Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Marseille-Leipzig

La furie et la foi

Trahie à différents degrés par ses trois autres clubs phares, la France compte sur l'OM pour prendre sa part de rêve européen.

Modififié

Ce jeudi soir, plus de 60 000 personnes s'amasseront dans les tribunes du Vélodrome, quelques centaines de milliers ou quelques millions devant leur téléviseur. Pourquoi ? Pour voir un joli combat d'outsiders d'une Ligue Europa promise à l'Atlético de Madrid ? Sans doute, mais pas seulement. Ils voudront aussi renouer avec une certaine idée de l'OM, certes un peu lointaine, mais qui caresse toujours les contours de son logo : « Droit au but » . Si la qualification incroyable de la Roma face à Barcelone mardi doit nous apprendre quelque chose, ce n'est pas simplement que tout est possible – qui en doute dans le cas de l'OM ? –, mais que les prétextes n'ont pas leur place lors des grandes soirées européennes.

Jour de tonnerre


« J'espère qu'il y aura une ambiance du tonnerre » , s'est exclamé Rudi Garcia après le match aller. Oui, on l'espère tous, d'autant plus que les supporters ont pris l'habitude ces dernières années de bouder légèrement ces rencontres de Ligue Europa il est vrai pas toujours enthousiasmantes. Mais le printemps européen est de nouveau là, son parfum enivrant se déverse dans l'air, et l'excitation a raisonnablement repris ses droits. C'est un quart de finale.


Le logique manque de prestige historique du RB Leipzig n'invite pas à la démesure, à ressentir cette sensation bien particulière qui précède les moments uniques, ce mélange de fébrilité et de détermination qui fait bouillonner les rues. Mais l'affiche reste diablement attirante et d'une importance capitale pour Marseille. À l'enthousiasme et l'énergie un brin anarchiques de la jeune équipe saxonne, l'OM n'aura qu'à répondre par la sienne, tout aussi réelle et nourrie par un historique européen qui doit l'inspirer sans l'embourgeoiser. La gestion et le calcul sont des armes de puissants, le club phocéen n'en est plus un, alors il doit avant tout compter sur la folie qui l'imprègne.

Maintenant ou jamais


Qui en voudrait à l'OM de tomber les armes à la main ? Que ce soit en championnat ou Coupe d'Europe, quoi qu'il arrive, l'équipe de Rudi Garcia a remis du carburant dans le réservoir des attentes hâtives et parfois disproportionnées. C'est ce qui la fait vivre. Marseille est impatiente, souvent déçue, capable d'une résilience qui lui fera de nouveau espérer dans quelques mois. Mais il ne faut pas la tromper. Elle peut finir quatrième de Ligue 1, perdre un quart de finale de Ligue Europa, mais pas n'importe comment.



Après la rencontre, les prétextes et même les excuses voleraient en éclats si ce parfum d'Europe n'était pas porté dignement. La Roma, Séville, Liverpool la Juve et bien d'autres nous ont montré ce qu'était un vrai match de Coupe d'Europe. Les montagnes étaient bien plus belles, elles étaient aussi bien plus hautes. Que l'OM – des supporters aux joueurs en passant par l'entraîneur – soit à la hauteur de sa petite Europe. Et si l'adversaire décide de l'être aussi et se montre bien plus fort, alors il restera l'honneur. C'est beaucoup mieux que les regrets.

Par Chris Diamantaire
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Premier League : le nombre d'étrangers bientôt être limité ? 31
il y a 3 heures Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 18 il y a 6 heures Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 20

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 il y a 7 heures Venez regarder un match chez So Foot ! 11 il y a 7 heures Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 19
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
il y a 11 heures Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 43