Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Toulouse/OM (1-1)

Michy empêche l'OM de sombrer

Longtemps apathique, l'OM repart avec le point du match nul au terme d'une rencontre techniquement limitée. Et peut remercier Michy Batshuayi, sorti du banc pour sauver une équipe en grande difficulté.

Modififié

Toulouse FC - OM
(1-1)

Braithwaite (67') pour Toulouse FC , M. Batshuayi (90') pour Marseille.


Les soirs se suivent, mais ne se ressemblent guère. Dimanche, pour son choc face à l'OL, Marseille avait vécu une partie bouillante. Entre coups de sang, ambiance délétère en tribunes, et polémiques de fin de match, la rencontre entre les deux Olympiques a accouché, tout jugement moral mis de côté, du plus grand spectacle depuis le début de la Ligue 1. Mais le karma étant implacable, l'opposition face au TFC a proposé tout l'inverse. Entre manque d'impact, ambiance au point mort, et bilan dramatique en fin de match, le duel a manqué de folie pour un OM remanié, mais surtout inquiétant. Car en concédant une 4e défaite en sept matchs, les hommes de Michel confirment leurs soucis à maintenir un niveau de performance acceptable. Heureusement, Michy est toujours là.

Changements nocifs


D'entrée, la composition affichée par Michel n'incite pas à l'optimisme. Michy et Mendy sortis pour Ocampos et De Ceglie, Manquillo pour Isla, l'OM se pare de ses couleurs de Ligue Europa pour affronter le TFC. Un manque de respect ? Peut-être juste un manque de profondeur de banc qui oblige le technicien espagnol à faire tourner. Fébriles, les Marseillais débutent d'ailleurs la partie en laissant le TFC de Ben Yedder s'emparer du ballon. Certes, les offensives ne sont pas encore de sortie, mais l'OM tremble tout de même lorsque Mandanda, par deux fois, laisse s'échapper le cuir de ses pieds. Par chance, la passe en retrait de Rekik frôle le montant droit, mais le ton est donné. Si l'OM reprend en effet la possession du ballon, la justesse technique, elle, est toujours absente des débats. Aux centres de De Ceglie, qui semble traîner derrière lui une caravane remplie de Valérie Damidot, succèdent ceux d'un Cabella apathique. Ocampos, trouvé de rares fois en profondeur, peine à se défaire de la charnière toulousaine, dont la relance laisse toutefois à désirer. De ce chassé-croisé maladroit, rien ne sort, si ce n'est Lassana Diarra, toujours impérial, et coupant à lui seul les rares tentatives toulousaines. Et à la mi-temps, un sentiment gagne le spectateur : l'ennui, implacable comme un frisottis de Nkoudou.

Expulsions en pagaille


Visiblement secouées à la mi-temps, et conscientes des faiblesses adverses, les deux équipes tentent alors leur chance à coups de grandes frappes des 25 mètres. Sans conviction, sans talent non plus. Longue route vers un sommeil qui tend les bras, qui va pourtant trouver de quoi dévier, sur un coup franc toulousain. Après deux allers-retours, dans la surface, le ballon revient sur Reggatin, qui frappe et trouve la déviation de Braithwaite pour finir sa course au fond des filets. Presque logique tant l'OM déjoue à l'image de Nkoudou. Mais dans cet océan de médiocrité, un homme va réveiller les débats : l'arbitre. À peine entré en jeu pour tenter de dynamiter son couloir, Mendy est immédiatement expulsé pour une faute en tant que dernier défenseur. Quelques instants plus tard, c'est Moubandje qui, pour un deuxième jaune, quitte ses partenaires. Même sort pour Yago, coupable d'un dégagement raté dans les pieds marseillais. Le temps pour Michy Batshuayi, entré en jeu, de montrer qu'un vrai attaquant est un attaquant qui sait jouer le pivot, et de fusiller le portier toulousain d'une frappe croisée. Dix minutes de débride dans un match fermé, mais qui aurait pu basculer sur un ultime rush de Braithwaite, ou sur une dernière contre-attaque olympienne. Comme un symbole, c'est d'un centre mal ajusté qu'elle a accouché. Sacrée soirée…

Par Raphaël Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE