1. //
  2. //
  3. // PSG-Dijon (3-0)

Le paradoxe Cavani

Longtemps injoignable face à Dijon, Edinson Cavani a fini le match avec un but sur penalty, beaucoup de courses et d'efforts, et une belle ovation du Parc. L'Uruguayen n'aura jamais l'aura de Zlatan Ibrahimović, croquera toujours plein d'occasions, mais il est peut-être en passe de construire une histoire d'amour plus forte avec le public du Parc. Parce que contrairement au Suédois, les supporters connaissent déjà toutes ses faiblesses.

Modififié
3k 43
Le quadruplé en une mi-temps à Caen devait agir comme un médicament. Car depuis ses nombreux ratés face à David Ospina en Ligue des champions, Edinson Cavani subissait – de nouveau – les comparaisons difficiles avec Zlatan Ibrahimović, la légende auto-proclamée du PSG. Contre Dijon, l'occasion de confirmer était belle pour l'Uruguayen, mais pendant près de vingt minutes, il n'a pas touché le moindre ballon. Son premier, il est d'ailleurs aller le chercher au pressing dans la surface dijonnaise, preuve que par séquence, le onze parisien peine à trouver son buteur. De quoi laisser planer le spectre d'une rechute. Et les gestes qui vont avec, comme une tentative de retourné acrobatique injouable et donc légèrement embarrassante, des foulées la tête basse...


Puis il a marqué son penalty, obtenu par Adrien Rabiot, avec les encouragements des deux virages du Parc. La preuve qu'Edinson Cavani, malgré sa maladresse et son déficit de charisme par rapport au « Roi Zlatan » , a peut-être un plus grand potentiel pour entrer au panthéon parisien. Probablement libéré par son tir au but victorieux, il a alors fait ce qu'il sait le mieux faire : presser, redescendre pour soulager sa défense et courir dans tous les sens. Comme après la transversale de Mehdi Abeid (34e), où il récupère le ballon à l'approche de sa surface et initie la relance de son équipe. Dans la même minute, on le retrouve à l'autre bout du terrain pour presser la défense bourguignonne. S'il a fait le strict minimum comme buteur, Cavani a fait bien plus dans une sorte de rôle de numéro 6 avancé qui ratisse large.

L'ovation du Parc


En seconde période, il a continué de courir, pas mal dans le vide, de faire des mauvais choix, comme son centre pour un Rabiot qui n'avait pas fait d'appel dans la surface à l'heure de jeu... Mais il a encore défendu, notamment en dégageant Paris sur un corner adverse, puis en récupérant le ballon dans les pieds de Florent Balmont, pourtant spécialiste dans ce rôle. Un bon résumé de ce que Cavani apporte au PSG. Zlatan était le magnifique, l'Uruguayen est le laborieux, le besogneux. Le Suédois était ceinture noire de taekwondo et dégageait une confiance en soi frôlant la condescendance. Le Sud-Américain aime les oiseaux et donne l'impression de porter tout le poids du monde à chaque occasion manquée. Et paradoxalement, sur ses bases statistiques actuelles, il peut toujours faire aussi bien, voire mieux que son prédécesseur en nombre de buts marqués.


Il pourrait même, avec un peu de réussite, le survoler en Ligue des champions s'il avait la bonne idée de marquer dans les matchs couperets de la compétition reine. Pas impossible pour un joueur d'instinct jamais aussi fort que quand il doit conclure sans réfléchir. Traumatisé par son exil de trois saisons côté droit – exil qu'il vit également avec la Céleste au profit de Luis Suárez –, Edinson Cavani a touché ses limites au PSG. Il ne sera jamais Messi, Neymar, Luis Suárez, ni même Zlatan ou Agüero. Mais avec son léger côté bad ass et sa dégaine d'homme blessé, si ce n'est fragile, il pourrait devenir la belle histoire parisienne d'ici le mois de mai. Et un héros beaucoup plus humain, car vulnérable, qu'Ibrahimović n'a jamais été. Et ce n'est pas pour rien qu'à son remplacement par Jean-Kévin Augustin, ce soit par une standing ovation que le Parc lui ait souhaité une bonne soirée.

Par Nicolas Jucha, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Benzema, Why U Do Dis? Niveau : DHR
Cavani lui il prend moins les gens pour des cons contrairement à Zlatan (et pourtant je l'aime bien le Zlatan) ça en fait quelqu'un de bien plus humain et agréable (et putain on peut en vouloir à un mec qui se donne tellement sur le terrain).
Benzema, Why U Do Dis? Niveau : DHR
correction (à quand une fonction "éditer"):

*on peut pas
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Je vois pas l’intérêt de faire un article sur Cavani ce soir, on l'a pas vu, il a même pas fait de bons appels pour une fois, on a plus aperçu Lucas dans la surface que lui.

Heureusement qu'il était là pour défendre contre Dijon, on aurait pas pu contrer Sammaritano et Bahamboula sans lui
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
Note : 1
Au moins on fait dans la mesure chez Sofoot...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Message posté par bandinidakar
S'il y avait eu notre ancien public au Parc le Z aurait modéré ses propos et serait devenu un dieu... Cavani a tout pour être aimé surtout si une partie de nos ultras revient.


T'as absolument raison l'ami lorsque tu dis que Zlatan aurait mesuré ses propos avec un meilleur public. C'est une évidence.

Selon moi, Cavani est un joueur de public bien plus viscéral que Zlatan. En ce sens qu'il compte davantage sur le public là où Zlatan peut aisément se construire contre.

Cavani est né pour suer, courir s'acharner et être idolâtré par des ultras. C'est ce genre de joueur qui s'excite de la fièvre des cris des siens.

Le PSG doit impérativement se battre pour retrouver une base d'ultras (je crois que PauletaGauchoSusic (je retiens jamais le nom de ce mec, désolé si je l'écorche) a posté un lien très intéressant à ce sujet sur les derniers articles du PSG).

Il a bien raison.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par bandinidakar
Oui il y avait une pétition a signer également. Le temps passe et éloigne les mauvaises expériences, il pourrait y avoir une sorte de résilience collective qui permettrait au Parc de résonner à nouveau et aux joueurs de se sentir transcendés dans les moments difficiles... cette equipe d'artistes le mériteraient...


Tu vois, c'est là où tu poses une question très intéressante.

Est-ce l'équipe qui mérite son public ou le public qui mérite son équipe ?

Pour moi, dans l'idéal, c'est le public qui mérite son équipe. Parce que le public est la base pyramidale de toute ferveur et de toute envergure.

Et le foot a été crée pour ça, exacerber les sentiments des mecs du coin, des mecs qui se sentent attachés, intéressés, pour X raisons (X = aux alibis sublimes que toute passion est capable d'inventer).

Ce qui est gênant vis-à-vis de cette démonstration, c'est que le "public" s'est considérablement élargi pour certains clubs bien plus en vue que d'autres, et ce faisant, ils ont élargi leur clientèle mais pas leurs fanatiques.

Si l'on pouvait quantifier la qualité, l'intensité de la passion d'un supporter,

putain ce serait génial ça.

Si l'on pouvait mesurer le rythme cardiaque d'un supporter de MU à Old Trafford et celui d'un fan Indonésien.

J'aimerais bien avoir ce genre de stats, bien que je sache que la passion ne se mesure pas vraiment. Mais le coeur raconte souvent des évidences binaires.

Bref, une autre évidence, c'est qu'un football débarrassé de ses ultras, c'est un football débarrassé de toute passion. N'importe quel joueur digne de ce nom intéressé par autre chose que ses stats dira que sans un soutien total, libéré voire animal de son public, le football n'est rien qu'un spectacle, et plus ce sublime jeu de mise à terre de l'adversaire.

La finalité du foot, c'est de transcender le public. Comme la tragédie de Socrate, comme l'antique gladiateur, comme le toréador qui se fait encorner par le taureau pour rappeler au public l'odeur du sang.

A regarder la plupart des tribunes aujourd'hui, les comportements autorisés (mais monsieur, il en faut pour tout le monde !), il est évident que le foot se dépassionne.

Le foot n'est pas un passe-temps d'opportunistes persuadés de vivre une passion à travers des protocoles grégaires.

Le foot appartient à ceux qui voient en lui leur propre quintessence.
JoeLeTaciturne Niveau : DHR
Tu me régales l'ami.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Je continue là-dessus, j'ai vu l'autre jour l'Intérieur Sport "Les Yeux Rouges", consacré au parcours de l'ASM en CL 2004.

Les Yeux Rouges, ils ont bien choisi le titre.

Il y a ce but incroyable de Giuly contre le Real, cette belle putain de reprise qui finit petit filet et surtout il y a cette célébration, les poings serrés vers son public (et justement là, y'avait pas de public, enfin pas des masses), qui me rappelle intimement celle de Giresse à Séville, même gestuelle, même passion de communier, bon sauf qu'il y a pas grand monde mais on va pas taper sur Louis II...

Personne ne s'étonne aujourd'hui que la plupart des célébrations soient avant tout des exercices d'onanismes public, des concentrés d'individualisme qui mettent avant tout l'accent sur une post-branlette au niveau du poteau de corner (en regardant la caméra) plutôt que d'aller communier avec les tiens, ceux qui te soutiennent, te chantent, te célèbrent et te soulèvent ?

C'est à cet endroit précis que le foot est pertinent. Le rapport entre un joueur, son équipe et son public.

Le reste appartient à l'égo ; et quelqu'il soit, même Napoléonien, l'égo reste une réponse exclusive qui empêche le public de s'identifier, à moins que le joueur ne soit historique, à la limite. Sûrement qu'un célébration égotrip de Totti après un péno à la 94ème fera bander la curva sud de l'Olympico, mais ça reste délicieusement inactuel.

L'histoire des célébrations est un marqueur intéressant (bien qu'inversé) pour tracer la passion des peuples envers le foot.

Avant, c'étaient les peuples qui faisaient lever les joueurs.
Aujourd'hui, ce sont les joueurs qui font lever les peuples.

Inversion du Diable qui est le Dieu de l'inertie.
Message posté par O Alegria Do Povo
et surtout il y a cette célébration, les poings serrés vers son public (et justement là, y'avait pas de public, enfin pas des masses), qui me rappelle intimement celle de Giresse à Séville, même gestuelle, même passion de communier, bon sauf qu'il y a pas grand monde mais on va pas taper sur Louis II...

Cette manière d'être, on l'a tous été un jour.

Il n'y avait pas de public. Juste un terrain pourri et des mecs autour pour faire le jeu.

De 7 à 77 ans on peut célébrer un but comme si on était champion du monde.

Alors qu'on est juste sur le terrain du quartier. Ou celui de la maison.

Le football surmédiatisé, tout ce qui gravite autour, n'est pas la réalité.

Alors bien sûr, les mecs sont humains, parfois on voit des flashs de trucs qu'on connait mais c'est autre chose.

Forcément il y a un lien. Mais tu me fais repenser à ce que le Shaq O'neal disait à propos de la nba.

Que ce n'est pas le basket. Que si tu veux te faire une idée de ce qu'est le basket, c'est dans la rue avec tes potes.

Même les professionnels, de tous les sports, à un certain niveau de sacrifice, le disent.

Ce dont tu parles, ce que tu demandes, me semble que ce n'est pas la quintessence du football.

Le public, le spectacle, tout çà n'est absolument pas une finalité de ce sport.

Par contre le rapport à tes adversaires et coéquipiers, le ballon, le jeu, là c'est l'universalité de ce sport.

L'émotion, le rassemblement dans un stade, nos coms par rapport à tout ce cirque, me semble que c'est encore autre chose.
Pour en revenir à Edinson, nul doute que s'il est un peu plus adroit et tranchant, qu'il est récompensé par des buts, il sera très apprécié et il l'est déjà.

On sait qu'il a un peu plus la classe que Zlatan, qu'il est plus simple comme type.

Y a qu'à entendre son interview après ses 4 buts, en français, il te dit la même chose que s'il avait marqué un but, c'est pas un branleur, çà c'est sûr.
Cavani, denigre,
Cavani, hue,
Cavani-fait-quand-meme-beaucoup-d'efforts-pour-l'equipe,
Cavani rehabilite.

Bref Cavani et Giroud meme combat.
Message posté par O Alegria Do Povo
Tu vois, c'est là où tu poses une question très intéressante.

Est-ce l'équipe qui mérite son public ou le public qui mérite son équipe ?

Pour moi, dans l'idéal, c'est le public qui mérite son équipe. Parce que le public est la base pyramidale de toute ferveur et de toute envergure.

Et le foot a été crée pour ça, exacerber les sentiments des mecs du coin, des mecs qui se sentent attachés, intéressés, pour X raisons (X = aux alibis sublimes que toute passion est capable d'inventer).

Ce qui est gênant vis-à-vis de cette démonstration, c'est que le "public" s'est considérablement élargi pour certains clubs bien plus en vue que d'autres, et ce faisant, ils ont élargi leur clientèle mais pas leurs fanatiques.

Si l'on pouvait quantifier la qualité, l'intensité de la passion d'un supporter,

putain ce serait génial ça.

Si l'on pouvait mesurer le rythme cardiaque d'un supporter de MU à Old Trafford et celui d'un fan Indonésien.

