S’abonner au mag
  • Ligue des nations
  • Gr. 3
  • Suède-France (0-1)

En Suède, les Bleus assurent le service minimum

Par Maxime Brigand
En Suède, les Bleus assurent le service minimum

Poussive, l'équipe de France s'est contentée de ramener l'essentiel de son voyage en Suède : une victoire (0-1), obtenue grâce à un but inscrit par Mbappé sur la seule frappe cadrée des Bleus.

Suède 0-1 France

But : Mbappé (41e) pour les Bleus.

Bien sûr, ils ne s’étaient pas vus depuis dix mois. Bien sûr, il y avait ce contexte, « pesant et contraignant », dégainé en avant-match par Didier Deschamps. Cette rentrée ne pouvait être un grand frisson, mais chacun était au moins venu en chercher un petit. Loin d’offrir une tempête tropicale, les Bleus n’ont pas brillé, samedi soir, en Suède, mais ont ramené l’essentiel : une victoire, obtenue grâce à un but inscrit par Mbappé sur leur seule frappe cadrée de la nuit et après une partie de flipper réussie au cœur de la défense suédoise. Et c’est à peu près tout.

Kanté au ménage, Mbappé pour l’image

Alors qu’il y avait l’espoir impossible de voir ce match de reprise se transformer en combat à l’ancienne, avec poings nus et battes de baseball dans le sac, ce Suède-France a évidemment pris la tournure attendue. Soit celle d’un rendez-vous entre 22 types qui ont passé la première période à se regarder en chiens de faïence, au milieu duquel Antoine Griezmann a d’abord souvent erré à la manière d’un teckel déprimé avant de sortir du silence. Comme annoncé, Didier Deschamps a décidé de se pointer à Solna habillé d’un 3-4-1-2 et Griezmann était alors chargé d’animer ce nouveau système. Problème : dans le premier acte, le joueur du Barça n’a été que trop peu touché entre les lignes, notamment par un Rabiot discret et qui s’est souvent contenté de passes latérales, et n’a que rarement eu la possibilité de faire péter les lampions. Qu’a alors fait l’équipe de France ? Pas grand-chose, si ce n’est laisser N’Golo Kanté passer la serpillère et faire tourner le ballon sans réussir à faire sauter la porte de la surface suédoise. Miracle heureux : trouvé côté gauche à quatre minutes de la pause, Kylian Mbappé a eu la chance de voir tomber du ciel deux contres favorables et a ensuite eu la malice de glisser le ballon dans un tout petit trou afin de faire sauter une dent à la Suède (0-1, 40e). Au fond, les Bleus n’auraient pas pu débloquer ce match autrement – ils ont marqué sur leur seule tentative de la première période –, et sans un Lloris impeccable devant Berg après une erreur de Varane, ils auraient pu se farcir quelques maux de tête.

Pas de grand frisson

Le principal concernait le système choisi, prometteur en Albanie, mais qui a été plus poussif samedi soir, principalement à cause du fait que les latéraux français (Dubois et Digne) ont souvent mis trop de temps à sortir sur leurs homologues suédois, qui étaient alors libres d’arroser. Autre curiosité du soir : Dayot Upamecano, qui se dépucelait avec les A et qui a été intéressant dans ses prises d’initiative, mais a perdu plusieurs ballons dans des zones dangereuses. Le rythme est légèrement arrivé en deuxième période, et l’équipe de France s’est un petit peu – pas trop non plus – plus découverte, Olivier Giroud, qui a vécu une soirée en enfer, glissant une tête à côté du but d’Olsen, et Griezmann canardant un siège vide dans le dernier quart d’heure. En face, la Suède n’a pas non plus cherché à agiter le bocal et, hormis l’occasion de Berg, n’aura été dangereuse que sur de vaines tentatives lointaines. Sympa, Janne Andersson a fait sauter la laisse de Dejan Kulusevski pour les vingt dernières minutes là où Didier Deschamps a décidé d’envelopper Mbappé pour filer un peu de lumière à Anthony Martial, qui a mal géré un contre en compagnie d’Olivier Giroud en fin de match et obtenu un penalty raté ensuite par Antoine Griezmann. Sur le gong, Lloris est aussi venu sauver une praline de Forsberg, mais pour le grand frisson, on repassera.


Suède (4-4-2) : Olsen – Lustig, Jansson, Lindelöf, Bengtsson – Larsson (Kulusevski, 70e), Olsson, Ekdal, Forsberg – Quaison (Guidetti, 77e), Berg. Sélectionneur : Janne Andersson.

France (3-4-1-2) : Lloris – Upamecano, Varane, Kimpembe – Dubois (F. Mendy, 88e), Kanté, Rabiot, Digne – Griezmann – Mbappé (Martial, 77e), Giroud (Nzonzi, 90e+3). Sélectionneur : Didier Deschamps.

Les notes des Bleus
Dans cet article :
Dans cet article :

Par Maxime Brigand

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

France

Kylian Mbappé