1. // Mondial 2014
  2. // Barrage retour
  3. // France/Ukraine
  4. // Billet d'humeur

Didier Deschamps, dessinez-nous une croix de Lorraine !

Ce soir, le pays va retenir son souffle. Pourtant, contrairement au drame bulgare, il ne sera pas ici question de choc ni de surprise, tant la catastrophe semble déjà actée dans les esprits. La France a de toute façon le moral en berne et son foot se révèle finalement bien à son image, quoi qu’en pensent les prophètes du déclin tricolore. Et comme en 1940 ou en 1961, elle attend son sauveur. Notre République, faute de monarque, se tourne alors naturellement vers un sélectionneur national perdu au milieu des ruines, en espérant qu’il rencontre l’histoire et écrive la nôtre. Si seulement Philippe Séguin pouvait encore être des nôtres pour voir ça.

Modififié
32 20
Alors que même les 11 novembre n’y parviennent plus, Didier Deschamps implorait « l’union nationale » avant le match aller. Pascal Praud dressa en retour sur i-Télé, avec un sens certain du buzz programmé, le constat d’un «  pays réel » en rupture avec les Bleus : « Il y a plein de gens qui n'aiment plus l'équipe de France et non seulement ils ne l'aiment plus mais ils la détestent ! » . Une bonne ambiance années 30, à la Stavisky. Que voulez-vous, en 2013, l’Hexagone regarde encore et toujours vers les Bleus avec l'œil patriotique d'un lendemain de Libération, phase CNR. Nous étions tous résistants et patriotes en 1944. Et tous gaullistes…

Didier Deschamps, Laurent Blanc ou même Raymond Domenech ont été confrontés à ce paradoxe toxique dans l’exercice de leur fonction. Cet écart entre le quotidien de leur travail et leur quasi statut de serviteur de l’État. L’opinion réclame ainsi des sélectionneurs qu’ils incarnent la figure rassurante et autoritaire d’un de Gaulle du ballon rond, capable de rassembler par-dessus « les partis » , d’affronter les crises (du coup d’État d’un « quarteron de généraux en retraite » au coup de jeunesse des « anarchistes allemands » ) et surtout de maintenir le rang, voire l’honneur de Marianne dans le monde (ce qui est beaucoup moins le cas pour le rugby ou le hand).

Le Pen et l'ultralibéralisme du foot

Ce besoin est d’autant plus accentué qu’aujourd’hui, la « nation » traverse une bonne déprime. Plateaux télé ou émissions anxiogènes, sortie très médiatique du livre L’identité malheureuse de Finkielkraut qui pleure « la vraie France » d’avant le multiculturalisme. D'avant les Bonnets rouges et leur régionalisme patronal. D'avant les clubs pros qui tentent la fronde fiscale. Sans oublier ces agences de notation qui nous rappellent la dégringolade de notre économie dans le capitalisme « today » pendant que les djihadistes kidnappent nos ressortissants… Un sombre puzzle au milieu duquel le 2-0 à Kiev devient une pièce de trop à caser… Marine Le Pen l’a bien senti, ou on lui a mis le nez dessus, et elle a parfaitement su utiliser le rejet de « l’ultralibéralisme » dans un foot obnubilé par « l’appât du gain » pour mieux distiller les traditionnels doutes du FN envers la qualité d'être français, ou le droit de l’être, des premiers concernés, « qui d'ailleurs se moquaient manifestement du fait de représenter la France. »

Bref, la France ne s’aime plus, et même les nationalistes finalement passent plus de temps à la désosser qu’autre chose. Et ce qui reste d’intelligence à gauche, d’Emmanuel Todd à Régis Debray, sniffe la nostalgie pour se tenir éveillée. Elle n’aime plus ses présidents d’ailleurs, comme autrefois dans l’admiration/répulsion d’un Mitterrand ou du Général. Alors le peuple voudrait que son foot témoigne d’une affection un brin désuète envers cette patrie qu’il ne déploie plus au jour le jour, faute de temps ou d’envie, ou y percevoir simplement un écho flatteur de sa fierté d’antan. Quand tout le monde exige le patriotisme (fiscal, sentimental, ou bien culturel) qu’il ne pratique pas lui-même avec assiduité, nous demandons fort à propos à nos concitoyens à crampons un petit supplément d’âme et de prestation de service indexé sur leurs revenus.

