• France
  • Paris-SG

Nasser al-Khelaïfi : « On pourra construire un nouveau stade à Paris »

LT
Nasser al-Khelaïfi : «<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>On pourra construire un nouveau stade à Paris<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>»

Spoiler : juste en dessous de la tour Eiffel.

Alors que la Coupe du monde bat son plein dans son pays, Nasser al-Khelaïfi est aussi rattrapé par l’actualité du PSG. Engagé dans un bras de fer avec la mairie de Paris alors qu’il souhaite racheter le Parc des Princes, le président du club parisien s’est expliqué dans une interview parue ce samedi dans L’Équipe. « S’ils ne veulent pas accepter notre offre, on part. On ne menace pas. On se serre la main, on remercie la mairie et on se dit au revoir », a-t-il prévenu. Le Qatarien avance également que l’état actuel du stade n’est pas à l’image des ambitions du club : « Une fois, on a dû fermer 2000 places à cause d’un souci. La technologie n’est pas au niveau non plus. Le PSG n’a pas le stade pour arriver au top niveau financier et même sportif. »

Le conflit ne se situe pas forcément au niveau de la vente même, mais plutôt autour du prix. Alors que le PSG aurait proposé environ 50 millions pour l’enceinte, la mairie, elle, en exige beaucoup plus. « Quelle est la valeur du stade sans le PSG ? Ce n’est rien. La mairie doit aussi se demander ce que le club rapporte à la ville de Paris. S’ils pensent que l’on va investir 500 millions d’euros, on va simplement aller construire un nouveau stade », a-t-il argumenté. NAK a également répondu à la pique d’Emmanuel Grégoire, adjoint à la mairie de Paris, qui avait comparé le prix du Parc à Paredes. « Lui, il parle trop. En face de nous, il nous dit quelque chose, et dans le journal, sa version est différente. Ça, je ne peux pas l’accepter. S’il y a un problème, on se parle en face. Pas dans le journal. » Enfin, le président du PSG a évoqué une des solutions envisagées s’il devait quitter l’arène emblématique : « Je ne peux pas vous dire où, mais on pourra construire un nouveau stade à Paris. »

Et il y aura la clim’ dedans ?

Kenzo, la goutte de trop

LT

À lire aussi

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus