1. // Billet d'humeur
  2. //

Et si le handball était le football des années 80...

Les Jeux Olympiques se sont terminés sur un nouveau triomphe du handball tricolore. Et, forcément, beaucoup ont dessiné, comme d'habitude ces dernières années, un cruel parallèle avec le cuisant "échec" de l'Euro 2012. Mais au-delà de l'opposition facilement établie entre un sport pétri de ses nobles « valeurs » et d'un foot bouffé par son pognon et ses caprices de stars, ne serait-il pas temps pour les Bleus d'aller réviser leurs classiques auprès de leurs confrères aux mains ailés ? Allez, Didier Deschamps, profite c'est gratuit avant de rencontrer l'Uruguay !

Modififié
72 45
C'est officiel, comme le rugby s'enfonce de manière de plus en plus caricaturale dans le sillon tracé par le ballon rond, l'Ovalie sert de moins en moins de contre-modèle anti-foot aux beaux esprits qui voudraient absolument que le sport respire la philosophie des Lumières (pour la gauche) ou le bon sens près de chez nous (pour la droite). Le handabll a donc repris le flambeau de la pureté d'intention auprès des zélateurs de la beauté du geste et du sacrifice patriotique. Toutefois, à toujours s'extasier devant les performances de nos handballeurs, certains oublient un peu vite que les qualités - enfin tout est relatif - dont se prévalent aujourd'hui les Experts ont longtemps été l'apanage des footeux. Alors le hand, un sport progressiste pour jeunes ou juste un foot à papa qui gagne à l'ancienne ?

- Seule la victoire est belle, surtout quand on est de mauvaise humeur

Claude Onesta qui renvoie dans les cordes un journaliste et ses « questions cons » , Nicolas Karabatic qui après la défaite contre l'Islande interprète l'idiot du village en enchaînant les « non » laconiques le regard vide, les allusions permanentes contre la presse et ceux qui ont osé douter d'eux... Bref, aux JO, la sélection française n'a pas véritablement brillé par son « exemplarité » si chère à Didier Deschamps. Seulement, ils ont gagné. Et dans tout bon environnement bourgeois et ultralibéral, si les perdants sont contraints à adopter un comportement idéal pour susciter la sympathie et la compassion, l'Auguste efface avec sa médaille d'or tous ces petits travers, ou plutôt y gagne le droit rétroactif de s'y laisser aller. Tout le monde, journalistes y compris, transforme le saut d'humeur en force de caractère, la beauferie alcoolisée en joie de vivre et l'impolitesse en fierté du compétiteur blessé. Les règlements de comptes Monsieur Nasri, c'est juste une affaire de timing et de patience.

- Pour gagner, autant le vouloir !

Quand l'ensemble de l'effectif monte sur le podium en mimant Usain Bolt, les pires poncifs sur l'esprit d'équipe et la bonne ambiance dans le groupe sont immédiatement dégainés. Mais, de fait, on n'en sait pas grand-chose. Par contre, il est clair que le handball a sérieusement basculé dans le professionnalisme au sens le plus profond du terme et que nos Tricolores ne laissent pas leur goût du travail bien fait dans le vestiaire de leur club. Un tournoi olympique, c'est comme n'importe quelle compétition, il faut battre l'adversaire avant de se poser des questions métaphysiques sur l'amour du maillot, l'importance du statut d'international ou sa place dans le bus. De temps en temps, il arrive que le sport soit aussi une question de jeu. On y gagne sur les deux tableaux. On met en exergue le sens du collectif, formule toujours populaire auprès de l'opinion, et l'on profite pour sa pomme du retour sur investissement.

- Savoir être un produit marketing consistant

Pour se vendre, le sport a besoin de belles histoires. Et de sa dose de madeleine de Proust. Côté hand, depuis quelques années, la Fédération joue sur du velours en déclinant la touche nostalgie des années collège, du terrain au fond de la cour et des compétitions UNSS dans le 77 contre Brie-Comte-Robert. Que la réalité du haut-niveau s'en éloigne à grandes enjambées (de la constitution des pôles Espoirs aux centres de formation des clubs), que le président de la Fédé' ne cesse de réclamer plus de télé comme n'importe quelle formation de L2, cela reste finalement secondaire ! Et, au moins, les Experts ne semblent pas encore trop saoulés de signer des autographes, faute d'habitude peut-être, ou simplement de savoir, comme les Michel Platini et autres Stopyra en leur temps, auxquels ils doivent leur bonne fortune (relative).

