Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // CDM 2022
  2. // Qualifs
  3. // France-Kazakhstan

Objectif dune

Un peu plus d'un mois après avoir ramené une autre coupe à la maison, l'équipe de France replonge samedi pour définitivement valider son billet pour la Coupe du monde au Qatar. Opposés au Kazakhstan sur le billard d'un Parc des Princes qu'ils n'ont plus visité depuis octobre 2013, les Bleus doivent surtout se prouver deux choses : qu'ils progressent dans leur mise à mal des blocs bas et que leur nouveau système a bien un avenir devant lui.

Un bloc, trois lignes serrées, des hommes bleus qui peinent à démêler les fils d'un casse-tête, une nuit un peu fade et un public qui fait la moue. Depuis l'été 2012, date de l'arrivée de Didier Deschamps au poste de premier entraîneur de France, ce scénario a fait le tour du monde et il est possible de ressortir plusieurs épisodes de notre boîte à souvenirs. Pêle-mêle : la Géorgie en 2013, l'Albanie en 2014, en 2015, et à l'Euro 2016, tournoi où il y a également eu des batailles avec la Roumanie et l'Irlande, mais aussi l'Australie au Mondial 2018, la Hongrie au dernier Euro, et plus récemment la Bosnie... Généralement, lorsqu'il lui est demandé de prendre le contrôle d'une rencontre face à un adversaire réputé plus faible, l'équipe de France piétine, peine à engendrer de l'intensité et du rythme, et paie certains manques. Grave, docteur ? Pas tellement, lorsqu'on sait que l'essentiel aux yeux de Didier Deschamps est le résultat, ce qu'il a répété une nouvelle fois cette semaine, et que les Bleus ont souvent réussi à s'en sortir grâce à la qualité individuelle de ses éléments. Plus embêtant, lorsque cela reste une limite après neuf ans de mandat et qu'un titre de champion du monde est passé par là, ce qui a un peu plus encore poussé les blocs adverses à se rétracter autour de leur surface. À un an du Mondial 2022 au Qatar, que l'équipe de France verra en cas de victoire samedi soir au Parc des Princes, le principal chantier de ce groupe est toujours le même, et le dîner du week-end avec le Kazakhstan doit être l'occasion d'un nouveau test utile en ce sens, ce que Deschamps a rappelé cette semaine : « Après ce que j'ai vu à la Ligue des nations, malgré la victoire finale, j'ai bien conscience que l'on doit gagner en maîtrise. Face au Kazakhstan, déjà, on devrait avoir plus le ballon qu'eux. On n'a pas peur, on respecte l'adversaire, et on sait que plus on maîtrisera, moins on laissera de place au hasard et à l'incertitude. En football, il suffit de peu... Faisons en sorte qu'il n'y ait pas ce "peu". Pour atteindre cet objectif, notre animation offensive va être essentielle. On sait à quoi on va être confrontés, à un bloc dense et bas, et on sait que c'est la diversité et les prises d'initiative qui nous aideront à nous en sortir. »

Ne plus jeter de pièce en l'air


Ce qui nous amène au système et aux hommes qui l'animent. Au Parc, les Bleus devraient se pointer samedi avec le 3-4-1-2 invaincu depuis trois rencontres. L'important n'est cependant pas la recette, mais le choix des ingrédients : va-t-on revoir l'équipe de France envoyer un pressing haut comme lors de la seconde période livrée en septembre, à Turin, contre la Belgique ? Va-t-on avoir le droit aux quelques bonnes prises d'initiatives à la relance de Jules Koundé ? Ou, au contraire, va-t-on voir cette bande être à la peine à la création et des milieux qui enchaînent les décrochages pour compenser le manque d'audace des centraux (Upamecano a pourtant l'habitude de briller à la relance au Bayern, mais peine encore à se lâcher en sélection), ce qui prive ensuite la France de solutions un cran plus haut sur le terrain ? En choisissant de ne pas surcharger ses joueurs de consignes, Didier Deschamps souhaite miser sur la créativité et la fraîcheur d'esprit de ses hommes. Le sélectionneur sait également que ce pari a des limites et qu'affronter un bloc bas demande autre chose que de lancer une pièce en l'air. À savoir : du mouvement, des zones cibles, des plongées dans la profondeur, des projections entre les lignes, du jeu intérieur, des permutations... « Il faudra entrer avec la bonne agressivité, la bonne intensité et de bonnes intentions afin d'emballer le match le plus vite possible. Il faut se rendre les matchs faciles en marquant tôt » , a alors résumé Hugo Lloris, vendredi après-midi, en conférence de presse, tout en ayant conscience que l'équipe de France doit se passer de son principal moteur (Paul Pogba) et de deux des trois titulaires de sa défense de septembre (Presnel Kimpembe et Raphaël Varane). N'Golo Kanté, qui n'a plus joué depuis l'élimination face à la Suisse en juin, risque alors d'être scruté plus que ses potes, et quelque chose dit que le milieu de Chelsea a de quoi s'éclater dans la nouvelle animation des Bleus. Autre homme attendu : Kingsley Coman, qui pourrait être aligné en piston droit à la place de Benjamin Pavard afin d'ajouter un marteau-piqueur à l'animation offensive tricolore. Déambuler sur les dunes n'est plus qu'à une marche, autant qu'elle soit gravie avec la manière.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
il y a 50 minutes Sepp Blatter entendu comme témoin dans l'affaire de l'attribution du Mondial 2022 au Qatar il y a 8 heures EuroMillions vendredi 26 novembre 2021 : 163 millions d'€ à gagner ! 1
il y a 5 heures Infantino s’en prend aux opposants de la Coupe du monde tous les deux ans 87
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 5 heures La CONMEBOL met fin à la règle du but à l'extérieur 8 il y a 6 heures La pelouse de Santander gravement détériorée par un acte de vandalisme 33
il y a 6 heures Ses premiers enfants s’appellent Mara et Dona, son troisième s’appellera Diego 34
À lire ensuite
Gabon dans le vide