Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Bellion : « L’argent a pris le dessus sur tout »

Miné par les blessures, David Bellion n'avait plus effectué de préparation correcte depuis deux saisons. Buteur samedi face à Nice lors du premier match amical de la saison des Girondins, l'attaquant qui ne sait pas encore de quoi son avenir sera fait livre son sentiment sur le football actuel. Atypique, forcément.

Modififié
Comment s’est passé le match de reprise contre Nice, samedi ?
C’était très, très dur physiquement. On a été surpris par la chaleur, parce qu’à Divonne-les-Bains, où nous étions en stage, il faisait relativement frais. Le premier match est toujours fatiguant après une semaine de travail physique, surtout en attaque, parce que durant la préparation, on fait très peu de sprints. Après quatre ou cinq appels en profondeur, c’était terminé, je n’avais plus de jus. Ensuite, j’ai essayé d’être un peu plus lucide, mais c’était difficile (David Bellion est sorti à la mi-temps, ndlr). On a fait 1-1, j’ai eu la chance de marquer, d’être là au bon moment. C’est bon pour la confiance.

Cela faisait une éternité que tu n’avais pas marqué…
Oui, et cela faisait surtout longtemps que je n’avais pas effectué de préparation physique. J’avais loupé celles des deux dernières saisons sur blessure. En deux ans, je n’avais participé qu’à un match de préparation, contre la Roma lors du tournoi du PSG en 2010. Là, je me sens un peu mieux.

Tu te sens prêt pour enfin faire une saison pleine ?
À la fin de la préparation, je pense que, physiquement, j’aurai plus d’atouts. Depuis deux ans, je n’ai pas été épargné sur ce plan-là, mais pour l’instant, ça va. J’ai également fait une semaine de détox en Italie, dans une clinique spécialisée, pour me purifier un peu le corps et l’esprit, donc je suis revenu assez frais.

Tu sais si le club t’a mis sur la liste des transferts ?
Je ne sais pas. Déjà, pendant les vacances, je n’étais pas au courant de ce qu’il se passait parce que je ne lis pas la presse sportive. Vu la situation économique dans tous les clubs, en toute logique, tout le monde est transférable. Surtout les joueurs qui ont peu joué la saison dernière. Les clubs sont toujours réactifs, les agents et les joueurs aussi… C’est un milieu dans lequel l’argent a pris le dessus sur tout. J’ai tellement de recul par rapport à ce métier que cela ne me touche pas plus que ça. Si je suis transférable, tant mieux pour le club, mais ce n’est pas le genre de question que je me pose, vraiment.

Si tu restes à Bordeaux, tu te vois faire la même saison que la dernière ?
Je ne l’espère pas, non. Je fais une bonne préparation, je marque lors du premier match… Après, je ne pense pas qu’il faille m’en faire pour l’avenir. Chaque jour réserve son lot d’incertitudes, pour l’instant j’attends la fin de la préparation pour décider de mon futur. En attendant, je suis ravi d’avoir débuté la préparation en marquant, sachant qu’un but peut en appeler un autre. Je ne suis, bien sûr, pas décidé à revivre la saison passée, qui fut difficile pour moi, comme d’ailleurs les deux précédentes. Mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Je suis quelqu’un d’assez calme et patient, pas stressé, qui ne se laissera ni manipuler, ni manger par ce système dirigé par l’argent, dans lequel tous les coups sont permis et qui te détruit si tu n’es pas fort mentalement. Et moi, ce n’est pas un système qui me botte. Je fais mon métier tranquillement, en restant sérieux, et je laisse la vie faire le reste.

Comment est ta relation avec Francis Gillot ?
Nos rapports ont toujours été très professionnels, très cordiaux. La saison dernière, pendant que j’étais blessé, il est toujours venu me voir pour me dire qu’il comptait sur moi, puis, quand je me suis rétabli, il m’a donné ma chance. Il a toujours été correct. Même si cela a été difficile pour moi de passer la seconde partie de saison sur le banc, il faut saluer les performances de Yoan (Gouffran) qui a mis buts sur buts et de Nicolas Maurice-Belay qui a mis la misère à pas mal de défenses. La concurrence en attaque était loyale, tout le monde a su saisir sa chance. Que ce soit Jussiê ou Cheick (Diabaté), ils ont tous marqué à un moment donné, donc je n’ai pas beaucoup joué. C’est la loi du sport qui veut que je sois resté un peu à l’écart.

Jean-Louis Triaud a évoqué la possibilité que Bordeaux n’enregistre aucun renfort lors de cette intersaison. C’est quelque chose auquel tu crois ?
La crise économique touche également le milieu sportif, c’est évident. Après, ce que peut dire le président dans les journaux, ce n’est pas quelque chose qui m’intéresse, dans le sens où il peut nous parler directement. C’est à lui de voir ce qu’il peut faire et cela a toujours été comme cela. Je suis pro depuis douze ans, c’est assez pour savoir que les choses peuvent évoluer très vite. Il peut toujours y avoir un départ qui engendre un recrutement… Tout dépend de l’humeur des gens, de leurs choix. Peut-être que s'il a dit ça dans la presse, c’est parce qu’il n’a pas reçu d’offres. Je ne m’occupe pas des plans de carrière de mes coéquipiers, chacun fait ses choix. Après douze ans de carrière, plus rien ne me surprend dans le football.

Est-ce que ce serait bon pour le groupe de repartir avec un effectif inchangé ?
La stabilité, c’est toujours bon. L’intersaison précédant le titre de 2009, je me souviens que seuls Yohann Gourcuff et Yoan Gouffran étaient arrivés pour remplacer le seul (Alejandro) Alonso (en fait, Diego Placente avait également été recruté, alors que Johan Micoud et David Jemmali avaient quitté le club, ndlr). Mais si rien ne bouge, c’est peut-être aussi la loi du marché qui veut ça. Hormis le PSG qui achète, les seuls départs sont des fins de contrats… Mais encore une fois, je ne lis pas la presse sportive, donc ce n’est que mon sentiment. Je m’intéresse beaucoup à l’information en général, et quand je vois l’état du monde, je ne suis pas surpris que le football soit touché.

Justement, en parlant du PSG, c’est un vrai défi pour les attaquants de Ligue 1 de se mesurer à un joueur comme Thiago Silva ?
Ah oui ! Sincèrement, hormis dans L'Équipe du dimanche, je ne l’ai jamais vu jouer, à part peut-être sur des matchs de Champions League. Mais bon, tout le monde s’accorde pour dire que c’est un très grand joueur. De son côté, le niveau va être exceptionnel, c’est un joueur qui a déjà tout vécu à son jeune âge. Il a défendu sur de grands joueurs, a joué dans des grands clubs, connaît la Champions League, a déjà une grosse expérience… Mais on joue au football pour ça, pour se mesurer à des joueurs de grand talent pour rester humble. On croit toujours qu’on peut se la raconter, mais plus on monte en grade, plus on joue contre des grands joueurs, et plus on se doit d’être respectueux devant des joueurs de cette classe.

Ça marche bien, ton restaurant ?
Pas super, parce qu’on n’a toujours pas notre terrasse, donc quand il fait beau, les gens ne viennent pas chez nous. Maintenant, ce sont les vacances et, à Bordeaux, ça ne bouge pas beaucoup en ce moment. Mais à la rentrée, ce sera bien. Et puis nous, on fait de la qualité, et la qualité ça met toujours un peu de temps à se mettre en place, surtout que je n’ai pas fait de marketing. Mais j’ai de bons retours, donc je compte sur le bouche à oreille.


Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 3 il y a 6 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 6
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Top 11 : Eurobrésiliens