Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // ASSE-PSG

Le jour où le trio Motta-Matuidi-Verratti a éclos

Le 13 septembre 2013, Laurent Blanc profite des absences pour aligner pour la première fois la triplette Thiago Motta-Blaise Matuidi-Marco Verratti qu’on connaît si bien aujourd’hui. Et qui a traversé les années en constituant la base du Paris Saint-Germain roi de France.

Modififié
Unai Emery l’a souhaité, mais il n’a pas pu. Choisi l’été dernier pour transformer le Paris Saint-Germain, l’entraîneur espagnol devait imposer ses méthodes, sa réflexion, son style de jeu et son schéma tactique. Concernant ce dernier point, c’est pour l’instant un échec. Très chaud à l’idée d’installer son 4-2-3-1, plus vertical et moins dans la possession, Emery a très vite dû se résoudre à l’évidence : cette saison encore, le onze de la capitale devait s’articuler autour du milieu de terrain à trois formé par Thiago Motta, Blaise Matuidi et Marco Verratti. Et pour cause : ce trio s’est rendu quasiment indispensable, au moins sur la scène nationale, depuis cinq ans, et représente le socle du règne parisien en France.

Une victime : Pastore


Pour retrouver l’origine de cet entrejeu, il faut remonter au 13 septembre 2013. À cette date, le PSG sort d’un titre de champion – son premier sous l’ère qatarie –, mais ne constitue pas encore l’ogre qui dévore tous les trophées du pays. Mais qu’il va bientôt devenir, en grande partie grâce à ce 13 septembre, justement. En déplacement à Bordeaux, les hommes de Laurent Blanc, bien qu’invaincus depuis quinze matchs en Ligue 1, ne sont toujours pas montés sur le podium du championnat après quatre journées (deux nuls et deux victoires). L’absence de Javier Pastore pousse le technicien français à bouleverser son 4-4-2 (avec l’Argentin à gauche et Lucas Moura à droite) en 4-3-3. Avec, donc, la triplette Motta-Matuidi-Verratti. C’est la toute première fois que les trois joueurs sont alignés seuls au milieu et de cette manière. Ils ont certes été titularisés d’entrée en même temps un an plus tôt contre Toulouse (avec Pastore en dix) et à Montpellier (dans un 4-3-3 qui ressemble à celui-ci), mais jamais avec Motta en pointe basse du triangle.

« Je m’en rappelle bien. À l’époque, le 4-4-2 de Blanc était décrié, note Jérémie Bréchet, Girondin en tribunes lors de ce match. Et je me souviens qu’à Chaban-Delmas, ils avaient fait un sacré match. La triplette m’avait fait une très forte impression. Je m’étais dit : "Wouah, ils sont trop forts comme ça !" C’est vraiment ce jour-là que le 4-3-3 guidé par ce trio est né. » Avec Hervin Ongenda ailier gauche, Edinson Cavani sur le banc et Ezequiel Lavezzi indisponible, Paris impressionne de sérénité, de maîtrise technique et de stabilité tactique. Comme un symbole, Matuidi ouvre le score à la demi-heure de jeu sur une action collective sublime, et Verratti offre le deuxième but à Lucas à la 64e minute, qui marque alors pour la première fois dans l’Hexagone. « Ils ont eu une possession de balle phénoménale, et une maîtrise totale de la rencontre » , admire encore Bréchet. Les statistiques confirment : 61% de possession et douze tirs (sept cadrés) à quatre (un seul cadré).

Vidéo

Le vice et l’expérience de Motta, l’endurance et la projection de Matuidi, la malice et la qualité technique de Verratti : sur le papier comme dans la réalité, l’association ne peut que marcher. « Il s’agit d’une triplette hyper complémentaire. Fantastique, même, continue l’ancien Bordelais. Elle a parfaitement fait ressortir toutes les qualités des uns et des autres. Celles du trio, mais aussi celle de toute l’équipe. Tu as deux joueurs extraordinaires en matière d’entente et de compréhension de jeu, en l’occurrence Motta et Verratti, et un autre qui court pour trois et qui permet à Zlatan Ibrahimović de minimiser ses efforts. » L’hégémonie du PSG, qui remportera par la suite toutes les épreuves nationales avec ce milieu de terrain, peut véritablement débuter. « Leur taux de possession a explosé à ce moment-là, le PSG a commencé à bouffer ses adversaires comme ça, et ça n’était jamais arrivé en France. Même du temps du grand Olympique lyonnais, précise Bréchet. Ce qu’ils ont fait alors, c’était du Barcelone. À un moment donné, ça a vraiment été l’équivalent du Barça. Franchement, on peut dire ce qu’on veut, mais ils ont été phénoménaux. »


Un milieu toujours pas remplacé


Le hasard fait donc bien les choses, puisque ce sont réellement les absences (Pastore, Lavezzi), les méformes (Cavani, Jérémy Ménez) et le manque d’expérience (Kingsley Coman, Adrien Rabiot) qui ont permis à Blanc de trouver la bonne formule. « Je me suis toujours dit qu’il avait eu de la chance d’avoir des absences, car cela lui avait permis de trouver son équipe. C’était un mal pour un bien, finalement, avec des choix par défaut. Après ce match, il était obligé de garder ce dispositif et ce milieu de terrain, parce que la bonne prestation avait sauté aux yeux de tout le monde. » Arrivé durant l'hiver 2013-2014, Yohan Cabaye l'apprendra à ses dépens. Et des années plus tard, malgré Adrien Rabiot, Emery cherche toujours la clé pour se passer de ce trio.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur