Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Journée mondiale du braille

Top 10 : Passe aveugle

Pour célébrer la naissance de Louis Braille, le 4 janvier a été déclaré journée mondiale du braille en 2001. L'occasion de revenir sur tous ces joueurs qui n'ont pas vraiment eu besoin de leurs yeux.

Modififié
  • Pelé pour Carlos Alberto

    Pendant l'un des plus beaux buts de tous les temps, dans un contexte de rêve : la finale de la Coupe du monde. On est en 1970, et le Brésil mène 3-1 contre l'Italie à la 86e minute, lorsque Tostão récupère la balle dans les pieds italiens, à 5 mètres sur la gauche de sa surface. Le ballon file ensuite à Clodoaldo, Pelé, Gérson, re-Clodoaldo qui dribble quatre joueurs avant de donner à Rivelino, qui envoie sur l'aile Jairzinho. Celui-ci repique dans l'axe et transmet à Pelé à l'entrée de la surface. O Rei temporise et décale sans un regard un Carlos Alberto lancé, tout ça parce que Tostão a traversé tout le terrain pour lui dire qu'Alberto arrivait. Quand on a n'a pas d'yeux, on a des oreilles.

    Vidéo

  • Ronaldo pour Beckham

    Des décennies plus tard, une action finalement similaire, avec encore et toujours un Brésilien dans le rôle-titre. Cette fois-ci, ce sont les victimes qui jouent en jaune, en la personne des sous-mariniers de Villarreal, et les bourreaux sont les Blancos du Real. Une récupération, un contre, Beckham remontant le terrain à grandes enjambées avant de tenter d'inverser à gauche. Sur le chemin de la passe, Ronaldo. Contrôle aérien orienté, feinte de frappe, passe pour l'Anglais qui a continué son effort sur la droite. Sauf que si El Fenómeno n'est pas si loin d'O Rei, le Spice Boy n'est pas Carlos Alberto et frappe très fort à côté.

    Vidéo

  • Ronaldinho

    Samba toujours, avec Ronaldinho, alors au sommet de son art à Barcelone. De l'insolence même, tant cette action donne envie d'applaudir ou de casser une cheville, selon le camp dans lequel on se situe. M. Lapin accélère plein axe, passement de jambe, petit pont, et transmet à Henrik Larsson dans l'espace, tout en regardant derrière au moment de la passe. Un geste qu'il affectionne, et qu'ils sont nombreux à vouloir reproduire, très souvent sans en avoir le talent. Ce qui finit donc souvent en passe pour personne.

    Vidéo

  • Guti pour Benzema

    Au cours des dix dernières années, le Real a connu son lot de types pas mauvais avec un ballon : Figo, Zidane, Ronaldo, Raúl, Beckham, Kaká, Cristiano Ronaldo, Kaká, Özil, Modrić, Kroos, Arbeloa… Et puis il y a Guti. Un joueur tout de même délicieux, formé au club et qui a vu les stars défiler lors de ses 15 saisons. La clef pour lui était de se mettre au service du collectif, comme lorsqu'il joue buteur pour remplacer un Morientes sur le flanc au début du siècle, ou qu'il talonne pour Benzema alors qu'il est seul face au gardien. Au royaume des aveugles, les borgnes sont les rois.

    Vidéo

  • Zidane pour Trezeguet

    Comme disait Michel Sardou : « Mais voilà, j'habite en France, et la France, c'est beaucoup mieux que ce qu'on dit. » Aucune raison donc pour que celui qui a été adoubé par les Brésiliens n'ait pas un petit côté Daredevil non plus. En 2003, contre une Nationalmannschaft certes en pleine reconstruction, mais finaliste du dernier Mondial, Zidane livre un récital à la mesure de son talent. Dont cet enchaînement passement de jambe-je regarde à gauche-je donne à droite pour un Trezeguet qui n'a plus qu'à ajuster Kahn pour le 3-0. Certes, Trezeguet fait l'appel en travers, mais ZZ l'a simplement senti.

    À 2'15
    Vidéo

  • Özil pour Khedira

    Encore un sonar, avec l'héritier du Français au Real, dans un remake du match de 2003. Renversement de situation, puisque Mesut Özil, même s'il a grandi avec des posters de Zidane dans sa chambre, est allemand. Sur ce une-deux au long cours absolument incroyable, difficile de penser que le désormais Gunner ne communique pas par télépathie avec Sami Khedira. Certains avancent la thèse selon laquelle ses gros yeux globuleux lui octroient une vision périphérique, mais telle la hache d'argent, ceux-ci ne fonctionnent qu'à grande profondeur. Dans la lumière d'un stade, Mesut est donc aveugle et mérite bien sa place.

    Vidéo

  • Paul Scholes

    «  Scholes est presque intouchable dans ce qu'il fait. Je ne me lasse jamais de le regarder jouer. C'est très rare de croiser des footballeurs complets, mais Scholes s'en rapproche aussi près que l'on puisse imaginer.  » Zinedine Zidane. « C'est le meilleur milieu axial des quinze ou vingt dernières années, le plus complet. J'en ai souvent parlé avec Xabi Alonso. Scholes a absolument tout : il peut marquer des buts, faire la dernière passe, il est fort physiquement, il ne perd pas la balle. S'il avait été espagnol, il aurait été davantage estimé. » Xavi. Paul Scholes sait donc tout faire. Même des passes aveugles. Ce qui, en plus d'être roux, représente un sacré double handicap.

    La première, à 3'37'', la seconde, à 4'05'', la troisième à 4'17''
    Vidéo

  • Thierry Henry

    L'avantage, quand on joue avec des types moins forts, c'est qu'on peut tenter des choses qu'on ne se permettrait pas d'ordinaire. C'est sans doute pour cela que Thierry Henry a claqué cette petite feinte, comme ça, tranquillement, en passant, au milieu de terrain. Un Henry qui évolue alors au New York Red Bull, et comme chacun sait, le taureau est aveuglé par la couleur rouge, ce qui tombe donc sous le sens.

    Vidéo

  • Fàbregas pour Schürrle

    En Espagne, Fàbregas était bridé, incapable de distiller comme il l'entendait. Mais de retour dans son jardin de Premier League, il a pu recommencer à distribuer des caviars à la louche. Dont celui-ci pour Schürrle en début de saison contre Burnley, avec la fameuse combinaison feinte de frappe - ah ben non, passe décisive. De Cesc à Ben, il n'y a donc qu'un pas. Même si l'Espagnol était plutôt dans le Gone Boy. En revanche, entre Daniella Semaan et Jennifer Garner, il y a match.

    Vidéo

  • Nakata pour personne

    La quintessence de la passe aveugle : celle où le joueur lui-même l'est vraiment. Ça ferait une chouette idée de manga, tiens.

    Vidéo


    Par Charles Alf Lafon
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur