutes de course et je n’ai pratiquement pas touché la balle » , dira un Immobile très lucide au lendemain de la rencontre. Parce qu’il sait aussi que c’est ça que demande le coach à son attaquant de pointe, et là encore, les stats le prouvent : depuis la prise de fonction de Mancini, en 2018, l'Italie marque beaucoup de buts (102 en 45 matchs), mais très peu par ses bombers. Immobile et Belotti n'ont tous deux inscrit que 8 buts (en trois ans et demi donc...) quand le reste des attaquants (Kean, Quagliarella, Pavoletti, Orsolini) et les milieux de terrain (Barella, Jorginho, Pellegrini) se sont partagé le reste du gâteau.

Ce lundi soir, les mêmes questions seront sur la table, à Belfast, et Mancini va devoir apporter une solution. Selon les dernières informations de la Gazzetta dello Sport, le Mancio pourrait tenter un léger changement tactique. Pas de changement de système à proprement parler, mais bien l’utilisation d’un « faux 9 » avec un trio Chiesa-Insigne-Berardi, aucun des trois n’étant un véritable avant-centre. Ce qui, au vu de toutes les raisons évoquées ici, ne semble pas forcément être un désavantage ou un point négatif...

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
il y a 58 minutes L'UNFP affirme que 89% des joueurs de Ligue 2 sont contre un championnat à 18 10
Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom