Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // Angleterre/Italie (0-0 ap, 2-4 tab)

L’Italie finalement

Les premiers tirs au but de l’Euro ont désigné le dernier demi-finaliste. Ce sera donc l’Italie, qui a dominé tout le match sans marquer avant de finalement s’imposer 4-2 dans l’ultime épreuve contre l’Angleterre.

Modififié
Angleterre/Italie : 0-0, 2-4 tab

Le voilà donc, le premier 0-0 de l’Euro. Alors que la critique a élu l’Espagne-France d’hier soir comme « pire match de la compétition » , c’est bien le seul quart véritablement équilibré qui a logiquement accouché du score nul et vierge, avant que les tirs au but n’envoient l’Italie en demi-finale. Il y eut dans cette partie un peu plus d’une heure de jeu agréable aux yeux avant que l’enjeu ne calme un peu les ardeurs réciproques. Durant les 120 premières minutes, c’est l’Italie qui a montré le meilleur visage, se révélant très offensive et se procurant un bon paquet d’occasions qu’elle n’a pas su concrétiser. Au bout d’une séance de tab qui l’aura vue descendre au fond du trou avant de remonter tout en haut, la Squadra a finalement conclu par une qualification une soirée qui avait bien débuté pour elle.

Après s’être installée dans le camp anglais pour les sommations d’usage, l’armée italienne donne le premier coup de canon à la 3e minute, lorsque De Rossi envoie sans contrôle une reprise de 25m qui gifle le poteau adverse. Johnson répond pour la forme, à la conclusion d’un joli jeu en triangle (5e), mais l’antique stratégie militaire cadenassée de la Botte semble avoir fait long feu. Pirlo et Montolivo sont là pour distribuer les munitions aux hommes de la première ligne, Balotelli et Cassano, qui pour le moment ne parviennent pas encore à faire du dégât dans les troupes adverses. Mario Bros voit d’abord son lob contré par un retour de Terry (25e), puis loupe un frontkick devant Hart (32e) et enfin ne concrétise pas une remise de la tête de son compère de l’attaque (41e).

Guerre Froide


En face, l’Angleterre tente de placer ses contres. Gerrard fait son travail, Johnson se paie quelques montées bien senties en première période, mais Rooney et Welbeck n’ont pas assez de ballons pour faire la différence. La domination italienne fait donc que l’Anglais le plus exposé reste Joe Hart. Le portier des Three Lions sort d’ailleurs une frappe lointaine de De Rossi, puis la reprise de Balotelli avant de voir Montolivo frapper au dessus, le tout en deux secondes top chrono (52e). Trois minutes plus tôt, De Rossi a complètement foiré une reprise de volée alors qu’il était seul face à lui. C’est exactement le moment où tout spectateur commence à se dire que l’Italie va chialer ce soir si elle ne concrétise pas très vite. Et Ashley Young est du même avis, lui qui a une chance de faire pleuvoir les larmes sur une frappe de l’entrée de la surface contrée en corner (65e).

Et soudain, le champ de bataille s’apaise. Ce n’est pas une trêve, plutôt une guerre froide. Les deux équipes semblent flippées à l’idée d’une explosion nucléaire qui les rayerait de la carte européenne, alors elles se terrent dans l’équilibre de la terreur. À la dernière seconde, Rooney tente de déchaîner l’apocalypse d’un retourné en pleine surface, mais il loupe le cadre et envoie tout le monde en prolongation. Diamanti, très actif suite à son entrée à la place de Cassano, envoie un centre-tir sur la base du poteau pendant ces trente minutes de paralysie partielle où la Squadra Azzurra maintient malgré tout sa domination. Passé le frisson de l’ouverture du score de Nocerino, annulée pour hors-jeu, ce sont les tirs au but, et les tirs au but s’en foutent de savoir quelle équipe a dominé. Montolivo loupe le cadre, Pirlo met une panenka, Young éclate la barre, Buffon bloque le faible tir de Cole et toute l’Italie peut souffler. Contre l’Allemagne, elle n’aura peut-être pas autant de chance si elle oublie encore de mettre la balle au fond pendant les 90 ou les 120 premières minutes...

Thomas Pitrel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Il marque après 729 jours de disette 30
il y a 7 heures La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 55

Le Kiosque SO PRESS

il y a 9 heures Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 14
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 14 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 40 il y a 14 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 166 il y a 15 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 23