Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. E
  3. // Brésil-Costa Rica (2-0)

Le Brésil s'en sort in extremis

Bousculée et repoussée dans ses angoisses, la Seleção a finalement réussi à s'échapper des griffes costariciennes vendredi (2-0). Neymar a inscrit son premier but du Mondial.

Modififié

Brésil 2-0 Costa Rica

Buts : Coutinho (90e+1) et Neymar (90e+7) pour le Brésil

Le nez dans le gazon, Tite a encore les bras qui bougent. Un sourire vers le ciel : tout va bien, mais personne ne le regarde. Le Brésil est ailleurs, ses joueurs hurlent, c'est fait : après 90 minutes d'angoisse face à la Suisse en ouverture, la Seleção vient de sortir la tête d'un nouveau test pour les tripes vendredi après-midi. Et ça s'est joué sur un rien : une déviation de la tête de Firmino dans les arrêts de jeu, prolongée par Gabriel Jesus, au bout de laquelle Philippe Coutinho, déjà buteur dimanche dernier, a relancé la fête. Cette fois encore, ces gars-là ne sont pas passés loin des griffes. Mais ça, le score ne le racontera pas.

Joga Bullshito


Vendredi, face au Costa Rica, le Brésil était pourtant censé venir s'expliquer face à la planète, cinq jours après un premier tour de frustration contre une Suisse venue lui rentrer dans le lard, à Rostov (1-1). C'est ce que Tite avait annoncé, ce que l'armée de Minions venue transformer la ville en São Petersbourg depuis 24 heures attendait. L'interrogation ne portait pas sur la qualité de cette Seleção, arrivée en Russie pour purger sa douleur de 2014, mais plutôt sur sa capacité à transformer les attentes en un ensemble aussi enthousiasmant que ce que les cailloux laissés sur la route des qualifications racontaient : perdu.


Car les Brésiliens, à l'image d'un Neymar mi-claudiquant, mi-tête à claque, ont d'abord commencé par regarder la montre tourner, se contentant d'installer des circuits de passes prévisibles, vus et revus, d'allumer à l'entrée de la surface sans faire bouger Navas et s'autorisant même le luxe d'ouvrir la porte à quelques courants d'air adverses. La plus grosse bourrasque de la première période a d'ailleurs vu Tite tomber au fond de son fauteuil : à la treizième minute, Gamboa a fait une vanne à Marcelo, lui a cavalé sous le nez et a servi en retrait un Celso Borges maladroit. Sinon, rien à grignoter, juste une oreille à tendre. Il n'y a plus de « Messi Ciao » , plus de rires, et un jeu se met en place : trouver un type pour sortir un lapin du chapeau. Ça devient une histoire de sorcellerie.


Les vieilles angoisses


Place à la cartomagie : au retour des vestiaires, Tite range Willian dans sa veste, dépose Douglas Costa sur la table et c'est le Brésil qui s'allume. Un miracle qui gicle de partout : d'une passe foireuse d'Oviedo pour Navas qui manque de se terminer en claque dans la tronche (48e), d'une tête de Gabriel Jesus qui termine sa course sur la barre (50e), de Coutinho, ampoule de sa sélection, et même de Neymar, plus lucide en seconde période et qui aura poussé le Shiva costaricien à un exploit élastique (56e). Suffisant pour faire, enfin, sauter la porte ? Non, ce serait trop simple, alors voilà que Tite tire sa flèche Firmino entre de nouvelles vagues adverses (sur lesquelles une femme, visiblement bouleversée, lâche à chaque fois des cris d'horreur) et une énième tentative de Neymar (72e).


Il revenait alors au Brésil de plier la rencontre, de multiplier les coups et de donner une autre vitesse à la rencontre : c'est justement là que le Costa Rica a encaissé sans broncher, même un penalty sifflé pour une poussette de González sur Neymar (80e) et annulé par la VAR, et bomber le torse devant la frustration envahissant le corps de la Seleção en laissant Navas parader devant les tentatives adverses (Coutinho, Casemiro). Les angoisses arrivent, tout remonte et disparaît d'un coup : oui, Coutinho vient de surgir pour libérer tout ça (1-0, 90e+1), ce à quoi Neymar répondra cinq minutes plus tard (2-0, 90e+7). Ouf.





(4-3-3) : Alisson – Fagner, Miranda, Thiago Silva, Marcelo – Paulinho (Firmino, 68e), Casemiro, Coutinho – Willian (Douglas Costa, 46e), Gabriel Jesus (Fernandinho, 90e), Neymar. Sélectionneur : Tite.

(5-4-1) : Navas – Gamboa (Calvo, 75e), González, Acosta, Duarte, Oviedo – Venegas, Guzmán (Tejeda, 84e), Borges, B. Ruiz – Ureña (Bolaños, 54e). Sélectionneur : Óscar Ramírez.


Par Maxime Brigand, au stade Krestovski
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS



Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70