- Un coach respecté, c'est une équipe valorisée

La France a soif d'autorité, puisqu'on lui répète à longueur de temps que sa jeunesse ne respecte plus rien. Le coach - peu importe qu'il confesse après coup, à l'instar de Michel Hidalgo ou d'Aimé jacquet, avoir laisser le groupe s'autogérer autour de ses cadres - doit même donner l'impression au pays de la cinquième République et du "tout présidentialisme" que quelqu'un tient les rênes, qu'il maîtrise le destin de l'aventure collective. Ce qui se passe ensuite ne regarde que les initiés de l'intérieur (une vérité que plus grand-monde n'ira dénicher en cas de succès). Un Laurent Blanc impuissant sur un banc de touche et foulant hagard le terrain d'entrainement se révèle bien pire en termes d'image qu'une défaite face à la Suède. Pour résumer, les Experts d'aujourd'hui ne seraient-ils pas, tout simplement, des Bleus qui auraient gagné à Séville, lors du Mondial 82, avant de taper l'Italie en finale ?

Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Spike Spiegel Niveau : CFA2
C'est rare pour le signaler donc je vais le dire avec un pincement au coeur : Nicolas Kssis-Martov, pour une fois on est d'accord !
denis brognard Niveau : Loisir
La plupart des joueurs internationaux français de HandBall reviennent quasiment tous jouer en france après leur expérience à l'étranger, et pas seulement en fin de carrière (Karabatic, dinart, gilles, Fernandez, Richardson, etc...)

Sur l'équipe de France championne du monde 98, combien de joueur majeur sont revenu en France?
Sur les 11 joueurs finalistes, seulement 3 sont revenu jouer en France.

Quand l'équipe de Foot écrasera autant ses concurrents, on pourra comparer...
Les Experts ne seraient-ils pas une EdF qui aurait gagné en 82?

Euh, non. Ou alors une EdF qui aurait gagné en 82, en 83 deux fois, en 84, en 85 et en 86.
Je sais qu'il est de bon ton de jouer au beauf frustré, de se dire qu'après tout, ce n'est que du handball, un sport mineur avec une cible réduite. Sauf que cet argument marche dans les deux sens. Les fonds alloués à la formation des joueurs sont réduits, les possibilités de carrières le sont tout autant, les opportunités sont rares et s'y faire un nom relève de l'exploit.

Alors, Messieurs de So Foot, apprenons à regarder plus loin que le bout de notre étonnement auto-satisfait tarin. Le rugby, le handball, que vous le vouliez ou non, donnent une meilleur image du sport que le foot. Cela s'explique facilement.
La concurrence dans le foot, au vu de son statut de sport d'équipe numéro 1, fait que très vite, les gosses doivent tout abandonner, l'éducation, les processus de socialisation traditionnels, pour toucher le cuir. Ca donne des être coupés du monde, et nier qu'un Dinart ou un Honrubia, malgré les tatouages de forains, reflètent des personnalités plus apaisés, c'est mentir, tout simplement.
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Surtout le fait qu'ils ne sont pas archi surpayés comme les footballeurs les rend très accessible, je me souviens d'un paquet de soirées faites à Chambéry avec les Handballeurs de l'Equipe de France, d'autres qui venaient juste faire la fete à Chambéry, Fernandez, Dumoulin, Narcisse etc, un paquet de fois à leur table, des mecs qui se la raconte pas, qui savent rigoler, et surtout, qui savent parler français... le handball comme cet article le décrit a tout à apprendre au foot.
Le passage sur l'exemplarité...Jusqu'à preuve du contraire Onesta a un franc-parler un peu franchouillard et des formules classiques...En rien comparable avec la grossièreté des joueurs de foot.

En un mot comme en 100, la différence majeure entre le hand et le foot, l'éducation des joueurs.
On est d'accord, l'olympisme de Coubertin ça n'existe plus ... Les gens sont choqués de voir les attitudes (et les salaires surtout en fait) des footeux mais on ne s'offusque pas de la présence du basket, du tennis, ou même du vélo aux JO... Perso, je ne pense pas que la basket (NBA) ait plus sa place que le foot aux JO (rapport aux salaires). En fait, c'est juste que le foot est le premier sport médiatisé en France. Quand on gagnait (98-2000), on était "ensemble", "Black-blanc-beurre" unis. Aujourd'hui on a un trou générationnel alors on tape dessus, comme si on en a fait une overdose du foot. On veut voir du hand (moi le premier) ! Bah ouais, on gagne, on est ensemble, unis "black, blanc, beurre" au hand... En plus c'est un sport qui a des "valeurs" (mot à la mode aux JO).
Bref, en France, on supporte ce qui gagne. Le reste, c'est des gens idiots, insolents qui mouillent pas le maillot ...
Ne vous méprenez pas, je ne défends pas Ménez, M'vila, Benzema et tous ces gars-là. Je dis juste qu'il faudra arrêter de voir les JO comme en 1922. Quasiment tous les sports sont pro et tu vas aux JO pour gagner, pas pour passer un bon moment avec des gens de cultures différentes. Bon, si en plus de gagner tu véhicules une image sympa, c'est le top on est d'accord !
C'est hors sujet mais je mets 2 bémols. : le hand n'est un sport majeur qu'en europe...Et foutre en l'air un plateau télé je ne vois pas ce qu'il y a de marrant...j'oubliais, franchement la mode des surnoms c'est nul!
Etre un produit marketing consistant, avoir un coach respecté et tout simplement gagner (à Séville en 82 ou ailleurs)... ben on est plus proche du foot français de la fin des années 90 que de celui des 80's.
J'étais bien évidemment trop jeune mais les Giresse, Tigana ou Trésor n'étaient pas à ce qu'il me semble des vedettes de pub à la différence de leurs succeseurs (enfin pas tous : Guivarc'h et Diomède n'ont pas squatté nos écrans) et Jacquet était aussi respecté de ses joueurs que Hidalgo.

Le hand a encore la chance d'avoir des clubs à "taille humaine" avec des matches de D1 entre Tremblay en France et Sélestat par exemple et avec une formation très poussée et très sérieuse mais qui ne passe pas par des centres coupés du reste de la jeunesse. Cela permet d'avoir effectivement des mecs plus équilibrés et plus en adéquation avec la société, d'autant que le pognon n'a pas encore pris une importance prépondérante.
Je dis bien "encore" car l'arrivée des Qataris dans le hand peut sonner la fin de la recré.
Jacquoulecroquant Niveau : District
Il ne faut pas parler des résultats sportifs pour différencier foot et hand, du moins ce n'est pas là le but de l'article.
Plus que la comparaison foot/hand(faîte car on est sur un site de foot et que le moment s'y prête) ce qui est intéressant c'est de voir le traitement médiatique et les dérives du sport de façon général. Et ça l'article le fait à merveille.
Pour prendre un autre exemple que le hand, le basket tricolore. Imaginez deux secondes q'un Menez, Nasri ou Anelka à l'époque est foutu le même coup de poing que Batum à la fin de France-Espagne. Là c'est passé et même pire Laurent Luyat and co on fait passé pour la rage de vaincre, une volonté de se dépasser et Batum tout heureux qu'on lui ai trouvé des circonstances atténuantes de continuer et d'aller plus loin encore en disant que "oui les JO c'est exceptionnel, c'est que tout les 4 ans, on ne vit ça qu'une fois dans sa vie...blablabla...".
Alors ok je suis le premier à critiquer les footballeurs (salaires honteux et pire encore, formation baclée et coupure complet avec le monde qui les entoure...) mais ce que l'article révèle c'est que le sport dans son ensemble, y compris les sports "nobles", avec des "valeurs" bah ça n'existe plus. Triste constat mais le sport est spectacle (surtout aux JO) et non pas un produit culturel populaire.
Les médias en font leur choux gras (duo vendeur sport-faits divers) et les dérives sont multiples et évidentes.
Excellent article donc bien que la comparaison avec l'EdF foot ne soit peut etre pas le mieux car finalement on va réduire au sportif et aux personnalités marquantes, mais la réflexion proposée sur le sport et son traitement médiatique est la bienvenue!voilà pourquoi je viens sur ce site.
enavantguingamp Niveau : District
@ Pierre du Bayern. Tu m' as sorti les mots de la bouche, des mecs simples, humbles et qui ressemble à leurs semblables. Après l' article est bien fait, on peut faire le parallèle avec le basket, le volley tant qu' on y est. Il n' y qu' à comparer les conférences de presse de Karabatic, Dusautoir, Parker, "Evra, Ribéry et Benzema" et tu as tout compris. Je suis certain que face de parpaing n' a jamais mis les pieds dans une bibliothèque ou une librairie de sa vie. Ah si !! j' oubliais il est allé la semaine dernière à la FNAC place d' Italie acheter " les pensées de Jason Derülo " préfacé par Pierre Sarkozy et sorti aux éditions BHL. Mon dieu que j' aime le Foot, l' EDF mais j' en peux plus de voir à chaque fois trois ânes battées avec le maillot bleu et dire " ce n' est pas d'ma faute wallah la chouma qui l'a marav' le boloss' de l' Equipe après mon pion, allez Jérém après la compèt' on taille jusqu' à Miami et on va retrouver notre potos BOOBA ! "
Jacqoulecroquant: Sauf que tu ommets bien des choses. On n'est pas dans le domaine de l'image privée d'un joueur. Nicolas Batum est un personnage public, et pour être un fervent amateur de basketball plus encore que de foot, on sait très bien l'attachement qu'à Batum pour l'équipe de France. Il prend des risques en jouant sans assurance pendant le mois de juillet, ce qui pourrait mettre fin à sa carrière en NBA. C'est un joueur passionné, un caractère humble qui n'a strictement rien à voir avec Nasri et Menez, enfin écoute-le juste parler, il n'y a pas de complot médiatique partout non plus.

