Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 30 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations A
  2. // Croatie-Espagne (3-2)

La Croatie prend sa revanche sur l'Espagne

Humiliée à l'aller en Espagne (6-0), la Croatie a pris sa revanche en venant à bout de la Roja, ce jeudi à Zagreb (3-2). Avec ce succès, le finaliste de la Coupe du monde reste en vie dans ce groupe 4 et peut même se qualifier pour le dernier carré en cas de victoire en Angleterre.

Modififié

Croatie 3-2 Espagne

Buts : Kramarić (54e) et Jedvaj (69e et 90e+4) pour la Croatie // Ceballos (55e) et Ramos (78e sp) pour l'Espagne

Tout va très vite dans le football. Au lendemain de la victoire des Bleus en Coupe du monde, la Croatie était au sommet avec cette finale perdue face à la France, tandis que l'Espagne, elle, était la risée du monde après sa défaite en huitièmes de finale contre la Russie. Trois mois plus tard, la donne s'était totalement inversée avec cette raclée infligée par la Roja à la Croatie lors du match aller (6-0). La grande Espagne semblait alors de retour, et la Croatie plus qu'un lointain souvenir. Deux nouveaux mois plus tard, la Croatie est venue prendre sa revanche sur l'Espagne au buzzer au Stadion Maksimir de Zagreb (3-2), et se relance dans la qualification au final four. Tout va trop vite.

La balle à l'Espagne, les contres à la Croatie


Vicente del Bosque, Julen Lopetegui, Fernando Hierro et maintenant Luis Enrique. Les coachs de l’Espagne se suivent, ne se ressemblent pas forcément, mais la mentalité de la Roja, elle, reste la même : avoir le ballon dans les pieds. Résultat, c’est sur une longue passe à dix que les coéquipiers de Sergio Ramos commencent la rencontre. Mais ce ne sont pas quelques passes à une touche de balle qui vont impressionner les Croates, qui laissent volontiers le cuir à leur adversaire du soir, pour mieux le contrer. Et cela fonctionne. Lancé sur son aile gauche, Ivan Perišić s’amuse de Sergi Roberto avant d’envoyer une frappe repoussée par le poteau de David de Gea (5e). Une première alerte, suivie d’une seconde huit minutes plus tard, toujours par Ivan Perišić (8e). Sauf qu’à force d’enchaîner les allers-retours, de presser l’adversaire et de courir dans le vide, les Croates s’épuisent, et les Espagnols en profitent pour enfin transpercer la toujours aussi solide charnière centrale Vida-Lovren. Malheureusement pour la Roja, la frappe d’Isco est repoussée par le géant Lovre Kalinić (45e).

Une partie de ping-pong


Au retour des vestiaires, l’Espagne change légèrement son approche en tentant un jeu plus vertical et plus direct. Tout en gardant cette obligation de ressortir le ballon en faisant des passes. Sauf que ce petit filou d'Ivan Perišić a compris la manœuvre et vient contrer la relance de Sergi Roberto. Et c’est Andrej Kramarić qui en profite pour battre De Gea et inscrire le premier but de la Croatie dans cette Ligue des nations (1-0, 54e). Et alors que les supporters croates sont encore en train de scander le nom de Kramarić, les Espagnols se rebellent, et à la suite d’une action à une touche de balle remarquable, Dani Ceballos profite d’un caviar d'Isco pour remettre les siens dans le droit chemin (1-1, 55e). Le match est lancé. Et va même devenir totalement fou. La suite ? Un slalom de Rakitić qui oublie de servir Kramarić (60e), une frappe de Iago Aspas sur la barre transversale (62e) et un centre millimétré de Luka Modrić sur la tête de Tin Jedvaj qui redonne l’avantage à la Croatie (2-1, 68e).

Touchés, les Espagnols auraient même pu couler si David de Gea n’avait pas remporté son face-à-face avec Ante Rebić qui partait seul au but (71e). Une action qui va trotter un moment dans la tête de l’attaquant de l’Eintracht Francfort puisque dans la foulée, Šime Vrsaljko laisse traîner sa main et permet à Sergio Ramos de montrer à nouveau son talent de tireur de penalty (2-2, 76e). Sauf qu'il en faut bien plus pour miner le moral des Croates qui ont prouvé durant la dernière Coupe du monde leur mental en acier. Et visiblement, celui-ci est toujours aussi solide puisque dans les dernières secondes, Tim Jedvaj, encore lui, se jette pour reprendre une première frappe de Josip Brekalo repoussée par De Gea (3-2, 90e+4). Avec cette victoire, la Croatie peut encore se qualifier pour le final four si les potes de Luka Modrić s'imposent en Angleterre ce dimanche. Une équipe d'Angleterre qui pourra aussi se qualifier en cas de succès. Miam.




Croatie (4-2-3-1) : Kalinić - Vrsaljko, Vida, Lovren, Jedvaj - Rakitić (Vlasic, 66e), Brozović - Rebić (Brekalo, 73e), Modrić, Perišić - Kramarić (Pjaca, 89e). Sélectionneur : Zlatko Dalić.

Espagne (4-3-3) : De Gea - Sergi Roberto, Ramos, Martinez, Alba - Saúl Ñíguez (Suso, 74e), Busquets, Ceballos - Rodrigo (Asensio, 60e), Aspas (Morata, 63e), Isco. Sélectionneur : Luis Enrique.


Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:30 Les bonnes recettes de la FFF 14
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi