S’abonner au mag
  • Culture Foot
  • Kasabian

«Les Qataris? Je trouve ça ridicule»

Par
«Les Qataris? Je trouve ça ridicule»

Entre deux concerts, Tom Meighan, le chanteur du groupe de rock indépendant Kasabian, se rend au stade pour supporter Leicester City, son club de cœur. Et quand il s'agit de faire un peu de promo, il préfère parler du foot anglais et de ses dérives.

En juin 2009, So Foot remporte le Kasabian Football Tournament. Vous avez organisé d’autres tournois de foot depuis ?

Non, je crois que ce n’est pas une bonne idée. L’un des mecs du groupe Empire s’était pété le bras lors du dernier tournoi et notre batteur s’était fait une petite entorse. Donc on va éviter à l’avenir ce genre d’efforts physiques.

Vous avez quand même une balle dans votre tour bus ?

Ouais, on a une balle, mais on n’a jamais le temps de se poser et de jouer au foot. Mais maintenant que tu m’en parles, c’est vrai que cela fait longtemps que je n’ai pas vu cette balle, je me demande ce qu’elle est devenue ! Par contre, on a joué au foot dans une pub télévisée pour Sky Sports, il y avait aussi Jamie Redknapp, Gary Neville, c’était vraiment cool.

Tu es un grand fan de Leicester City. Leur dernière apparition en Premier League remonte à 2004, ça commence à faire long, non ?

Cette année, on va gagner la deuxième division. On a dépensé 10 millions de livres, pour une équipe de D2, c’est énorme. L’an dernier, on a pris beaucoup trop de buts, il fallait remédier à ça avant tout. Du genre on en marque quatre, mais les autres en mettent cinq. Ça, ce n’est pas possible si tu veux évoluer. Là, on a signé cinq joueurs (Kasper Scheimchel, Matthew Mills, Paul Konchesky, John Pantsil et David Nugent, ndlr), et je suis sûr que l’an prochain, on sera en Premier League, je croise les doigts. Il faut savoir que si on y va, on sera parmi les cinq-six clubs les plus riches du championnat, à peu près comme Liverpool.

Qu’est-ce que tu penses du coach, Sven Goran Eriksson ?

C’est un grand. C’est un homme très calme et très sage. Il est expérimenté. Après, il ne peut pas faire des miracles non plus. Donne-moi Rooney, Messi et Ronaldo, et même moi je te fais une grande équipe. Là, il doit composer avec les moyens du bord. Et c’est pour ça que je te dis qu’avec les nouveaux arrivants, il va constituer quelque chose de cohérent et solide. C’est sûr.

Le dernier titre de Leicester, c’est une Coupe de la Ligue en 2000. Tu t’en souviens ?

Évidemment, ce n’est pas comme si on gagnait des titres chaque année. C’était un super moment, mais c’est vrai qu’ici, l’important, c’est la Premier League. Et cette époque-là, le début des années 2000, cela correspond vraiment à la chute du club. On gagne cette Coupe en 2000, et deux ans plus tard, on est en Championship. Il y a eu une gestion de merde, vraiment.

Quand on est fan de Leicester, quelle est l’équipe que l’on déteste le plus ?

Nottingham Forest. C’est l’équipe qui vit dans le passé. Ils ont gagné deux Ligues des Champions dans les années 70, et ils ne parlent que de ça. Réveillez-vous, on est en 2011 et vous êtes en D2 ! Ce qui me fait peur, c’est que là, ils viennent de signer Steve McClaren comme coach.

Quelle est la chose qui caractérise le plus Leicester City ?

Je pense qu’on a des supporters incroyables, et nous sommes peut-être l’équipe qui a eu les meilleurs gardiens en Angleterre. Je te parle de Gordon Banks, ou de Peter Shilton, des gardiens exceptionnels. Et puis on a eu aussi des buteurs de renom, avec Gary Lineker par exemple.

Justement, en tant que fan de Leicester, tu es plutôt Gary Lineker ou Steve Walsh ?

C’est dur de juger car je suis un très bon ami de Steve Walsh. Alors je vais dire Steve, car c’est quelqu’un pour qui j’ai énormément de respect. Il a marqué moins de buts que Lineker, mais il a tout donné pour ce club. Il nous a offert la montée en Premier League en 1994 avec un doublé dans la finale des play-offs contre Derby County. Puis il s’est blessé. Et il est revenu, toujours avec le même panache.

En France, ces jours-ci, on parle beaucoup des riches investisseurs qataris qui viennent de reprendre le PSG. La même chose est arrivée en Angleterre, à Manchester City et à Blackburn. Que penses-tu de tout ça ?

Je trouve ça nul. C’est ridicule car cela dénature le football. Et surtout, quelle est la limite ? Quelle est la limite de cette merde ? On parle des Qataris, mais pour moi, le Real Madrid et Chelsea sont à mettre dans le même sac. Ils avaient gagné quoi, Chelsea, avant l’arrivée d’Abramovitch ? Un titre dans les années 50 et deux FA Cups ? Pour moi, ils ont acheté la Premier League. Pas dans le sens où ils l’ont corrompue, mais dans le sens où ils ont dépensé des millions pour gagner. Et ça va être pareil avec Manchester City. Je pense que tout le monde se rend compte que c’est mal. Pourtant, cela arrive.

Y a-t-il un joueur que tu aimerais voir en Premier League ?

Ce serait nul de dire Messi, trop évident. Alors peut-être Di Maria. Je ne sais pas pourquoi, j’adore ce joueur. Il a un style très particulier, on a l’impression que ses jambes vont se casser à n’importe quel moment, alors qu’en réalité, il a des super appuis. Je le vois bien dans un club anglais. Ouais, je le vois bien à Leicester (il se marre).

Et un joueur qui pourrait tout à fait être dans un groupe de rock ?

Ça, c’est plus difficile. Peut-être Andy Caroll, dans un groupe underground (il se marre encore).

Quelles sont les similitudes entre un groupe de rock et une équipe de foot ?

Dans les deux cas, ce sont des mecs qui construisent quelque chose ensemble. Et bien souvent, seul, tu ne peux pas gagner. Néanmoins, un groupe et une équipe doivent avoir un leader. Et ils existent grâce à leurs fans. Sans parler de la passion que tu peux exprimer dans l’un et l’autre.

Parlons un peu de l’Angleterre. L’Euro 2012, c’est dans dix mois. Quelles sont tes impressions sur la sélection anglaise ?

Mauvais, mauvais, mauvais. Sincèrement, je n’y crois plus. Je ne m’intéresse quasiment plus à l’équipe d’Angleterre. Cette sélection n’a pas de fond, n’a pas d’âme. Comment tu expliques qu’avec les joueurs brillants qu’ils ont eus, les Anglais n’aient rien gagné depuis 1966 ? On a des jeunes, mais il n’y a aucune cohérence. Et puis, on n’est pas encore qualifiés, il y a le Monténégro qui est en tête du groupe je crois (les deux équipes sont à égalité, ndlr). Je te rappelle que le dernier Euro, on l’a regardé à la télé.

Fabio Capello, c’est l’homme de la situation ?

Je ne sais pas. C’est un grand entraîneur, il a gagné pratiquement tout dans sa carrière, mais être sélectionneur de l’Angleterre, c’est autre chose. C’est difficile à dire. En tout cas, je pense qu’il arrêtera après l’Euro 2012, quelle qu’en soit l’issue.

Et le joueur qui représente l’avenir ?

En Angleterre ? J’aime bien Wilshere d’Arsenal. Daniel Sturridge aussi. Ce sont vraiment des mecs qui ont de l’avenir. Après, de là à te dire que ce sont les futurs Messi…

Propos recueillis par Eric Maggiori

Par

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

03
Live : Lyon-Lens (0-2)
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine