• Mondial 2022

Un Mondial 2022 neutre en carbone, est-ce vraiment crédible ?

Par Raphaël Brosse

Les organisateurs du Mondial 2022 avaient promis d’en faire la première Coupe du monde « complètement neutre en carbone » de l’histoire. Un objectif réaffirmé par la FIFA, mais qui, selon certains experts, n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux.

Dans cet article :

À l’origine, il y a cette promesse, écrite noir sur blanc dans le dossier de candidature du Qatar pour l’obtention de la Coupe du monde 2022 : il s’agira du premier Mondial « complètement neutre en carbone » de l’histoire. Douze ans plus tard, les stades sont sortis de terre, les délégations des 32 nations qualifiées sont arrivées sur place, tout comme la plupart de leurs supporters. Un mois durant, le petit émirat va concentrer l’attention de la planète. Au fait, cet engagement de neutralité carbone est-il toujours d’actualité ? « Bien sûr que c’est le cas, assure la FIFA dans une réponse adressée par mail. Nous sommes pleinement conscients que le changement climatique est l’un des défis les plus urgents de notre époque, et nous estimons que chacun de nous doit prendre des mesures climatiques immédiates et durables. » Et l’instance de lister les initiatives mises en place pour limiter les émissions de CO2 liées au tournoi – « stades économes en énergie », « certification de construction écologique de leur conception », « transports à faibles émissions », « pratiques durables de gestion des déchets » -, sans oublier de préciser que « toutes les émissions restantes seront compensées en investissant dans des crédits carbone internationalement reconnus et certifiés. » Le plan paraît rodé. Mais il n’échappe pas, pour autant, à la critique.

Les émissions liées à la construction des stades sont très largement sous-estimées.

Bataille de chiffres

Ce sont d’abord les chiffres avancés qui posent question. Un rapport commandé par la FIFA et publié en juin 2021 estime que la Coupe du monde 2022 engendrera jusqu’à 3,6 millions de tonnes de CO2. Un total bien supérieur aux éditions précédentes (2,1 millions de tonnes de CO2 en 2018, environ 2,7 en 2014 et 2010), mais qui serait nettement sous-évalué. « Ce n’est pas crédible, dénonce Alexis Normand, cofondateur et directeur général de Greenly, entreprise française spécialisée dans le suivi de l’empreinte carbone. On ne peut pas avoir un montant exact, car il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte, mais une simple évaluation rapide fait penser que ce qui a été annoncé est faux. » La start-up a sorti sa calculatrice, et ses additions ont abouti à une estimation de six millions de tonnes de CO2, au minimum. « Les émissions liées à la construction des stades sont très largement sous-estimées, pointe de son côté Gilles Dufrasne, de l’ONG Carbon Market Watch. Pour faire simple, ceux qui ont écrit ce rapport ont pris l’impact total de ces constructions, l’ont lissé sur les soixante ans de durée de vie de ces enceintes et considéré que la FIFA n’était responsable que de celles émises pendant les événements dont elle a la charge, soit une toute petite portion. Ce qui nous semble inapproprié. » L’organisation dirigée par Gianni Infantino a ainsi seulement pris en compte moins de… 0,3 % des émissions totales liées à la construction des stades.

Tous les stades incluent des plans d’héritage détaillés et des modèles commerciaux avant et après l’événement.

Une telle méthode de calcul, éminemment contestable sur le fond, peut toutefois revêtir une certaine crédibilité s’il est acquis que les infrastructures construites dans le cadre du Mondial auront ensuite une réelle utilité pour la population locale. Or, à quoi serviront ces stades une fois le tournoi terminé ? L’un d’entre eux, le stade 974, sera démantelé et pourra être remonté ailleurs. Reste que sept enceintes de grande capacité se trouveront toujours à proximité immédiate de Doha et de ses quelque 2,4 millions d’habitants.« Il va falloir trouver une solution pour continuer à les utiliser de façon efficiente, prévient Gilles Dufrasne. Les organisateurs ont déjà parlé d’en transformer certains en hôtels ou en infrastructures pour la population locale, mais pour l’instant, c’est très vague. Ça continue à poser question sur la crédibilité de ces plans et leur viabilité à plus long terme. » « Je pense que le Qatar va se positionner comme un pays d’accueil d’événements internationaux. S’ils veulent rentabiliser leurs stades, ils vont devoir accueillir plein de compétitions. Il y a un appel d’activités, qui vont engendrer des émissions sur le long terme », remarque Alexis Normand, alors que le Qatar sera justement le théâtre de la Coupe d’Asie des nations 2023. « Tous les stades incluent des plans d’héritage détaillés et des modèles commerciaux avant et après l’événement, rétorque la FIFA. Plusieurs stades étaient en service bien avant la Coupe du monde et seront partiellement ou totalement réaffectés après l’événement, avec un total de 170 000 places de capacité augmentée à supprimer. » Au-delà du simple cas des infrastructures, il y a également le coût environnemental des déplacements. Le Qatar a longtemps vanté le côté « compact » de cette Coupe du monde, qui rassemblera équipes, supporters et médias dans un périmètre restreint, ce qui est censé permettre de se déplacer rapidement d’un stade à l’autre. Mais l’offre de logement étant trop coûteuse, nombreux sont les supporters qui poseront leurs bagages dans un État voisin et effectueront l’aller-retour en avion dans la journée. « Il y aura plus de 160 vols quotidiens, rappelle Alexis Normand. Sur de petites distances, d’accord, mais ce n’est pas négligeable en matière d’émissions. »

Vouloir compenser sans faire aucun effort de réduction, c’est du greenwashing. On prend les gens pour des idiots et on se dédouane facilement de ses responsabilités.

