Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Süper Lig
  3. // Le point têtes de Turc

Gomis se démarque, Valbuena s'enfonce

Bafé Gomis, Samir Nasri, Jérémy Ménez, Younès Belhanda... Le championnat turc est devenu une véritable terre d'accueil pour Français ou anciens de Ligue 1. Chaque week-end, Sofoot.com fait le point sur le week-end de nos chouchous installés en Turquie.

Modififié

Bafétimbi Gomis, Younès Belhanda et Sofiane Feghouli (Galatasaray)


Toujours là, le Gala. Même quand il perd 2-0 à la pause devant son public, le club de Gomis ne se dérobe pas. Face à l'Akhisar Belediyespor, le prétendant au titre a refait son retard grâce à une deuxième période canon, durant laquelle il a planté à quatre reprises. Dont une fois par Bafé - évidemment -, une fois par Belhanda et une fois par Feghouli (dans les arrêts de jeu). Tout va bien, alors ? Pas vraiment, puisque l'ancien Marseillais, toujours meilleur buteur du championnat, a récolté un rouge direct à la suite d'une petite embrouille. À voir si la limonade est la même sans lui.


Aly Cissokho & Michaël Pereira (Yeni Malatyaspor)


Le saviez-vous ? Cissokho, auteur de nombreuses pertes de balle, n'est pas très bon cette saison. En témoigne cette défaite à domicile contre Göztepe où lui et (surtout) le reste de la défense ne se sont pas montrés inspirés. La preuve : Malatyaspor a frappé 17 fois au but (contre sept), mais a concédé plus de buts que l'adversaire (2-3). Un sauvetage sur la ligne à mettre au crédit d'Aly, tout de même. Pereira, son anonyme coéquipier né à Paris installé juste devant lui, a de son côté réussi à trouver le chemin des filets. En étant, au passage, le meilleur homme sur la pelouse après Kadu. Et si on s'intéressait plutôt à lui ?



Yoan Gouffran (Göztepe)


Pas nul, mais pas ouf. Yoan a livré son match sans en faire davantage. Une passe décisive juste avant la pause pour le break, autant de dribbles que de ballons perdus, un remplacement à l'heure de jeu, et direction la douche. L'histoire banale du type qui aurait pu faire beaucoup mieux s'il avait envie de s'appliquer. Et dire qu'il fut un temps, Gouffran collait quatorze caramels en une seule saison... Aujourd'hui, il est à quatorze goals de ce record.


Nabil Dirar & Mathieu Valbuena (Fenerbahçe)


La situation commence à être compliquée pour Petit Vélo. Devenu remplaçant dans l'esprit d'Aykut Kocaman - au même titre que Roberto Soldado, numéro deux derrière Vincent Janssen - et plutôt convaincant quand il lève ses fesses du banc de touche, Valbuena n'a cette fois pas utilisé ses 26 minutes de jeu à bon escient. S'il a su être précis dans ses passes, ses initiatives sont demeurées trop brouillonnes pour que son coach change d'avis à son sujet. Malgré la victoire sur le plus petit des scores, Dirar n'a pas été en réussite non plus. Sérieux et disponible, intéressant au sol comme dans les airs, l'ex-Monégasque devra se muer en homme décisif s'il veut élever le niveau du Maroc lors du prochain Mondial. Où il ne risque pas de croiser son pote Mathieu.



Kembo-Ekoko et Paul Le Guen (Bursaspor)


Pas géniale, cette arrivée de Le Guen. Sous ses ordres, Bursaspor a certes gagné sept rencontres, mais en a également perdu cinq. Comme vendredi, dans sa propre enceinte. Ses trois changements, intervenus assez tôt (le premier à la mi-temps), n'ont pas bousculé grand-chose. Au contraire même, puisque le seul but du combat est arrivé à l'heure de jeu. Kembo-Ekoko, l'un des moins mauvais de sa bande avec une grosse présence aérienne, n'a pas fait assez pour éviter l'échec. Il n'y aurait pas comme une odeur de lose rennaise ?


Emmanuel Adebayor & Gaël Clichy (Istanbul BB)


Petite surprise en haut du classement : Istanbul BB lâche sa place de leader. La faute à une défaite que personne n'avait vu venir sur le terrain de Sivasspor. Pourtant, les deux anciens d'Arsenal et Manchester City étaient là. L'un en pointe, l'autre dans son couloir gauche. Si le défenseur n'a pas démérité (il a touché une centaine de ballons, troisième meilleur total parmi les 22 acteurs alignés d'entrée), l'attaquant, qui n'a pas encore marqué en décembre, a déçu. Avec un carton jaune dans le temps additionnel pour parachever son faible rendement. L'hiver risque d'être rude.



Carl Medjani & Delvin Ndinga (Sivasspor)


Les voilà, les tombeurs d'Istanbul. Bien que rassurés par son gardien en état de grâce, Ndinga a un peu galéré. Davantage, en tout cas, que son partenaire Medjani, placé derrière lui en défense centrale. Même si ce dernier n'a réussi que... 64% de ses passes. Et qu'il n'a touché que 25 fois la gonfle (pire rendu du match !). Mais l'objectif consistait à rester solide coûte que coûte pour défendre le pion d'avance inscrit au quart d'heure de jeu. Mission effectuée.



Adrien Regattin (Osmanlıspor)


La bataille pour le maintien fait rage. À ce petit jeu-là, la troupe de Regattin a réalisé une bonne opération ce week-end. Vainqueur 3-0 d'Alanyaspor, duquel il revient à trois unités, Osmanlıspor peut compter sur son milieu gauche. S'il n'a pas marqué (un ballon sur le montant à la 52e minute), Adrien a proposé une prestation tout à fait correcte. Autre chose à ajouter ? Oui : en face, Rémy Riou a passé l'intégralité de la rencontre sur le banc. En même temps, le portier n'a plus été titulaire depuis le 10 octobre dernier.


Samir Nasri, Jérémy Ménez et William Vainqueur (Antalyaspor)


C'est bien beau d'attirer de grosse recrues. Encore faut-il les faire jouer. Ce week-end, Ménez et Nasri, pas au top physiquement, n'étaient pas du rendez-vous. Seul Vainqueur a répondu présent. Titulaire, il a laissé sa place à l'heure de jeu, lorsque son équipe était menée d'un but. Du banc, il a vu Kadah égaliser pour accrocher un nul peu glorieux contre Gençlerbirliği. Sa prestation en elle-même ? Intéressante sans être folichonne. 59 passes réussies sur 61, quand même. Tu tiens le bon bout, Wil'.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi
Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 87
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
À lire ensuite
Monaco retrouve l'émotion