S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J1
  • Lille-Nantes

Lille, première !

Par Eric Carpentier
Lille, première !

Ce dimanche, le nouveau spectacle proposé par Marcelo Bielsa et sa troupe d'inconnus va être dévoilé au grand public pour la première fois. Tour d'horizon du casting et des derniers extraits connus, pour ceux qui ne vont jamais au ciné sans avoir vu la bande-annonce.

Place au spectacle. Sept semaines de répétitions et une générale contre Rennes plus tard, Pierre-Mauroy va enfin entendre frapper les trois coups de son nouveau show. A l’affiche, une troupe d’inconnus mise en scène par une légende, pour un jeu que l’on annonce enlevé comme une bonne comédie de boulevard et érotique comme un vieux dimanche soir sur la 6. Le programme avance placements étudiés, échanges percutants et saillies assassines ? On attend de ce LOSC Unlimited qu’il ait des airs de Django Unchained pour, peut-être, faire péter le box-office. Voilà pour les intentions. Quant à voir ce que peut donner la réalisation, un petit coup d’oeil aux premiers extraits lâchés s’impose. Magnéto, Marcelo.

Tous les gars sont de sortie

Alors, qu’a-t-on vu depuis le 19 juin dernier ? Au-delà des modifications dans le décor de Luchin (les bungalows construits pour garder les joueurs au maximum dans le centre), le LOSC est sorti à cinq reprises contre Reims (2-0), Courtrai (4-0), Ostende (0-0), l’Atalanta (0-1) et Rennes (4-2). Si les chiffres sont plutôt flatteurs (trois victoires, un nul, une défaite, dix buts marqués, trois encaissés, trois clean sheets), ils n’ont aussi pas grand-chose de révélateur. Deux pions marqués par match, c’est exactement la moyenne de l’OM en 2014-2015. Trois bastos encaissées, c’est certes peu, mais ça doit surtout être pondéré par la qualité relative des deux premières oppositions. Non, plus que dans les stats, c’est dans le contenu que doivent être cherchés les indices sur la production à venir.

Et là, à l’opposé de l’idée donnée par les résultats bruts, il y a un constat défensif : Lille risque de douiller cette saison. Sur le but de l’Atalanta, deux joueurs bergamotes se retrouvent absolument seuls dans le dos de la défense, prêts à aligner Maignan aux six mètres. Quant aux deux pions de Rennes, ils sont consécutifs à autant de pertes de balles de Thiago Mendes et de Préville, un peu trop joueurs sur ces coups-là. Que la charnière Edgar Ié – Junior Alonso, qui a disputé l’intégralité des cinq matchs de préparation, reste tranquille : il va y avoir du sport. Et de bonnes occasions pour Mike Maignan de montrer qu’il mérite, comme Bernard Lama il y a vingt ans, d’ouvrir le championnat contre Nantes en titulaire dans les bois lillois, pendant que Vincent Enyeama tient les murs du loft.

La route est longue à ce qu’on dit

Pour le reste, Bielsa reste fidèle à ses idées et distribue sa confiance avec parcimonie. En annonçant sa composition pour Nantes dès samedi en conférence de presse, l’Argentin n’a surpris personne : le onze titulaire est celui qui a débuté, à trois petites exceptions près (Kouamé deux fois, Bissouma une fois), les cinq matchs de préparation. Avec, en élément clé, le capitaine Amadou prêt à reculer d’un cran selon que Bielsa joue en 4-2-3-1 ou en 3-3-1-3, et bien conscient de la tâche, dès son deuxième match de l’été : « C’est une bonne chose de pouvoir évoluer dans plusieurs schémas différents. Le coach nous demande d’avoir le ballon, le garder et ainsi faire courir l’adversaire. Une fois la balle perdue, nous devons faire un gros pressing pour le récupérer rapidement. » Quitte à y laisser son souffle.

Hors du commando de sergent Bielsa, peu de salut et pas mal de victimes. Surtout quand, comme Monaco, le club achète beaucoup pour faire son omelette. Le panier garni d’oeufs cassés va devoir apprendre à ne pas laisser baver sa déception et les jeunes à ronger leur frein. À moins qu’un hiver difficile pour les recrues sud-américaines, entre répétition des matchs, lourdeur des terrains et carence en vitamines C, puisse rebattre les cartes. En attendant, c’est toujours l’été et Bielsa va avoir toute latitude pour peaufiner les automatismes de son équipe-type, les supporters pour apprendre à associer un nom et sa ganache. Avec un calendrier plutôt light pour commencer (Nantes, Strasbourg, Caen, Angers), le LOSC a un mois pour prendre de la confiance et des points, pour réussir son lancement. Mais attention : avec Claudio Ranieri ce soir, la troupe lilloise va affronter un critique au regard acéré pour sa première.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Eric Carpentier

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Lille

Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Nantes

Mike Maignan