« Portefeuille de compensation » et « artifice comptable »

Pour atteindre la neutralité carbone tant mise en avant, la FIFA, le comité suprême (le nom du comité d’organisation) et le Qatar devront aussi investir dans les crédits carbone. Autrement dit, financer des projets permettant de compenser les émissions produites. « La FIFA compensera sa part des émissions restantes avec un portefeuille de réductions d’émissions qui sera vérifié et conforme aux normes internationales de certification volontaire, affirme l’instance siégeant à Zurich. Le processus d’appel d’offres est dans sa phase finale. Le portefeuille de compensation carbone sera communiqué en temps voulu. » Le comité suprême (qui n’a pas répondu à nos sollicitations) s’est quant à lui tourné vers le Global Carbon Council, basé à Doha. « Jusqu’à présent, seuls trois projets ont été choisis, constate Alexis Normand. Cela ne couvre même pas 5 % des émissions annoncées. » Selon le CEO de Greenly, la notion même de neutralité carbone est d’ailleurs très critiquable. « C’est un artifice comptable, expose-t-il. Il n’y a pas assez de projets de compensation pour rendre le monde neutre en carbone, sinon ça ferait longtemps qu’on aurait réglé le problème du réchauffement climatique : il suffirait de planter plein d’arbres, et hop, terminé. Les projets de compensation certifiés, avec un impact de long terme, qui ajoutent de la capture de carbone, qui sont audités, mesurables, vérifiables, ne couvrent pas plus d’1 % des émissions mondiales. » Avant de conclure : « Le seul moyen d’être crédible, ça aurait été d’émettre beaucoup moins de CO2 que les Coupes du monde précédentes. Là, le fait de vouloir compenser sans faire aucun effort de réduction, c’est dugreenwashing. On prend les gens pour des idiots et on se dédouane facilement de ses responsabilités. » On ne sait pas encore si la promesse qatarie sera tenue. Mais on comprend donc aisément que de gros doutes sont permis.

Dans cet article :

Par Raphaël Brosse

Propos de la FIFA et d'Alexis Normand recueillis par RB, ceux de Gilles Dufrasne issus du Qatar Boycott Podcast de Mourad Aerts et Nicolas Georges.


Dernières actus

0
League Cup : Newcastle prend la demie aller à Southampton League Cup : Newcastle prend la demie aller à Southampton

League Cup : Newcastle prend la demie aller à Southampton

League Cup : Newcastle prend la demie aller à Southampton

0
La Lazio humilie Milan La Lazio humilie Milan

La Lazio humilie Milan

La Lazio humilie Milan

4
Le Bayern arrache le nul contre Cologne Le Bayern arrache le nul contre Cologne

Le Bayern arrache le nul contre Cologne

Le Bayern arrache le nul contre Cologne

1
Le RB Leipzig gifle Schalke 04 Le RB Leipzig gifle Schalke 04

Le RB Leipzig gifle Schalke 04

Le RB Leipzig gifle Schalke 04

6
Le but le plus dégueulasse de 2023 Le but le plus dégueulasse de 2023

Le but le plus dégueulasse de 2023

Le but le plus dégueulasse de 2023

Qatar

3
Argentine-France : On était au milieu des célébrations à Lusail Boulevard Argentine-France : On était au milieu des célébrations à Lusail Boulevard

Argentine-France : On était au milieu des célébrations à Lusail Boulevard

Argentine-France : On était au milieu des célébrations à Lusail Boulevard

60
Kylian Mbappé et Lionel Messi en finale : la victoire de QSI Kylian Mbappé et Lionel Messi en finale : la victoire de QSI

Kylian Mbappé et Lionel Messi en finale : la victoire de QSI

Kylian Mbappé et Lionel Messi en finale : la victoire de QSI

31
On était à la course de dromadaires, sport roi du Qatar On était à la course de dromadaires, sport roi du Qatar

On était à la course de dromadaires, sport roi du Qatar

On était à la course de dromadaires, sport roi du Qatar

593
Non, je n'arrive pas à être heureux que la France soit en finale Non, je n'arrive pas à être heureux que la France soit en finale

Non, je n'arrive pas à être heureux que la France soit en finale

Non, je n'arrive pas à être heureux que la France soit en finale

36
Un mort de plus au Qatar lors de la rencontre Argentine - Pays-Bas Un mort de plus au Qatar lors de la rencontre Argentine - Pays-Bas

Un mort de plus au Qatar lors de la rencontre Argentine - Pays-Bas

Un mort de plus au Qatar lors de la rencontre Argentine - Pays-Bas