J'aimerais bien avoir ce genre de stats, bien que je sache que la passion ne se mesure pas vraiment. Mais le coeur raconte souvent des évidences binaires.

Bref, une autre évidence, c'est qu'un football débarrassé de ses ultras, c'est un football débarrassé de toute passion. N'importe quel joueur digne de ce nom intéressé par autre chose que ses stats dira que sans un soutien total, libéré voire animal de son public, le football n'est rien qu'un spectacle, et plus ce sublime jeu de mise à terre de l'adversaire.

La finalité du foot, c'est de transcender le public. Comme la tragédie de Socrate, comme l'antique gladiateur, comme le toréador qui se fait encorner par le taureau pour rappeler au public l'odeur du sang.

A regarder la plupart des tribunes aujourd'hui, les comportements autorisés (mais monsieur, il en faut pour tout le monde !), il est évident que le foot se dépassionne.

Le foot n'est pas un passe-temps d'opportunistes persuadés de vivre une passion à travers des protocoles grégaires.

Le foot appartient à ceux qui voient en lui leur propre quintessence.


C'est beau ce ramassis.

Et les gens qui meurent ou sont blesses gravement a cause de connards de "supporters' qui n'ont rien d'autre a faire de leur vie, on en fait quoi?
Message posté par fuibanez
C'est beau ce ramassis.

Et les gens qui meurent ou sont blesses gravement a cause de connards de "supporters' qui n'ont rien d'autre a faire de leur vie, on en fait quoi?


Je parie que si au lieu du football, il avait parlé de blanquette, tu serais allé l'emmerder avec la vache folle.
Note : 1
Je suis content pour Cavani qu'il ait marqué, maintenant va falloir faire la même contre Lyon, Monaco et Arsenal, parce que Caen et Dijon c'est gentil mais la pression et les enjeux ne seront pas les mêmes.
Dont acte.

Si quelqu'un repasse par hasard par ici ^^
1 réponse à ce commentaire.
Message posté par toof11
Je suis content pour Cavani qu'il ait marqué, maintenant va falloir faire la même contre Lyon, Monaco et Arsenal, parce que Caen et Dijon c'est gentil mais la pression et les enjeux ne seront pas les mêmes.


Prochain article sofoot.com : Cavani fort contre les faibles, faible contre les forts?
Message posté par ofwgkta
Prochain article sofoot.com : Cavani fort contre les faibles, faible contre les forts?


Non, je ne le pense pas. Il va les mettre les buts contre les gros, je n'en doute pas.
Mais parler d'un retour et s'enflammer parce qu'après avoir raté 10 occases franches contre Arsenal, il se reprend contre Caen et Dijon... ça me fait tellement penser à Ibra qui lui pour le coup l'était (faible contre les forts et fort contre les faibles)
Sauf que hier, en attaque, il a été transparent.
Je comprends qu'il soit apprécié que ce soit par ses partenaires comme par le public, parce qu'il se donne sur le terrain.
Il mouille le maillot et n'hésite pas à venir défendre. Hier encore on l'a vu en position de défenseur latéral pour gratter des ballons.
Par contre, devant, il n'a pas été trouvé souvent et n'a pas vraiment pesé sur la défense de Dijon.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
Message posté par toof11
Je suis content pour Cavani qu'il ait marqué, maintenant va falloir faire la même contre Lyon, Monaco et Arsenal, parce que Caen et Dijon c'est gentil mais la pression et les enjeux ne seront pas les mêmes.


C'est effectivement ce que tout le monde (en tout cas les supporters du PSG principalement) attends de lui.

En rentrant du taff hier, j'écoutais RMC et le sujet était une comparaison entre Cavani et d'autres numéro 9. Dugarry nous a gratifié d'un "Thomas Muller a les pieds carrés".
A méditer...
Chatperché Niveau : DHR
C est un très bon joueur mais son "coup de fusil" quand il marque c est ridicule au possible
Moi je veux juste savoir une chose chez Cavani. Ses contrôles à 1m sont-ils dues à un manque de confiance ou à une vraie pauvreté technique ?

Il faudrait le voir à l'entrainement sans pression pour se faire une idée.

Mais le coté je suis le premier défenseur le rends sympathique même si c'est un pressing certes généreux mais un peu désordonné. Il faudrait qu'il apprenne à doser ses efforts afin d'avoir plus la tête froide devant le but.

Après les stats de cette année:
L1 - 6 buts en 5 matchs
LDC - 1 but en 1 match
Selection - 2 buts en 2 matchs

Même si il croque, il est forcément souvent au bon endroit pour avoir ces stats...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 43