En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Lorient (5-0)

Paris bourre la hotte lorientaise

Malgré la crise, le PSG a terminé l'année avec le sourire et une avalanche de buts contre Lorient. Si l'opposition était faible, ce succès offre un répit bienvenu à Unai Emery, qui devrait survivre au Nouvel An comme entraîneur parisien.

Modififié

Paris 5-0 Lorient

Buts : Meunier (25e), Touré (45e, csc), Thiago Silva (50e), Cavani (64e, sp) et Lucas (70e) pour le PSG

Malgré la mauvaise passe actuelle, tous les joueurs du PSG sont acclamés à l'annonce de la composition d'équipe. Surtout Thiago Silva, Thiago Motta et Edinson Cavani. Mais même le petit Christopher N'Kunku a le droit à sa salve d'applaudissements. Pas Unai Emery, dont le nom essuie des sifflets, essentiellement depuis la tribune Boulogne. Comme si l'Espagnol était le responsable de tous les maux actuels de Paris. Comme si Lucas, Ben Arfa, Verratti et Marquinhos étaient tous irréprochables. En coulisses, la rumeur veut que le triple vainqueur de la Ligue Europa se fasse couper la tête en cas de mauvais résultat. Alors, quand Lucas plante la cinquième banderille au cœur du second acte, on se dit que malgré sa situation précaire, le technicien doit apprécier. À défaut d'être intouchable, il va passer les fêtes au chaud.

L'éclair de génie de Meunier


Les petits gamins qui ont accompagné les joueurs sur la pelouse ont beau porter des bonnets de père Noël, Lorient n'a pas l'intention de faire de cadeaux au PSG. Les hommes de Bernard Casoni sont donc en mode repli et projections rapides vers l'avant. Et s'offrent grâce à cette stratégie la première frappe du match, non cadrée, signée Majeed Waris (5e). Mais c'est bien le PSG qui domine, très longtemps stérilement, entre des tentatives de passer par les ailes stéréotypées, des cornes inutiles, ou encore une frappe trop molle de Lucas (14e). Il y a aussi Edinson Cavani qui pousse son ballon trop loin sur une ouverture dans le dos de la défense signée Thiago Motta (16e). Jusqu'à une première grosse occase grâce à une maladresse de la défense lorientaise mal exploitée par Thiago Silva (19e). Puis l'éclair de Thomas Meunier. Servi par une transversale nickel chrome de Blaise Matuidi, le Belge contrôle, élimine son vis-à-vis d'un sombrero, puis lobe le gardien adverse (25e). Volontaire ou pas, la finition libère le PSG et offre de l'air à Unai Emery. La suite de la période voit un Paris plus serein, mais toujours assez peu créatif manquer de doubler la mise par Christopher N'Kunku (40e), trop court pour reprendre un centre de Lucas. Avant que la libération ne vienne juste avant la pause sur un centre venu du côté droit signé Lucas, poussé dans ses propres filets par Zargo Touré, mis sous pression par Cavani (45e). Le PSG est toujours malade, mais il rentre au vestiaire avec le moral.

Lucas marque devant un Parc debout


À la reprise, Thiago Silva calme rapidement les pessimistes qui craignent un retour de Lorient. Sur un corner de Lucas, le capitaine s'élève plus haut que tout le monde et place une tête décroisée. Poteau rentrant et quarante minutes sereines à venir pour Emery (50e). En face, ce n'est pas le Real Madrid, mais vu le contexte actuel, le PSG n'a pas de quoi bouder son plaisir. C'est donc sans état d'âme que Cavani corse l'addition sur penalty (64e), pour sanctionner une sortie mal maîtrisée de Delacroix. Après, Emery a beau jeu de faire de la gestion d'effectif avec l'entrée de Grzegorz Krychowiak à la place de Thiago Motta (68e), mais s'il ne tente pas de le relancer dans ce contexte-là, il ne le fera jamais. Le Parc approuve et, à l'instigation de la tribune Auteuil, lance une standing ovation sur laquelle Lucas s'en va marquer le cinquième pion d'un petit lob sur Delacroix (70e). À Paris, les voyants sont au vert : Thiago Silva et Meunier ont sorti le grand jeu, Kevin Trapp n'a quasiment pas eu de boulot, trois jeunes du centre ont pu accumuler du temps de jeu, les meilleurs joueurs offensifs ont marqué. Et, surtout, avec la valise offerte à Lorient, le PSG termine l'année sous les applaudissements et va momentanément oublier sa petite crise hivernale.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Nicolas Jucha, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 4 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 17
    il y a 6 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 28 il y a 8 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 77
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166
    À lire ensuite
    Le Bayern démolit Leipzig