Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Dortmund-PSG (2-1)
  4. // Billet d'humeur

Ce Paris est mort de trouille

« T’as voulu voir Mbappé et on a vu Håland ! » Rien de tel que Jacques Brel pour résumer le ratage quasi complet du PSG battu hier soir à Dortmund (2-1). Rien n’est perdu. Mais au moment du coup d’envoi du match retour le 11 mars, Paris partira éliminé. Pas vraiment le scénario prévu au moment du tirage.

Modififié
Allons à l’essentiel : ce Paris est mort de trouille. En dénonçant un climat de « négativité » autour du club il y a dix jours, Leonardo avait fait l’aveu implicite et imprudent d’une forte pression qui y régnait avant le rendez-vous allemand des 8es de finale. Dont acte ! En abandonnant son 4-4-2 pour un 3-4-3 frileux, dont on reparlera plus loin, Tuchel avait mis certaines ambitions de côté et tablé sur « le meilleur score possible » . Raté ! Après le match, « TT » a lâché le morceau : « On a joué avec trop de peur.  » Et Neymar a enfoncé le clou : « C'est dur de rester quatre matchs sans jouer. Malheureusement, ce n'était pas mon choix, c'était la décision du club, des médecins. Je voulais jouer, je me sentais bien, mais le club avait peur, et c'est moi qui souffre à la fin. » La trouille, encore et toujours ! À Paris, elle mazoute les esprits. Avant, les échecs en quarts de C1 reflétaient une peur des demies et maintenant la fébrilité devient inhibante dès les 8es, à la suite des désillusions récentes (remontada, reMUtada). Sur le plan mental, Paris n’avance pas. La qualification espérée au match retour devrait sûrement agir comme un exorcisme.

PSG : Paris Sans Grinta


Pour l’aspect global, toujours, ce PSG paie une indolence coupable pointée régulièrement depuis des semaines, notamment en L1. Les trop nombreuses approximations techniques dans le contenu et les chutes de tension pendant les rencontres (le 4-2 face à l’OL, le 3-3 face à l’AS Monaco ou le 4-4 à Amiens) révélaient une suffisance, une gestion mal maîtrisée, qui préparent mal aux gros chocs européens. Hier soir, Paris l’a payé cash. Et qu’on ne parle plus de la faible opposition en L1 qui pénalise le club parisien : en 2017, année de la remontada, Paris avait eu affaire à un gros Monaco, et l’Ajax qui se balade en Eredivisie sait pourtant maintenir un haut niveau de compétitivité en coupes d’Europe... En phase de poules, on avait aussi fustigé la condition physique déficiente récurrente des clubs français cette saison, battus dans l’intensité. Hier, un Paris souffreteux a trop souvent cédé à l’impact, notamment au milieu de terrain. Le mythe d’une L1 athlétique est en train de voler en éclats. Au PSG, les absents (blessés) et les présents convalescents en phase de reprise, hier, attestent depuis un bout de temps d’un sérieux problème dans la préparation physique au moment des rendez-vous cruciaux... Encore une remarque : l’incapacité des clubs français à bien gérer la menace offensive adverse cette saison en coupes d’Europe. Benzema, Dzyuba, Ziyech et Promes, Morgan (Celtic) avaient tous marqué ! Hier, Erling Håland était le danger numéro 1. Il a planté un doublé.

Pari tenté, Paris perdu


Pour en revenir au 3-4-3 inattendu de Tuchel qui relevait d’un mimétisme troublant, vu que c’est aussi le système de Favre, il a eu pour effet de déconstruire le jeu parisien. Au milieu, c’est bien la paire axiale Can-Witsel qui a pris le dessus, notamment dans l’impulsion vers l’avant. À l’inverse, Gueye est toujours autant à la peine quand il est pressé dans sa zone (cf. Madrid), et Verratti s’est souvent mué en quatrième défenseur en grattant efficacement des ballons. Il faut dire que les trois attaquants parisiens rechignent toujours aux tâches défensives qui allégeraient le boulot des milieux.


Paris, qui sait jouer à la fois en possession et en transitions rapides, a abandonné ce double registre à Dortmund. Paris a même usé d’un jeu long stérile vers Mbappé, trop isolé, alors que toute profondeur avait été confisquée par un bloc bas. Mais il y a pire : Dortmund a marqué ses deux buts sur attaques placées et non sur des contres (même si Sancho aurait pu marquer) ! La fluidité et la rapidité des offensives allemandes ont souvent reposé sur un jeu à une touche, théoriquement un point fort aussi du PSG. Sauf que... Paris a joué dans les pieds, multipliant les touches de balle, donc en imprimant une lenteur qui ne pouvait pas créer de failles dans le bloc bas du BvB. En portant trop le ballon, Neymar n’a pas concouru à un jeu plus rapide non plus, oubliant parfois les bons appels de Mbappé.



Mais l’un des constats « a contrario » les plus accablants pour Paris, ce fut d’observer l’incroyable adaptation des deux recrues récentes de Dortmund, Can et Håland (voire aussi Thorgan Hazard, très juste hier). Ils se sont parfaitement intégrés au collectif des Jaune et Noir, preuve de l’existence d’une identité de jeu suffisamment affirmée pour y incorporer aisément des éléments nouveaux. Inversement, on cherche encore la lisibilité du système Tuchel, fluctuant sans cesse entre schémas recomposés. Hier, la chaîne de commandement au poste de meneur-organisateur a complètement failli : Neymar n’a pas assez pesé. Di María, son suppléant habituel, non plus. Même Verratti qui peut jouer les utilités a passé plus de temps à colmater qu’à orienter vers l’avant. On a l’impression gênée que le système Tuchel, c’est en fait la paire Neymar-Mbappé (à son avantage sur le but parisien). Donc des individualités, et pas un collectif. Paris n’avance pas.

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi

il y a 2 heures Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 3
il y a 3 heures Marcello Lippi prend sa retraite 11 il y a 3 heures Des croix en bois et une tête de cochon installées sur la pelouse de Livourne 13
il y a 4 heures Subašić s'engage en Croatie en tant que joueur de champ 26
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom