1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

Ligue 1, ça se resserre !

Défaits sur la pelouse de Valenciennes (0-1), les étonnants leaders montpelliérains voient la concurrence revenir à grands pas. Et si pour l’instant, c’est le Paris Saint-Germain qui se montre le plus menaçant au classement, ils sont encore quatre en course pour s’adjuger le titre honorifique de champion d’automne. Pendant ce temps, Marseille perd encore des points à domicile, et la zone rouge s’est trouvé trois amis.

16 1
Montpellier se « jette dans la mer »

Certains pessimistes se demandaient, à juste titre, à quoi ressemblera le Montpellier de René Girard une fois privé de Younes Belhanda, parti à la CAN. Le déplacement du MHSC à Valenciennes a eu le mérite d’offrir une réponse honnête aux observateurs : quand le Marocain n’y est pas, la mission est tout de suite plus compliquée. D’ailleurs, le coach héraultais l’a bien compris, puisqu’il a fait sortir son maître à jouer avant l’heure de jeu. Mais dire que le meneur montpelliérain a été le seul responsable de la débâcle héraultaise serait salaud. Les coéquipiers d’Olivier Giroud ont tout simplement manqué leur match. Une chose devenue rare, d’où la stupéfaction générale, au sortir d’une rencontre extrêmement difficile, notamment d’un point de vue technique. Mis en difficulté par une bonne équipe de Valenciennes, les troupes de Nicollin n’ont jamais su relever la tête. En difficulté pendant, et après le match au micro de Foot+, les Montpelliérains devraient vite oublier ce sale week-end. Car certes, le PSG revient sur leurs talons, tout comme le LOSC et même l’OL. Mais franchement, avec 36 points au compteur en dix-sept journées, il n’y a vraiment pas de quoi jeter un homme à la mer.

Moitié magique, moitié Paris

Il existe certains matches au cours desquels cette phrase stupide qui veut que « l’important soit les trois points » est une indéniable vérité. Ce fut le cas de ce déplacement du PSG à Sochaux. Chahutés, comme toujours, avant la partie sur la pelouse de Bonal, les Parisiens ont montré deux visages. Un premier, extrêmement convaincant, quoiqu’assez peu efficace, lors des quarante-cinq premières. Un second, ennuyeux à mourir lors des quarante-cinq suivantes. En effet, après quarante-cinq minutes de séquences émotions, lors desquelles les supporteurs parisiens ayant fait le déplacement ont pu assister aux retrouvailles entre le but et Kévin Gameiro, c’est un véritable trou noir qu’ont connu les joueurs d’Antoine Kombouaré. Incapables de se procurer une occasion de but correcte en seconde période, les hommes de la Capitale ont forcé leur entraîneur à faire une belle saloperie tactique à dix minutes de la fin du match, en faisant entrer Armand et Tiéné à la place de Ménez et Pastore. Certainement un nouveau point négatif pour les Qataris, mais trois points extrêmement positifs pour le Paris SG à deux journées de la trêve. Finalement, Kombouaré pourrait réussir l’exploit de se faire virer en étant champion d’automne, avant que Carlos Tevez n’exprime son ardent désir de fouler la pelouse de Brest en plein mois de janvier. Et ça, c’est costaud.

Lille et Lyon de retour

Belle semaine pour l’Olympique Lyonnais. Après la victoire aussi décisive que controversée sur la pelouse de Zagreb, les joueurs de Rémi Garde en ont décroché une autre importante sur le synthétique de Lorient, dans une rencontre compliquée. Sérieux et appliqués, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette, héros d’un soir, reviennent à trois petits points de la tête, et profiteront sans doute du goût délicat et sucré, d’un succès sans polémique. Pour Lille, la victoire est encore plus belle. D’une parce qu’il était crucial de rebondir après l’échec de mercredi face à Trabzonspor (0-0). De deux, parce qu’en s’offrant trois points sur leur pelouse face à Dijon, les hommes de Rudi Garcia s'offrent une sorte de finale de la phase aller, la semaine prochaine au Parc des Princes. En effet, malgré un début de saison un brin compliqué, le LOSC, qui ne pointe qu’à deux points du club de la Capitale, fera un tour dans le sud-ouest de Paname pour tenter de passer devant le Qatar SG avant le mercato d’hiver. Une bien belle idée.

L’OM cale à nouveau

Ce qui est bien avec l’OM depuis le début de la saison, c’est que ça marche à chaque fois. « Ça y est oh con, cette fois c’est la bonne, on va la faire la série » . Trois victoires consécutives, dont deux en championnat, de quoi se refaire un peu la cerise après le début de saison que l’on connaît. Sauf que les supporteurs du Vélodrome se seraient bien accordé un épisode supplémentaire. Trois même. On ne va pas se mentir, la réception de Bordeaux était l’occasion pour les Phocéens de confirmer un net regain de forme, et surtout de rendre possible un éventuel trois sur trois. Manque de bol, certainement fatigués par la lutte face à Dortmund, les coéquipiers de Mathieu Valbuena, légèrement dominateurs, n’ont jamais été en mesure d’inquiéter les Bordelais. Gageons cependant, que les fadas de l’OM se contenteront d’un deux sur deux, face à Lorient puis à Nancy. Ou d’un un sur un…

Chute à l’arrière

Neuf points en dix-sept journées. Ce n’est pas encore la relégation, ce n’est pas encore la honte, mais ça y ressemble fortement. A titre indicatif, à deux journées de la trêve hivernale, les vaillants gaillards de l’AC Ajaccio compte deux points de plus qu’Arles-Avignon la saison passée, et trois de plus que Grenoble il y a deux ans. Pas beaucoup donc. Et ce n’est pas faute d’essayer. Ce week-end encore, les hommes de Pantaloni ont tout tenté. Et ça a failli marcher. En avance d’un but au tableau d’affichage sur la pelouse de Nancy, les Corses ont concédé le match nul à la 92ème minute, sur un but de Niculae. 2-2 score final, une saleté de résultat qui plombe tout le monde. Force est de constater qu’en cette fin d’année 2011, le carré VIP affiche complet, puisque les joueurs de l’OGC Nice font preuve d’une extrême régularité dans la défaite. Battus quatre fois lors de leurs cinq dernières rencontres, les joueurs de René Marsiglia, poissards face à Auxerre, laissent Valenciennes sortir tranquillement du sinistre night-club. Alors certes, les Nordistes ne sont pas loin. Mais on n’est quand même pas prêt de l’avoir, notre trio gagnant.

En bref :

- En s’inclinant face à Lyon lors du « Gourcuffico » , les Lorientais ont concédé leur première défaite à domicile de la saison.

- On a appris ce week-end le décès d’un entraîneur amateur sénégalais, poignardé par un ancien joueur qu’il avait mis sur le banc. On serait Didier Deschamps, on ferait gaffe.

- Cela fait douze journées que les joueurs d’Ajaccio n’ont pas remporté le moindre succès.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Jourdren est une personne à part.
Déjà plus jeune on sentait le potentiel...

http://www.dailymotion.com/video/x4r1f6 … jourdr_fun
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
16 1