1. //
  2. // Arrivée de Bielsa à Marseille

Urrea: « Bielsa peut paraître fou, oui »

En 1992, Marcelo Bielsa quitte l'Argentine pour le Mexique et s'engage avec l'Atlas Guadalajara. Pendant deux ans, El Loco stationne dans la deuxième ville du Mexique et se lie d'amitié avec Ernesto Urrea, son voisin et dirigeant. Écouter Urrea permet de mieux comprendre qui est Bielsa et pourquoi sa signature à Marseille tarde à se concrétiser.

Modififié
91 24
Dans quelles circonstances Marcelo Bielsa est-il arrivé au Mexique ?
Il a été contacté pour devenir directeur sportif de l'Atlas. Il s'est alors rendu à Guadalajara pour réaliser une sorte d'audit du club. Il est resté environ un mois avant de prendre sa décision et de bien définir quels seraient ses besoins. Je me rappelle avoir vu avec lui un match entre moins de 16 ans et, dès la mi-temps, il m'a dit qu'il allait rester, car les joueurs avaient le potentiel pour atteindre le niveau international. De plus, il savait qu'il disposerait de davantage de moyens pour travailler au Mexique qu'en Argentine.

Bielsa n'était donc pas l'entraîneur de l'équipe première ?
Non, ce n'était pas son but. Lui, ce qui l'intéressait, c'était de former des joueurs pour qu'ils aient le niveau suffisant pour s'exporter en Europe. Il voulait changer la mentalité du joueur mexicain. Il livrait son diagnostic à chacun des jeunes du centre en leur expliquant quelles étaient leurs qualités et comment il faudrait travailler pour passer par exemple d'un quatre points d'évaluation à un huit ou un neuf. Il insistait aussi sur le fait qu'il fallait penser football même une fois l'entraînement terminé.

Les négociations traînent en longueur entre Marcelo Bielsa et Marseille. Comment cela s'était-il passé avec l'Atlas ?
Ce qu'il faut savoir, c'est que Marcelo est extrêmement pointilleux. À l'Atlas, il avait inclus dans son contrat 50 points que le club devait modifier dans son organisation, ses infrastructures ... Mais il ne s'était pas arrêté là, puisqu'il avait aussi dressé un calendrier extrêmement précis avec une date butoir fixée pour chaque point. Si les modifications n'étaient pas réalisées au moment où il le souhaitait, il pouvait menacer de démissionner. Bielsa sait exactement dans quelles conditions il veut travailler, mais il ne cherche pas à dépenser pour dépenser. Par exemple, s'il peut trouver un joueur au sein du centre de formation qui peut répondre à ses besoins, il ne fera pas faire un chèque à ses dirigeants pour recruter un joueur confirmé.

Quel résultats a-t-il obtenus à la tête du centre de formation ?
Avec Bielsa, l'Atlas est sans doute devenu le meilleur centre de formation du pays. Marcelo a mis en place un large réseau de détection de jeunes joueurs. Il travaillait avec une équipe de cinq ou six entraîneurs et disposait de relais dans une soixantaine de villes. Au total, de 10 000 à 12 000 joueurs étaient vus par son équipe chaque année. Les meilleurs étaient testés à Guadalajara et six ou sept restaient. Bielsa insistait toutefois sur un point : il ne voulait pas de joueurs de moins de 15 ans. Pour lui, un ado de cet âge n'était pas prêt à vivre loin de chez ses parents. On a ainsi détecté Rafa Márquez à 14 ans, mais on a attendu une année avant de le faire venir à Guadalajara. Avec Bielsa, Rafa a beaucoup appris en termes de lecture de jeu et de malice.

Comment Marcelo Bielsa s'est-il finalement retrouvé à la tête de l'équipe première ?
Lors de la première saison, il s'est exclusivement occupé du centre de formation même s'il avait placé un homme de confiance à la tête de l'équipe pro. Ensuite, il a cédé aux pressions des dirigeants qui voulaient qu'il prenne en charge les professionnels. Lui n'était pas enthousiaste. Marcelo est un homme de moyen et long terme, il m'avait d'ailleurs confié que son rêve ultime était de prendre en charge la sélection argentine U17, pas la A. J'ai aussi su qu'avant sa prise de la sélection argentine, Emilio Butragueño s'était réuni avec Marcelo à Miami pour lui proposer de prendre en charge le Real Madrid. Et comme on le sait tous, cela ne s'est pas fait, même si j'ignore la raison exacte de son refus. Bref, Marcelo finit par prendre en charge l'équipe première de l'Atlas, mais un peu à contre-cœur.

Avec quels résultats ?
Alors que l'Atlas était habitué à se débattre en fond de tableau, il a qualifié l'équipe pour la Liguilla (play-offs qui concluent la saison régulière au Mexique), avec une équipe formée pour moitié de jeunes de 17 et 18 ans. Il y avait notamment Pavel Pardo (champion d'Allemagne 2007 avec Stuttgart). Bielsa fera aussi débuter Jared Borgetti (meilleur buteur de tous les temps d'El Tri) et le gardien, Oswaldo Sanchez (titulaire lors du Mondial 2006, recordman du nombre d'apparition en première division mexicaine). Reste que diriger une équipe qui n'avait pas réellement le potentiel pour être championne frustrait Marcelo. Quand il est revenu de vacances, il a d'ailleurs décidé de s'occuper à nouveau du centre de formation, mais sous la pression des dirigeants il va accepter de rester à la tête de l'équipe première. Cela s'est alors beaucoup moins bien passé. Marcelo n'a cessé de présenter sa démission avant de se résoudre à se mettre en retrait. Il a ensuite signé pour l'América Mexico.

L'América est un club puissant, mais aussi escorté d'une immense pression. Comment Bielsa a-t-il géré cet environnement ?
Tout d'abord, dès qu'il a été contacté, il a demandé au club les vidéos des matchs disputés depuis deux ans par l'América. Il a ainsi réalisé une évaluation de chaque joueur et de ses besoins. La saison régulière s'est plutôt bien passée, mais le président de l'América a discuté certains choix de Marcelo et la relation s'est rompue. Les présidents de club sont souvent des gens d'argent qui manquent de finesse pour comprendre Marcelo qui est une personne extrêmement cultivée. Si je peux me permettre un conseil aux dirigeants marseillais, qu'ils choisissent un homme compréhensif et diplomate comme interlocuteur de Bielsa. Marcelo est un sanguin. En face, il faut une personne au caractère opposé au sien, car partir au conflit avec lui n'est pas vraiment une bonne idée.

« Il montait sa Harley-Davidson tous les soirs jusqu'à son appartement »

Parlez-nous un peu de l'homme. Pour vous, mérite-t-il son surnom d'El Loco ?
Tout d'abord, je vais vous expliquer pourquoi on le surnomme ainsi. En fait, quand Marcelo évoluait à Newell's Old Boys, il s'est acheté une Harley-Davidson. Comme il ne disposait pas d'endroit pour la garer en sécurité, il montait son engin tous les soirs jusqu'à son appartement. Il faut préciser que Marcelo vivait au troisième étage d'un vieil immeuble aux escaliers en colimaçon. Ses voisins ont alors commencé à l'appeler El Loco. Après, par sa manière d'être, il peut en effet paraître fou. J'ai, par exemple, vu quelques matchs de l'Atlas en loge avec lui, et cela pouvait ressembler à une tempête. Mais, pour le reste, ce qui caractérise avant tout Marcelo, c'est son extrême discipline. Quand il se fixe un but, il ne se relâche pas une seconde avant de l'avoir atteint. Son cerveau tient du laboratoire scientifique quand il travaille. C'est un hyperactif, mais il est aussi émotif et impulsif.

Comment se comporte-t-il avec ses joueurs ?
Einstein a dit que la folie est de faire toujours la même chose et de s'attendre à des résultats différents. En ce sens, Marcelo n'est absolument pas fou. Lui s'adapte. Quand il est arrivé au Mexique, il a ainsi énormément lu sur notre culture car il voulait comprendre l'idiosyncrasie mexicaine. Je crois d'ailleurs qu'il connaissait davantage l'histoire mexicaine que moi. Et soyez sûr que s'il signe à Marseille, il fera tout pour comprendre pourquoi les Français sont comme ils sont. Marcelo est quelqu'un d'extrêmement exigeant, mais pour moi, c'est aussi un bon pédagogue. Par exemple, il ne va jamais critiquer un joueur devant ses coéquipiers. Il préfère le prendre en aparté pour lui expliquer les choses. Et si le joueur répond à ses attentes, il va l'applaudir, l'encourager. En revanche, il ne faut pas qu'un joueur aille à l'encontre de ses principes moraux.

Vous qui étiez son voisin et ami, pourriez-vous nous décrire une journée type de Marcelo Bielsa ?
Une fois rentré de l'entraînement, il regardait beaucoup de football, parfois jusque tard le soir. Tous les jours, une secrétaire du club se rendait chez lui pour retranscrire ses exercices. Marcelo est arrivé au Mexique avec un catalogue d'environ 300 exercices et il est reparti du pays avec plus de 500 exercices sous le coude. Il les expliquait à la secrétaire qui les rentrait dans son ordinateur. Sa femme, architecte de formation, les dessinait. Ensuite, Marcelo filmait ces exercices pour les montrer aux entraîneurs du centre de formation. Il expliquait aussi aux entraîneurs dans quel ordre les travailler. Marcelo est un esprit créatif, une des personnes les plus intelligentes que j'ai rencontrées. Quand il a démissionné de l'Atlas, ses journées étaient aussi occupées par la pratique du golf. Il voulait apprendre, et j'ai été son premier professeur. Le golf est un sport qui demande une immense persévérance et Marcelo ne s'est jamais découragé. Il jouait tous les jours de la semaine, même le dimanche. Il me disait : « Si Cruyff et Beckenbauer jouent au golf, pourquoi pas moi ? » Enfin, je me rappelle aussi que Marcelo était un grand mangeur. Quand il allait au restaurant, il demandait tous les plats de la carte pour tous les goûter. Peu importe le domaine, sa curiosité est insatiable.

Comment s'est terminée son aventure mexicaine ?
En fait, au terme de sa relation avec l'América, il revient à l'Atlas. Bielsa pense alors diriger le centre de formation, mais les dirigeants insistent encore une fois pour qu'il s'occupe des professionnels. Finalement, la veille de sa présentation officielle, il médite longuement, échange avec sa femme et décide de ne pas se présenter pour repartir en Argentine. Son contrat courait alors encore sur six mois, et Marcelo, qui, je crois, avait reçu une avance, a tenu à rembourser l'Atlas jusqu'au dernier centime. Pour lui, si tu ne travailles pas, tu n'as pas à être payé. Marcelo est un homme de principes.

Pour en savoir plus sur les années mexicaines d'El Loco :
« Avec Marcelo Bielsa, c'était 72 centres par séance ! »
« Bielsa n'était pas très sociable »

Propos recueillis par Thomas Goubin, à Guadalajara
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Intéressant.
Ce qui me fait peur pour les Marseillais, c'est que si il a toujours garder cette habitude de point à modifier pour qu'il viennent entrainer ça risque d'être compliqué. Les dirigeant français aime pas trop ça qu'on leur donne des ordres.

Espérons pour vous qu'il signe.
Bielsa est vraiment un des tous meilleurs à mes yeux, quand on voit encore la génération qu'il a su sortir à Bilbao. Enfin surtout comment de si jeunes joueurs ont su direct être au top pour le haut niveau, voir même très haut niveau car une finale de C3 ce n'est pas rien.

En revanche je ne savais pas pour tout ces grands joueurs Mexicains qu'il avait lancé dans le grand bain à l'époque.

Dans un So Foot, version papier il me semble, j'avais lu que le mec avant de commencer sa carrière d'entraineur, il avait fait le tour de l'Argentine en voiture pendant des mois, histoire de se faire des contacts même dans les coins les plus insignifiants du pays, histoire d'avoir un réseau de "scouts" sans précédents et ainsi être mis au courant de la moindre petite pépite foulant les terrains de n'importe quelle ville Argentine.

Sinon le coup de la Harley au 3ème étages tout les soirs là il m'a tué le salaud !
Si je peux me permettre un conseil aux dirigeants marseillais, qu'ils choisissent un homme compréhensif et diplomate comme interlocuteur de Bielsa.


