S’abonner au mag
  • Coupe du monde 2014
  • Groupe C

En direct : Japon – Grèce

Par
En direct : Japon – Grèce
-

À jouer

c’est terminé à Natal sur ce 0-0 tout moisi, qui tranche franchement avec l’intensité du reste de cette Coupe du monde. Une purge, une vraie. La Grèce a joué son jeu défensif bien sale, en étant en plus réduite à 10 dès la première période. De son côté le Japon a franchement déçu, trop tendre, pas assez tranchant. La Colombie est assurée de disputer les 8e et la Côte d’Ivoire est bien partie pour aussi… Bonne nuitée les zozos, à très vite.

la dernière belle opportunité était pour Okubo, mais il n’a pas osé la frappe instantanée à l’entrée de la surface. Dommage, fallait tenter mec, t’as plus rien à perdre…

Beau coup franc direct d’Endo, c’est repoussé difficilement par Karnezis ! Une des dernières occasions de la rencontre, certainement.

Carton jaune pour Vassilis Torosidis.

Vraiment bizarre ce match. Un oasis de médiocrité dans cette Coupe du monde.

Yoshida est pas loin d’ouvrir le score sans le vouloir, détournant de près une frappe d’un partenaire qu’il n’a pas vu venir. Mais ça part à côté du cadre, encore.

Le danger se rapproche dans la surface des Grecs. Les Japonais combinent bien mais il manque toujours la finition. Et ce sont les Ivoiriens qui font la bonne affaire pour le moment.

Chaque fois que je le vois jouer, je le trouve plutôt bon Salpingidis, bien vif et tout. Homme du hold up ? En attendant Samaras place sa tête à côté sur corner.

Changement pour Grèce. Dimitrios Salpingidis remplace Panagiotis Koné.

Belle frappe de loin d’Okubo, Karnezis se détend et détourne corner. Toujours 0-0, je suis tristesse.

Les Grecs jouent tellement bas qu’ils vont finir par s’assoir en tribune.

Re-grosse occas’ pour les Nippons ! Sokratis tarde à dégager un ballon chaud près de son but, Uchida surgit et frappe directement, mais ça passe à côté des montants.

Il reste 20 minutes à jouer et le Japon semble enfin avoir décidé de passer la seconde. Putain de diesel asiatique.

AAAH enfin une bonne petite action construite, avec un bon décalage de Kagawa et Okubo à la finition, qui est un peu trop court pour cadrer sa reprise. Mais il y a enfin du mieux !

C’est toujours Nagatomo le mec le plus dangereux sur son côté gauche, mais ses centres sont moins séduisants que ses courses malheureusement.

Le match s’est transformé depuis la reprise en concours de CPA, ça ne s’arrange pas. La Grèce joue à sa manière, sans surprise. C’est le Japon qui déçoit pour l’instant, et pas qu’un peu.

(Manalas : là comme ça tu me prends de court. Et puis je suis trop pris par ce match passionnant !)

Trois corners à suivre pour les Grecs, et Kawashima doit se détendre sur une tête bien smashée !! Le quatrième ne donne rien.

Kagawa a moyen de nous débloquer ce match, allez !

Changement pour le Japon. Shinji Kagawa remplace Yuya Osako.

Samaras KKC Franck Annese, moins la casquette.

Pour l’instant ce partage des points fait les affaires de la Côte d’Ivoire, qui garde sa deuxième place du groupe C derrière la Colombie.

Faute de Koné, bon petit coup franc à jouer pour les Nippons. Endo le tire, c’était pas mal mais personne ne détourne. Arf, toujours 0-0.

La Grèce joue à 9 derrière, les Japonais vont se galérer à trouver des décalages…

Changement pour le Japon au retour des vestiaires. Yasuhito Endo remplace Makoto Hasebe.

Allez zou ça repart ! Espérons que ça joue un peu mieux en cette seconde période, il faut y croire, j’y crois nom d’une pipe. Les Grecs ont engagé.

Mi-temps les loustics. On ne va pas vous la faire à l’envers, c’est pas terrible du tout pour l’instant. La Grèce va jouer à 10 depuis l’expulsion de Katsouranis. Aux Japonais, supérieurs techniquement, d’en profiter. A dans un quart d’heure, guys.

Étonnamment, le Japon ne semble pas vouloir profiter de son avantage numérique. Le Nippon est un grand timide.

Bon alors la Grèce à 11 c’est déjà pas très sexy. A 10, j’avoue flipper un peu quant au jeu proposé…

Changement pour la Grèce. Georgios Karagounis remplace Ioannis Fetfatzidis. Réorganisation tactique sur à l’expulsion de Katsouranis, narmol.

Et ben et ben et ben ! Il a fallu qu’elle soit à 10 pour que la Grèce se procure sa meilleure occasion : une énorme sacoche de Torosidis, détourné par Kawashima en corner (lequel ne donne rien).

Carton rouge pour Costas Katsouranis !! Un deuxième rouge pour lui, avec deux grosses fautes un peu connes. Bordel ça sent le sapin pour les Grecs…

Côté grec, une belle découverte : Panagiotis Kone, aucun lien avec Baky ni Bako. Il joue à Bologne et est pas mal remuant, genre chien fou.

Changement pour la Grèce. Theofanis Gekas remplace Konstantinos Mitroglou. Il n’a pris qu’un gros coup de coude mais semble trop souffrir pour continuer, dommage.

Tête d’Okubo, au-dessus. Okubo, qui est roux.

La possession de balle, c’est un bon 60-40 large en faveur du Japon. C’est fou de se dire qu’il y a dix ans tout juste la Grèce régnait sur l’Europe.

Fuck, Mitroglou est à terre. Il se tient la hanche, a priori c’est « juste » un coup de coude, ça devrait donc aller.

Honda au coup franc, c’est direct et cadré, le gardien – qui n’est donc pas Georges Clooney – se galère à capter. Le mec à l’air fébrile, faudrait peut-être le chauffer un peu sur des frappes lointaines…

Carton jaune pour Costas Katsouranis.

Techniquement, dans les mouvements et dans la volonté de faire du jeu, le Japon est au-dessus, comme attendu.

Encore une frappe pour les Nippons ! Osako à la finition, belle action, belle frappe brossé mais ça file juste à côté des montants. La Grèce tente dans la foulée de montrer qu’elle a du répondant.

Oh tiens d’ailleurs, c’est plus Georges Clooney le portier de la Grèce ?

La frappe instantanée ras de terre d’Osako !! Mais c’est trop faible pour tromper la vigilance du gardien grec. Toujours 0-0.

Nagatomo le latéral gauche de l’Inter est pas mal actif. Et sinon toutes les offensives du Japon passent par Honda.

(Samaras dans ses oeuvres, le mec finira sans doute pas avec le Ballon d’or mais avec le Prix Nobel de la paix, pas impossible.)

C’est mignon le Japon, ça taquine bien le ballon mais dans l’impact physique c’est assez faiblard. Coup franc pour la Grèce, ça ne donne rien.

Carton jaune pour Makoto Hasebe.

Première bonne occasion pour la Grèce avec la percée plein axe de Koné, qui déclenche une jolie frappe cadrée dans la course. C’est stoppé par Kawashima.

Je préviens, je suis un fan hardcore de Samaras.

(Merci Krevur pour la vidéo, je connaissais pas.)

L’équipe japonaise a du ballon, ce n’est plus un secret pour personne. Bonne entame pour eux, avec Honda positionné en 10.

Le sélectionneur des Grecs s’est enfin décidé à titulariser Mitroglou, c’est cool. Même hors de forme, il est toujours mieux à suivre que le vieux Gekas.

Il y a du « Nippon Nippon ! » qui descend des tribunes, les Jap’ jouent un peu à domicile au Brésil on vous le rappelle.

Yamaguchi pour la première frappe du match, c’est contré. Ce mec à un nom qui rappelle étrangement un vieux jeu où il fallait promener un chien virtuel pour qu’il fasse popo.

C’est TI-PAR les gaziers ! Le Japon engage. Bon match à vous, faites les fous comme d’habitude avec vos jeux de mots à la con. Il y a matière.

Sachez-le : du temps de la Grèce antique, Kostas Mitroglou était modèle pour sculpteurs.

Les Jap’ se collent des bonnes baffes viriles dans le couloir menant au terrain, ils ont l’air chaud-patate. Les hymnes vont suivre, le match aussi, vous endormez pas.

Point Daniel Lauclair : le match se dispute à l’Estadio Das Dunas de Natal, sous la pluie, avec le Salvadorien Joel Aguilar au sifflet.

Une raison ultime pour vous inciter à ne pas aller vous coucher ni partir en teuf ? La présence sur la pelouse de l’immense Georgios Samaras, Jesus Christ dans une autre vie il y a fort fort longtemps. Amen.

Du côté japonais, une absence de marque dans le 11 de départ : Kagawa, remplacé par le dénommé Yoshito Okubo, qui évolue au pays. Chez les Grecs, pas mal de changements par rapport à l’équipe attendue : Mitroglou est aligné d’entrée malgré sa méforme, de même que Fetfatzidis et Maniatis. Pas de kekas, de Salpingidis ni du vieux Karagounis.

Salut les beaux gosses. Salut aussi les moches. Du monde encore debout pour ce Japon – Grèce sexy en diable ? Moi oui et je suis chaud. 2e match de la 2e journée du groupe C. La Colombie est déjà quasi qualifiée avec 6 pts, la Côte d’Ivoire suit avec 3 pts, tandis que les deux adversaires du soir sont à 0 pt. Malheur au perdant, donc.

Par

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine