Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Gr. A
  3. // Bruges-PSG (1-1)

Ander, c'est les autres

Face à Bruges, ce mercredi en Ligue des champions (1-1), le PSG a montré un bien mauvais visage. Pourtant, un homme peut rentrer en France la tête haute : Ander Herrera, qui a ouvert le score et rappelé que le club de la capitale avait besoin de lui cette saison. Tout simplement car il fait le travail que les autres n'aiment pas faire.

Modififié
L’Euro, la Copa América, la trêve internationale de septembre, la crise sanitaire, les blessures, le marché des transferts. Le PSG peut piocher parmi toutes ces excuses pour expliquer son début de saison poussif dans le jeu - malgré le cinq sur cinq en Ligue 1 - et dans les résultats à l’image de la défaite lors du Trophée des champions contre le LOSC (0-1) et de ce match nul à Bruges en ouverture de la Ligue des champions (1-1). Un match qui n’a finalement rien appris aux supporters du Paris Saint-Germain : Neymar est toujours à court de forme, les trois de devant se moquent de défendre, Georginio Wijnaldum et Leandro Paredes errent sur la pelouse, le jeu est inexistant sans Marco Verratti, Keylor Navas est toujours impérial, et Ander Herrera est sur un nuage. Car oui, au milieu du marasme parisien, l’ancien milieu de Manchester United rayonne depuis le début de saison. Et il l’a de nouveau prouvé ce mercredi soir en envoyant au fond des filets le centre de Kylian Mbappé pour inscrire, quatre jours après son doublé contre Clermont en Ligue 1 (4-0), son quatrième but de la saison, soit plus que sur l'ensemble de ses deux premières années à Paris (2).

L'homme à tout (bien) faire


Voir Ander Herrera marquer des buts n’est pas une surprise. Il a déjà prouvé à Manchester et à Bilbao qu’il était capable de faire trembler les filets. Et dans une équipe comme le PSG où toute l’attention des défenseurs adverses est portée sur Mbappé, Messi et Neymar, cela laisse forcément plus d’occasions aux milieux de terrain de briller, comme les deux buts inscrits par Idrissa Gueye depuis le début de saison l'ont également prouvé. Finalement, les buts ne sont que la partie la plus visible du boulot d'Ander Herrera dans cette équipe parisienne 2021-2022. Car résumer le Basque à sa casquette de goleador serait bien évidemment réducteur. Non, Herrera, c’est aussi un pied droit qui envoie des passes téléguidées comme face à Troyes lors de l’ouverture de la Ligue 1 (2-1), et c’est surtout une abnégation qui fait qu’il semble être partout sur le terrain.


Achraf Hakimi est parti à l’abordage sur son couloir droit ? Pas de problème, Ander Herrera est là pour colmater la brèche. Les trois de devant refusent de participer au repli défensif ? Tant pis, l’Espagnol va courir trois fois plus pour tenter de récupérer le cuir. Leandro Paredes n’a pas envie de se projeter vers l’avant ? Herrera est là pour réceptionner les centres et les seconds ballons. Bref, Ander Herrera est partout, fait le sale boulot et se permet même des traits d’humour sur Twitter comme après son entrée en jeu à Reims en même temps que celle de Lionel Messi : « Je n'ai jamais été autant applaudi lors d'un changement. » Ne cherchez pas plus loin l’employé du mois.


Un caractère unique à Paris


Souvent blessé lors de sa première saison à Paris et considéré comme un second couteau lors de l’année suivante, Ander Herrera s’est surtout distingué lors des interviews. Il faut dire que l’Espagnol, qui a très vite appris le français, est ce qu’on peut appeler un bon client. C’est pour cette raison que c’est souvent lui qui s’arrête au micro des chaînes de télévision à la mi-temps ou après un match. Mais l’international espagnol (2 capes) n’est pas venu pour être le VRP du club. S’il l’a montré par bribes par le passé - notamment lors du Final 8 à Lisbonne où il s'était montré précieux -, il a visiblement décidé de le prouver de manière plus régulière cette année.


Alors que le PSG n’a jamais accumulé autant de stars que cette saison, c’est finalement celui qui se moque le plus de briller qui est sous le feu des projecteurs. Tout simplement car c’est celui qui a la meilleure attitude sur le terrain, celle d'un type qui ne fait aucun caprice et pense au bien de son équipe avant de penser à son petit nombril. Un caractère que le principal intéressé avait expliqué dans le SO FOOT #171 : « Ma plus grande vertu, c’est mettre mes qualités au service du collectif, et ce dans n’importe quelles circonstances. Si un jour, l’équipe a besoin de défendre de manière compacte, j’essaie de boucher les espaces, de resserrer les lignes un maximum par mon activité. Si l’équipe veut faire un pressing haut, j’essaie d’être le premier à exercer la pression sur l’adversaire, jusqu’au gardien adverse s’il le faut. Ma première qualité c’est ça, penser toujours au bien du collectif plutôt qu’au mien. Si je ne pensais qu’à ma pomme, j’aurais fait du tennis. » Un sport que beaucoup de ses coéquipiers n’auraient pas pu pratiquer. Car il faut aimer courir.

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 21:19 Viens mater PSG – City lors d’une projection So Foot !
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:33 Samir Nasri explique pourquoi il a raccroché les crampons 65
À lire ensuite
Neymar, es-tu là ?