Bye bye José.
got_feu_dami Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par alfadir
Si je peux me permettre un conseil aux dirigeants marseillais, qu'ils choisissent un homme compréhensif et diplomate comme interlocuteur de Bielsa.


Bye bye José.


ouais ou pas de Bielsa, parce que décramponner l'autre moule de son rocher...

en tout cas il ferait bcp de bien à un club avec un tel potentiel (image stade ville public et.. qqs bons joueurs...)
Señor Gifle Niveau : CFA
Note : 1
J'ai sérieusement grave envie qu'il vienne, ça me fait comme si un investisseur pété de thune venait... mais y'a encore trop de trucs qui peuvent le décourager, comprendre les français c'est pas forcément les aimer, la mentalité du club, des jeunes, si justement il n'y a pas de jeunes prometteurs, le staff et surtout l'interloculeur ... si c'est pour que Labrune lui dise oui à tout et qu'en arrivant il doive se battre tous les jours avec Jojo ...

Grave envie qu'il vienne.
Anigo peut paraître entraîneur de foot, oui.
Bielsa en France ça aurait de la gueule. Malheureusement j'ai peur qu'il se casse de lui-même s'il signe à Marseille.
Problème numéro un , apprendre le Français pour faciliter la communication , ne serait ce que au meme niveau que Ranieri .
Problème numéro deux , l'Olympique de Marseille est a l'heure actuel un club qui achète des joueurs , son école de foot est pas performante .
( intégration de joueur de l'équipe II en I , vivier - potentiel ? )

Des défis en somme a relever , mais vu le personnage que je ne connaissais pas rien d'effrayant !

Très sympa cette entrevue !
Basiquement il est plus détecteur dans son ame que un entraineur au sens propre , étant passer de l'ombre de derrière les tribunes a la lumière du rectangle vert .
"Il demandait tous les plats de la carte pour tous les goûter"
Michel Gérard Joseph Colucci likes this.

A voire les itw des marsséyés, les jeunes ont l'air assez enclins au nouveau coach.
Par contre le mec a l'air vraiment dans son délire, rêver d'entraîner les -17 c'est comme rêver de gagner la D2 de Fifa avec une équipe 3 étoiles.
Guardinho Niveau : CFA2
Qu'est-ce que j'aurais aimé le voir signer à Paris l'an dernier...

Tous les jours on nous annonçait une nouvelle piste, et jamais de Bielsa, qui était complètement libre. Bref [soupir]

Pour en revenir à Marseille, c'est vrai que l'absence totale de niveau chez les jeunes risque de lui faire tout drôle.
La mission première de Bielsa sera de mettre en place un centre de formation performant, car pour l'instant les jeunes finissent en CFA ou en National...
Si l'OM sortait 3-4 jeunes formés au centre capables d'être titulaires ou remplaçant en équipe première, ça dégagerait davantage de thunes pour enrôler de bons joueurs sur les postes restants, et des plus values à la revente.
Lyon s'en sort pas si mal grâce à ses jeunes,Lille sort un ou deux joueurs par saison... Il est temps pour l'OM de se mettre au diapason


Message posté par Guardinho
Qu'est-ce que j'aurais aimé le voir signer à Paris l'an dernier...

Tous les jours on nous annonçait une nouvelle piste, et jamais de Bielsa, qui était complètement libre. Bref [soupir


sinon on pourra toujours faire un échange avec l'om Bielsa contre Blanc
Mais alors pour le coup si le football est fait de prises de risques, j'invite Labrune a tout faire pour le faire signer. Qu'on lui laisse les clefs du camion pendant au moins les 2 prochaines années. Peut être bien que cela ne donnera rien mais peut être aussi qu'on aura la chance de connaître une seconde vie.

Et la première des choses à faire est d'arriver à dégager Anigo du milieu. Même s'il sera impossible de le faire démissionner, arriver à le recaser, à l'envoyer dans la cellule de recrutement avec une mission d'un an en Australie !

Et ensuite laisser faire Bielsa. Rien que pour la formation il peut nous rendre service pour la décennie à venir. Avec le potentiel qu'il y a dans la région c'est dingue qu'on soit incapable de sortir un seul joueur de qualité.
Bon Courage Bielsa! Il y en a des jeunes à dompter la-dedans (Thauvin, Imbula, Lemina, Mendy).. Ca m'étonnerait qu'il arrive en faire des fluoriclasses, si il arrive déjà a les faire jouer ensemble, ca serait pas mal.