Et surtout, imagine-toi qu'un coup sur Navarro après avoir perdu un match épuisant, stressant, entaché des magouilles de l'Espagne en phase de poule, et surtout sur un Navarro qui a passé son match à flopper comme à chacune de ses apparitions en compet' FIBA, il y a des circonstances atténuantes, et il n'y a rien de prémédité comme les débilités sorties par Menez en interview pour essayer de se dédouaner de toutes ses conneries*
Je trouve que dire que le hand n'est un sport majeur qu'en Europe est forcément réducteur...
Le rugby concerne une dizaine de nations de haut niveau, les iles britanniques, la France et les tri nations + l'Argentine, plus 3 iles confettis du Pacifique, qui fournissent d'abord les Blacks et qui font une équipe avec le reste...
La coupe du monde de rugby n'est qu'un remake de la précédente...
Le foot, même s'il est pratiqué dans le monde entier, est mineur dans les pays à forte démographie... USA, Chine, Inde, Indonésie... et les victoires en coupe du monde par exemple, sont partagées par seulement 8 pays...
Ce qui rend le foot sport "le plus populaire", c'est certainement son exposition médiatique et la starisation aussi immédiate qu’éphémère de pseudos idoles qui ne détonneraient pas dans les castings pathétiques d'aquariums de la téléréalité...
Ajoutez à cela les troupeaux de Footix bêlant au moindre signal d'une presse réagissante et jamais agissante...
Les Handballeurs parlent tous Français et rien que pour ca...

Par ailleurs le Rugby n'est plus le contre-exemple du Football ? Ha bon ?
On y voit certes les métastases du professionnalisme à outrance s'y insérer mais les joueurs parlent toujours Français, chantent la Marseillaise et se défoncent sous le maillot tricolore...

Sinon je suis toujours sidéré de voir sur certains post comme dans la dernière déclaration de Menez que le désamour des Bleus actuel est du aux résultats sportifs...
Tout comme de lire que les Français n'aiment que les vainqueurs, bien au contraire on est les seul à préférer les jolis losers...

D'ailleurs au mois dernier qu'à t-on vu, des tas de commémorations de Seville 82 et dans le même temps rien pour France 98 ou 2000.
On a préféré commémorer une défaite que des victoires, plus symbolique que ca tu meurt.

Tout le monde sait que cette génération n'est pas au niveau de celle de 98 / 2000 et qu'en perdant en quart de finale de l'Euro elle est à sa place, surtout face à l'Espagne actuelle contre qui ce n'est pas une humiliation de perdre ( et c'est valables pour toute les autres sélections nationale ).
Ce que les gens n'ont pas supportés c'est le non-match contre la Suède et le manque de combativité associé au manque d'esprit collectif qui s'est d'autant plus vu face à une équipe d'Espagne qui cultive ce même esprit collectif à un niveau incroyablement haut, banc de touche comprit !

Encore une fois, en 2012, 6 ans après Knysna, nous traînons encore ce boulet... nous n'avons pas amputé la gangrène et encore aujourd'hui on retrouve deux membres de cette joyeuse épopée Sud-Africaine qui risquent même de se retrouver dans le onze titulaire....
Quand à un débat et des réformes urgentes concernant la formation afin de ne plus produire des joueurs ayant ce genre d'état d'esprit, rien à l'horizon... le désert de Gobi à part un article des cahiers du Football intitulé " déformation à la Française " assez pertinent...
Les Handballeurs parlent tous Français et rien que pour ca...

Par ailleurs le Rugby n'est plus le contre-exemple du Football ? Ha bon ?
On y voit certes les métastases du professionnalisme à outrance s'y insérer mais les joueurs parlent toujours Français, chantent la Marseillaise et se défoncent sous le maillot tricolore...

