Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Mort de Jean-Fournet-Fayard, ancien président de la FFF

Jean Fournet-Fayard, le pharmacien qui ne sut soigner le foot français

Jean Fournet-Fayard est mort hier. L’homme, qui a consacré une grande partie de sa vie au foot, fut pendant près de dix ans président de la FFF. Malheureusement, il s’agit plutôt d’une décennie noire pour le ballon rond dans l’Hexagone, entre le drame de Furiani, VA-OM et l’élimination des Bleus face aux Bulgares en 1993. À l’histoire de juger si ce fut ce brave notable lyonnais qui n’était pas à la hauteur des nouveaux enjeux ou l’époque qui se révéla un injuste et cruel concours de circonstances.

Modififié
Commençons par ce qui caractérise souvent les grands dirigeants de son temps (ceux issus des Trente Glorieuses), Jean Fournet-Fayard fut d’abord un footballeur. Un amateur. Mais suffisamment doué pour être international junior, puis signer un petit contrat pro au SCO d’Angers. Rien de mirobolant, ce qui explique qu’il ait si bien su rebondir après un pépin de santé l’obligeant à renoncer à l'idée de vivre de ses crampons. Il deviendra donc pharmacien puis patron dans l’industrie du médoc. Une trajectoire classique d’ascension sociale dans les années 1950-1960 (le diplôme en guise de porte d’entrée vers un destin de petit notable dans le commerce de province). Pour le reste, il gravira les échelons de la Fédération en s’appuyant sur un petit fief lyonnais où alors aucun grand club ni Aulas ne peuvent lui faire de l’ombre.

Au mauvais endroit au mauvais moment

Avec en guise de consécration, en remerciement de son engagement et de son entregent au sein du conseil fédéral, son élection à la présidence de la Fédé en décembre 1984. La situation semble idéale, si ce n’est prometteuse. Les Bleus ont enfin brisé la malédiction internationale en remportant l’Euro au Parc des Princes. Certes aucune liesse populaire n’enflamma les rues de Paris, toutefois le foot tricolore ne faisait plus pitié, y compris chez nous, et même au contraire, porté par une génération bénie, il parvenait même deux fois, en 1982 et 1986, dans le dernier carré du Mondial. Jean Fournet-Fayard a de l’or entre les mains et de quoi faire fructifier ce qui constitue la principale vitrine (et fonction) de la FFF auprès de l’opinion.


C’est pourtant le début du cauchemar. La sélection nationale empile les contre-performances, et même la nomination de Michel Platini à sa tête ne suffira pas à conjurer ce mauvais cycle. Ce dernier finira même par démissionner faute du soutien et des réformes qu’il demandait, comme le passage à une L1 composée seulement de 18 pensionnaires pour hisser son niveau et moins fatiguer les potentiels capés. Davantage qu’un désaccord, il pointa l’impuissance de son N+1 à s’imposer face à la LFP ou prendre les décisions qui fâchent. Ce reproche de « centrisme » alors que la situation semble exiger des remèdes de cheval reviendra régulièrement ternir son image de bon gestionnaire – il obtient d’accueillir la Coupe du monde 1998 (il sera président du comité d’organisation bien que Platini en sera le véritable maître d’œuvre). Ce sera particulièrement évident lors du drame de Furiani - la Coupe de France étant l’autre fleuron de la FFF - avec à la clé un long procès dont il sortira avec un non-lieu, mais pas absous aux yeux des familles de victimes. Son cas sera un des révélateurs de la difficulté à repérer et sanctionner les diverses responsabilités dans la chaîne des causalités d’une telle tragédie.

De l’intendance à l’argent roi

Enfin, Jean Fournet-Fayard fut le spectateur des transformations économiques, et de mentalités, d’un foot pro hexagonal soucieux désormais de rivaliser avec ses homologues italiens, allemands, espagnols, voire anglais. L’avènement de Bernard Tapie offrit peut-être aux Olympiens, et à la France, son unique triomphe en Ligue des champions. Sauf que la contrepartie, cette grand-guignolesque affaire VA-OM, devait lui sembler aussi désastreuse qu’incompréhensible. Les principales évolutions lourdes du foot français semblent alors lui échapper, que ce soit la montée du phénomène ultra et supporters ou encore la fragilisation des petits clubs amateurs face aux questions de société (sans parler du foot féminin). Lorsqu’il démissionne après l’élimination tragique pour la Coupe du monde 1994, il confesse plus son désarroi face a son époque qu’il n’accable l’erreur de David Ginola, avouant être « lassé des coups reçus en première ligne pour le compte d’un football d’élite qui a explosé ces dernières années sous la poussée de l’argent et d’intérêts divers » .


Jean Fournet-Fayard avait voulu être le président d’un foot français gouverné entre gens honnêtes autour d’une bonne table entre bons amis du même monde. Il a été plutôt efficace dans ce registre. Ce n’était clairement pas suffisant.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

il y a 3 heures Pour les 60 ans de Maradona, offrez-vous notre livre 100% Diego ! Hier à 22:30 Plus que 48h pour découvrir la collection photos So Foot d'octobre 1 Hier à 17:46 Le gardien de La Haye égalise à la 94e, son équipe se qualifie aux tirs au but 7
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 14:07 Le joli coup franc d'Alessandrini avec Qingdao 4 Hier à 12:32 Diacre en prend encore pour son grade 77 Hier à 11:59 Jérémie Janot sauve un petit chat de la mort 51