Faudrait aussi virer les chèvres Romao, Cheyrou, Kahlifa, Diawarra qui pompent fort dans la masse salariale pour pas grande chose + Anigo si tenté que quelqu'un arrive à le déloger!!

Mais aussi garder les Valbuena, Nkoulou, Mandanda...

Y'a du boulot!
Borgetti est pas très connu par chez nous mais grace à Bielsa c'est devenu un super joueur de la tête car la méthode de l'argentin est de te faire répéter tes gammes jusqu'à écoeurement. Bon pour Marquez on en parle même pas tellement ce mec a marqué son époque.
Pour Bielsa le challenge est excitant, et sur ce que dit Urrea sur sa technique de détection au Mexique il faut aussi rajouter qu'il a fait pareil en Argentine, il avait un interlocuteur dans la moindre petite contrée paumée du pays et dès qu'un joueur sortait du lot il était prévenu. Donc il est bien conscient avec l'audit qu'il a fait que notre centre de formation pue la merde, ce qui a dû l'interpeller c'est la qualité des installations, tout est neuf l'outil est beau mais l'équipe végète en CFA2. Une fois ses réseaux créés ici, on pourrait enfin pouvoir enfin rivaliser avec les bons centres de formation français que sont Rennes, Lyon et le LOSC.

Ce qui me fait peur étant fan de Bielsa c'est qu'il ne faudra pas l'irriter, en même temps Labrune a toujours dit depuis décembre que le profil du prochain entraineur sera celui d'un manager à l'anglaise qui controle tout donc j'espère qu'il va le laisser faire ce qu'il veut et logiquement oui car le contrat ferait une cinquantaine de pages et doit donc comporter des clauses de départ en cas de paroles non tenues sur les changements à apporter, comme ce qu'explique Urrea pour l'Atlas.


A propos des jeunes du Centre de formation de l'OM , c'est surtout qu'on ne leur donne pas leur chance pour briller dans l'équipe première ou on les vire après une saison à l'OM (Gary Bocaly , Seydou Keita et bien d'autres) qui flambent dans d'autres clubs

Le problème est qu'on ne donne pas leurs chances aux jeunes joueurs formé au club .La politique cette année a été inconhérente car les dirigeant ont préféré acheté des jeunes à des prix exhorbitants alors qu'il doit y avoir des jeunes pas plus mauvais que les Lemina , Imbula et Mendy

Une autre incohérence est d'avoir viré Stambouli qui n'est pas une pipe au niveau de la formation.

Un mec comme Bielsa peut apporter un plus au sein du centre de formation et faire progresser les jeunes avec une philosophie cohérente.

Pourquoi des clubs comme l'Ajax ou le Barça sort des pépites néerlandais ou catalane de leurs centre de formation , c'est avant tout par une politique de jeu où les équipes joue de la même philosophie de jeu des poussins à l'équipes fanion
Fabrenzo Ravescoli Niveau : District
Bon sur Twitter, on annonce la signature de Bielsa de manière assez définitive. Plus trop de suspense. Reste juste à attendre l'officialisation (sous 48h depuis deux semaines, certes) mais ça a l'air bon.

Je veux un tifo aux couleurs argentines pour OM-OL.
Message posté par yosilo


A propos des jeunes du Centre de formation de l'OM , c'est surtout qu'on ne leur donne pas leur chance pour briller dans l'équipe première ou on les vire après une saison à l'OM (Gary Bocaly , Seydou Keita et bien d'autres) qui flambent dans d'autres clubs


et Benatia!
gregoirelenormand Niveau : DHR
Message posté par Fabrenzo Ravescoli


Je veux un tifo aux couleurs argentines pour OM-OL.


Cette blague est de mon point de vue une petite pépite!
Si vraiment on le lui laisse les coudées franches et qu'on lui laisse le temps (de créer un cdf efficace notamment) d'ici 2 ou 3 saisons l'om peut changer et alors je m'engage ici à dire que labrune est un génie!
Je veux y croire même si une partie de moi me dit "je ne marchera jamais à marseille..."
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lille s'accroche au podium
91 24