Sinon je suis toujours sidéré de voir sur certains post comme dans la dernière déclaration de Menez que le désamour des Bleus actuel est du aux résultats sportifs...
Tout comme de lire que les Français n'aiment que les vainqueurs, bien au contraire on est les seul à préférer les jolis losers...

D'ailleurs au mois dernier qu'à t-on vu, des tas de commémorations de Seville 82 et dans le même temps rien pour France 98 ou 2000.
On a préféré commémorer une défaite que des victoires, plus symbolique que ca tu meurt.

Tout le monde sait que cette génération n'est pas au niveau de celle de 98 / 2000 et qu'en perdant en quart de finale de l'Euro elle est à sa place, surtout face à l'Espagne actuelle contre qui ce n'est pas une humiliation de perdre ( et c'est valables pour toute les autres sélections nationale ).
Ce que les gens n'ont pas supportés c'est le non-match contre la Suède et le manque de combativité associé au manque d'esprit collectif qui s'est d'autant plus vu face à une équipe d'Espagne qui cultive ce même esprit collectif à un niveau incroyablement haut, banc de touche comprit !

Encore une fois, en 2012, 6 ans après Knysna, nous traînons encore ce boulet... nous n'avons pas amputé la gangrène et encore aujourd'hui on retrouve deux membres de cette joyeuse épopée Sud-Africaine qui risquent même de se retrouver dans le onze titulaire....
Quand à un débat et des réformes urgentes concernant la formation afin de ne plus produire des joueurs ayant ce genre d'état d'esprit, rien à l'horizon... le désert de Gobi à part un article des cahiers du Football intitulé " déformation à la Française " assez pertinent...
Et si le Hand etait du hand en faite.....
À sa façon, Thierry Henry a contribué au rapprochement des deux sports.
Note : 3
en France on aime les vainqueurs !!?

les Lyonnais doivent s’étouffer
Phallus Majestueux le Franc-Maçon Niveau : District
Je ne parlerai pas des 80' puisque né à la fin de cette décennie, je ne connais strictement rien de celle-ci en matière de médiatisation du sport.

En revanche, je demeure assez frappé par un phénomène: toujours vouloir faire du sportif une personne dénuée de nos propres excès, vices, mauvais côtés. La cabale contre les footeux parce que dénués de qualités humaines et n'ont pas lu Montesquieu comme Yannick Agnel (qui a vraiment lu Montesquieu sur 65 millions de personne ? ), maintenant des voix s'élèvent parce que les handballeurs se bourrent la gueule et font de la merde quand ils sont bourrés (ce que nous avons tous fait)... Le danger est de mythifier le sportif. Le sportif apparait comme un absolu sur-moïque sur lesquels nos braves leaders d'opinion et blogueurs crachent quand leur Ça transparait. Alors que non, les sportifs ne doivent pas avoir nos mauvais côtés. Grand dieu non. Ils ne peuvent pas être cons, incultes et faire de la merde après avoir picolé de la Zub'. Nous nous pouvons. Eux non. Alors quand ils le font, nos braves leaders d'opinions et autres blogueurs leur tombent dessus en prétextant n'importe quelle connerie plus ou moins vraie. Oui le traitement médiatique contre les footballeurs a été dégueulasse. Oui, France TV commente les JO comme Barrès aurait pu le souhaiter et traite les sportifs qui gagnent mieux que ceux qui perdent.
Mais c'est toujours la même chose. Il faut juste arrêter de mythifier le sportif et d'en faire cet être absolu dénué de NOS défauts.

Et surtout, arrêter de partir des sportifs pour faire des analyses socio-politiques.
Entièrement d'accord avec NKM, je rajouterais qu'on ne peut pas comparer les résultats d'une équipe qui joue plus d'une compétition majeure par an (1.25/an) à ceux d'une équipe qui en joue 0.5 par an et dans un sport où il y a 50 équipes compétitives, pas une douzaine.

Si il y avait une CDM tous les ans, la France du foot serait plus titrée que celle du hand.

On voit dans les commentaires que tout tourne autour de l'image et que sur le fond, il n'y a pas de diff. Copenhague qui explose comme un Malaga, Ciudad Real qui délocalise, Kiel (ou Gyor chez les femmes) et sa dream team, l'OM-Vitrolles et le PSG-Handball, ça ressemble pas au "sport à papa".
France, Islande, Norvège, Suède, Danemark, Allemagne, Espagne, Corée du Sud, Russie, Serbie, Monténégro, Croatie, Hongrie, Pologne, Autriche dans une moindre, mesure, Tunisie, République Tchèque, Brésil, Égypte, Slovaquie, toutes sont des fédérations de hanball (masculin ici) parfaitement compétitives
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
72 45