Juste bosser avec une génération décevante

Sauf que dans le foot actuel, le sélectionneur national ne peut finalement qu’épouser le destin d’un René Coty, un président de la IVe (la maudite) dépourvue de véritable pouvoirs, contraint de toiser l’incompétence de ses contemporains face aux drames du moment et finalement d'être une victime passive des circonstances qui le dépassent. Avant de pondre de grands débats sur l’immigration ou les pseudos chantages à « la France aime la ou quitte la » (dédicace au MIL –ou quand les gaullistes pondaient les slogans du FN avec vingt ans d’avance), il faut savoir que l’EDF résulte du système global du foot français et de ses divers acteurs. Fabriqués en centres de formation comme des pièces à vendre à l’export, remis entre les mains d’agents qui ne gagnent de l’argent que lorsqu’ils multiplient les transferts, les footeux « bien de chez nous » considèrent depuis belle lurette l’amour du maillot comme un argument de comm' pour journalistes accrédités, et l’équipe de France comme un opportunité de « réussir quelque chose » (on devient bien ministre entre deux conseils d’administration dans le privé). Quand les Bleus s’avèrent moyens voire médiocres, ils passent à autre chose, à l’instar de tous ces brillants énarques de cabinets ministériels, ceux qui se recasent très vite après un remaniement gouvernemental. Et enfin évidemment, dans le « rôle » du Parlement qui désigne puis s’en lave les mains, une FFF trop « petite » pour l’enjeu de « ce monde » .

Didier Deschamps possède de fait une bien autre conception de son métier à laquelle semblent rêver les 82% de Français qui, à en croire les sondages, n’accordent plus leur faveur aux Bleus. Il essaie de se qualifier avec les types qu’il a sous la main. En gros de bosser avec une génération décevante. Il reste juste à en informer le pays, ce que la presse a souvent omis de faire. Surtout, plus que Knysna, le foot français ne semble pas réussir à sortir de l’ombre de 98 et des rêves éternels de grandeur que charrient le 12 juillet. La roublardise gaulliste laissa imaginer à la France vaincue de 1940 qu’elle restait un des 5 « grands » (le réveil s’avère d’autant plus douloureux sous François Hollande que ses prédécesseurs maintenaient l’illusion aussi vivante que possible). Didier Deschamps n’a malheureusement pas de siège au Conseil de sécurité de l’ONU ni de dissuasion nucléaire pour donner le change.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Moi j'y crois...

Déjà, à tous ceux qui disent qu'ils sont pas dignes du maillot bleu ou qu'ils nous font honte, je dirai qu'il ne ridiculisent qu'eux-mêmes. Le maillot bleu est plus vieux que ça, il a connu pire et meilleur. (C'est pas comme si on allait faire des matchs amicaux dans des payx gouvernés par un boucher... n'est ce pas les Espagnols ?)

Je n'aime pas cracher avec la meute, ni lyncher dès que ça va pas. On a perdu 2-0, on aurait pu avoir un 0-0 tout dégueulasse et là tout le monde se serait extasié sur le génie tactique de Deschamps pour le même match! On prend deux pions sur deux faits de jeu pas super révélateurs quand même.

On sera sans doute éliminé ce soir, mais moi je continue à y croire car je ne peux pas imaginer la coupe du monde au Brésil pas au qatar ou en Russie, le BRAAAZIL) sans la France, ça me ferait trop de peine...

J'aime le maillot bleu, je l'ai toujours aimé et je l'aimerai toujours, peu importe les gars à l'intérieur. Dans 20 ans on les aura oublié, on se souviendra juste de l'élimination...

Sans déconner battre l'Ukraine 2-0 à domicile c'est si fou que ça ?
roctovirso Niveau : CFA2
La Desch' doit se glisser dans la peau de Chirac en 1994.
Trahi par Balladur qui est perché dans les sondages malgré l'accord de désistement qu'ils avaient l'un envers l'autre, Chirac joue son va-tout contre vents et marées, et ça passe, et à a fin il dit: "En politique, les blessures cicatrisent vite".
KarlHeinz Niveau : DHR
Super article. C'est clair que ceux qui beuglent à longueur de temps sur les bonnes valeurs d'antan (qui sont bafouées de nos jours toussa toussa) et sur le passé idéalisé d'un pays qui a perdu sa grandeur et décline : ces mêmes, en tant que défenseurs autoproclamés de la Nation, auraient dû appeler au sursaut patriotique et à l'unité nationale autour de notre sélection. Mais ça était le contraire...

Du coup, je ne peux m'empêcher de penser à 1940 (le parallèle est très exagéré avec cette période - je sais). A ce moment là, les élites de la Nation ont fait le choix de la défaite et de l'asservissement à l'ennemi, tout ça pour reconstruire une société "idéale" et "purifiée", débarrassée des éléments "parasites" responsables du déclin commencé pour eux en 1789.

Aujourd'hui, les pseudo-élites médiatiques et certains pseudo-supporters en sont à rêver d'une élimination humiliante pour espérer reconstruire une équipe de France modelée selon leur utopie et leurs fantasmes.

Dans ce contexte, c'est réconfortant de lire qu'il reste des irréductibles derrière l'EdF et qui y croient encore, malgré la propagande de masse qui incite au contraire.

PS/ En cas de guerre et d'occupation du territoire, évitez de croiser la route de Pascal Praud.
A trop faire monter la sauce du patriotisme si ils perdent on va les accuser de traitre à la nation. Envoyez un peu moins de gaz SVP, ils sont juste mauvais en équipe de France voilà tout.
Mais bon j'ai tendance à penser qu'ils représentent tout le football français et pas la France. Apparemment c’est pas le cas de tout le monde.
Superbe article !

Il n'y a que SoFoot pour mettre le match de ce soir dans la perspective historique et économique qui convient.
maisouimaisnondabord Niveau : Loisir
Les 2 points communs entre Deschamps et Blanc sont que les joueurs n'ont jamais été protégés et qu'ils n'ont jamais fait le deuil de Knysna.
Un des rôles d'un entraîneur c'est de prendre la pression. Or comme les deux derniers sélectionneurs ont beaucoup d'amis dans la presse, toutes les critiques sont passées au dessus de leurs têtes pour s'échouer sur les joueurs. Aimé Jacquet, Mourinho pour ne prendre que les cas extrêmes s'en prennent dans la gueule.
2) Jacquet a sacrifié Papin, Ginola et a poussé Cantona à la retraite pour faire un groupe. Blanc et Deschamps n'ont jamais voulu prendre ce genre de décisions.
L'autre vrai souci est encore plus simple:

Pourquoi on aurait pas le droit de perdre un match de foot ? Je veux dire, en quoi la défaite de l'EDF serait un tâche sur la nation, un système politico-economiquo-ethnologique pourri, alors que la victoire de celle-ci, et donc la défaite de l'Ukraine serait normale?

On est tellement pas un peuple de football, qu'on ne sait pas lui donner sa juste place, un jeu, central de la vie de beaucoup, dont la mienne, mais auquel desfois on gagne et desfois on perd...

Je trouve hallucinant les rapprochements tirés par les cheveux de nos experts footballistiques qui doivent être aigris d'avoir loupé Sciences-Po et veulent faire de l'étude politique du ballon...

C'est un jeu, on donne tou, on gagnera ou on perdra, on rira ou on pleurera (dans les deux cas on picolera), mais arrétez de nous brouter avec des études politiques du foot...
VIril mais correct Niveau : District
Raymond revient , c était mieux avant, au moins je pouvais avoir un bouc émissaire ....

Moi c est ça qui me déprime, je sais même plus sur qui me défouler...Je peux pas critiquer un mec comme Deschamps que j ai adulé joueur et qui a trouvé le moyen d aller en finale de C1 avec Prso ou de faire gagner un titre a l OM... Je peux pas balancer sur Ribery qui a porté les couleurs de mon club (metz) ... Je peux pas balancer sur Abidal , immunité du miraculé oblige, je peux pas balancer sur Nasri ou Benzema je voudrais pas qu on me traite de raciste....je peux pas balancer pas sur l ailier droit on en a pas

Je réfléchis ...bon il me reste Debuchy et son " j ai glissé chef " a la Jean Lefèvre !! Ouf !

Ouais voilà on en parle de Debuchy sur So Foot ??? le mec il nous a plombé face a Jordi Alba en 1/4 et la face a zouzou... ! Quel boulet ! Plus jamais en EDF cette chèvre ! Y a quand même peu mec qui ont enchaîné deux boulettes dans 2 matchs aussi décisifs !! Debuchy a la guillotine ! Pire que Ginola cette tanche pas capable de mettre des crampons corrects...

Ah ça fait du bien de trouver un coupable !!!!!
Viril,

Koscielny c'est du poulet? Il a le totem Koh Lanta ?

1 penalty 1 Rouge en match aller, imagines c'est Méxès à la place et fais toi plaiz...
Frappant... Sur la photo Deschamps a une tête d'allumette prête à s'enflammer.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Jacquet a sacrifié Papin, Ginola et a poussé Cantona à la retraite pour faire un groupe. Blanc et Deschamps n'ont jamais voulu prendre ce genre de décisions.


Blanc a essayé de reconstruire quelque chose, en s'appuyant certes sur des débris, mais il a essayé et s'en est pas trop mal sorti selon moi.

Par contre DD n'est pas un bâtisseur et il ne le sera jamais. Il prend juste ceux qu'il estime être les meilleurs joueurs, si possible jouant des les plus gros club d'Europe. Aucune volonté de créer, faire grandir des joueurs, une idée, un schéma. Avec Deschamps, il faut être opérationnel tout de suite et le club ou tu joues à plus d'importance que le potentiel de joueur que tu peux présenter ( Dixit l'immense mansuétude qu'il a fait preuve à l'égard d'Eczema eu égard à son boarding pass " Real Madrid " )

Apres je critique pas forcément la vision de DD, elle a su apporter des résultats avec Monaco ou même Marseille, il y a des inconvénients mais aussi des avantages.
VIril mais correct Niveau : District
ça s'appelle pas un déjà vu cette capacité à brouter la pelouse sur 50 m...et ce pénalty avec une intervention tout aussi maladroite !!!! au moins on apprend nos erreurs !!!!

http://www.last-video.com/video-espagne … -euro-2012

http://video.eurosport.fr/football/barr … ideo.shtml

Qu'on ne s'y trompe pas je suis derrière les bleus pour ce soir !!! mais quand même ce parallèle .....
dickens1951 Niveau : Loisir
j'espere et ne veut pas que cette equipe si on peut dire de france soit qualifiee car elle ne la merite pas ce serait dommage d'aller claquer des milliers d'euros pour ces energumenes de footux faut en virer les 3/4 et remettre a plat avec des joueurs aimant le maillot français
Le foot français outragé ! Le foot français brisé ! Le foot français martyrisé ! mais les Bleus qualifiés !

Allez merde, c'est le moment de clouer le becs aux Praud et cie, et surtout, de nous vendre un minimum de rêve!

(Sinon, gare à l'épuration...)

Hey, Dickens, 1951, t'as qu'à y retourner.

Pondre un commentaire comme le tien à la suite de cet article (l'as tu lu?), faut vraiment être un bougre d'âne, et t'as bien l'air d'une figure de cet ordre.

Je ne vois pas en quoi, en cas de victoire ce soir, cette équipe ne mériterait pas sa qualif. Elle a fait une compagne honnête, et s'est trouvée à l'arrivée à la place qu'elle avait annoncé, barragiste. Si elle gagne, elle aura gagné sa place sportivement, et le jour ou on se concentrera sur ce paramètre au lieu de vouloir faire de ces footballeurs autre chose que des footballeurs, on aura fait un grand pas.

Assez d'accord avec Averell et KarlHeinz, sinon.
Cet article? De la merde dans un bas de soie.
Averell a totalement raison, on ne souvient que de la défaite. Qui se rappelle qu'au coup d'envoi, 5 futurs champions du monde étaient sur le terrain, dont un certain... Didier Deschamps.

En tout cas, article très intéressant. On demande beaucoup trop à ces types, qu'on considère comme les bourreaux de l'esprit républicain (comme si tous nos politiques, nos dirigeants et une bonne partie des habitants de ce pays étaient un exemple) parce que ce pays va mal. La théorisation de la génération "black-blanc-beur" en 1998 a été aussi néfaste au développement du football en France, qu'on a fini par établir comme la composante principale du développement social et économique du pays, alors qu'il n'en est rien (c'est d'autant plus faux que le football n'est pas du tout dans la culture française, contrairement à mon avis au rugby, bien qu'il soit ancré plus localement)
Jacquet a sacrifié Papin, Cantona et Ginola pour les remplacer par les futurs champions du monde. Jacquet avait un vivier de jeunes joueurs sur qui parier, Zidane, Henry, Trezeguet etc...
Mais qui aujourd'hui fait parti de ce vivier ?
Sérieusement, je veux bien virer Benz', Ribery, Nasri et consorts mais les remplacer par qui ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
32 20