1. //
  2. //
  3. // Tours-Sochaux

À Sochaux, Ledus bitatif

Quelques semaines après avoir déposé une motion de défiance à l'égard de l'actionnaire chinois Ledus, les supporters du FC Sochaux-Montbéliard attendent maintenant que le président Wing Sang Li tiennent ses promesses. Et que les joueurs parviennent à se maintenir en Ligue 2.

1 3
Voilà plus de six mois déjà que le mythique club de Sochaux est passé sous pavillon chinois. Une nouvelle que doivent encore digérer les fans et habitués de Bonal, abandonnés par l'actionnaire historique du club, PSA Peugeot Citroën, qui ne fait même plus mention des heures glorieuses de son club dans son musée. Mais si le passé est passé à la trappe pour le constructeur automobile, il est encore bien présent dans l'esprit des Lionceaux. Depuis ce bouleversement, Sochaux ne va pas bien. La belle qualification du club en demi-finale de la Coupe de France a beau avoir redonné du baume au cœur à toute une ville, elle ne suffit pas à faire disparaître les inquiétudes les plus vives : à cette heure-ci, Sochaux est toujours relégable. Une saison cauchemardesque pour tous les amoureux du club, qui n'ont pas manqué de rappeler le nouveaux président du club, Wing Sang Li, à ses obligations, en janvier dernier. Devant l'immobilisme de ce dernier, accusé d'avoir acheter un jouet dont il ne comprenait pas le fonctionnement, tous les groupes de supporters de Bonal (c'était une première en France), s'étaient réunis pour rédiger une motion de défiance. Un coup de gueule qui a semble-t-il porté ses fruits : un plan d'action a enfin été communiqué aux supporters.

Ne pas foncer dans le mur


En décembre déjà, Bonal grondait. La nouvelle année approchant et l'absence de propositions des Chinois de Ledus mettaient les supporters à cran. En janvier, tous décident alors de s'unir. « La motion de défiance, c'était notre recours pour montrer notre inquiétude. Le groupe Ledus n'avait toujours pas formulé le moindre projet écrit et formalisé » , explique Jean-François Bonnet, le président du Supporter Club du FC Sochaux-Montbéliard. « On souhaitait que l'actionnaire rende des comptes aux supporters, aux médias et au personnel du club, qui n'avait pas non plus été informé des projets en cours. » Forcément, tout le monde avait un peu l'impression de foncer dans le mur. D'autant que tout le monde s'était déjà interrogé devant l'absence de réaction face aux mauvais résultats obtenus par Olivier Echouafni, qui avait été licencié à retardement et remplacé par Albert Cartier. Et ce ne sont pas les quelques frasques du nouveau président chinois qui pouvaient donner satisfaction à l'ensemble des supporters du FC Sochaux-Montbéliard.


Monsieur Li a beau s'être mis à genoux pour demander pardon aux supporters sochaliens un soir de défaite face à Bourg-en-Bresse, ce n'est pas ce qu'ils attendent de lui. « Il fallait mettre l'actionnaire devant ses responsabilités. Cette motion n'avait aucune valeur juridique, mais il était important qu'on fasse entendre notre voix » , poursuit monsieur Bonnet. Pas passée inaperçue en France, cette motion a forcé la direction du club à réagir. « Cette motion a été présentée à la presse un lundi et le lundi suivant, un projet nous était présenté dans sa globalité. On a donc eu des réponses à des questions qu'on était en droit de se poser » , explique le président du Supporter Club, satisfait de savoir que tout cela n'était pas un coup d'épée dans l'eau. S'il ne s'agit pour l'heure que d'un plan, et qu'il doit encore être réalisé, il s'agit au moins d'une assurance. L'assurance que le symbole historique qu'est Sochaux pour le football français ne fonce pas dans un mur. Pour le voir se réaliser, les joueurs doivent absolument se maintenir en Ligue 2.

Le retour dans l'élite en ligne de mire


Car une descente en National serait une catastrophe pour le club et son actionnaire principal, qui a promis, en janvier, de s'investir plus pour le club. « L'objectif évoqué pour les deux années à venir, c'est bien évidemment la remontée en Ligue 1. L'autre promesse, c'est bien évidemment la mise sur pieds d'un budget cohérent, qui correspond à celui d'un club de Ligue 1 / Ligue 2 » , liste monsieur Bonnet. « L'autre promesse faite, c'est de maintenir notre centre de formation. C'est l'identité du club qui est en jeu. » Dernière chose, et pas des moindres, les supporters ont enfin eu accès à l'organigramme du club. Transparence oblige, tous peuvent désormais connaître la position de chaque actionnaire, de chaque membre de l'équipe dirigeante. « Tout ça a aussi permis au personnel du club et à ses partenaires de découvrir le plan de la société Ledus » , poursuit Jean-François Bonnet à quelques heures du déplacement périlleux des Lionceaux à Tours.


« On avait vraiment accusé le coup quand PSA avait décidé de se séparer du club. On se posait des questions, on se demandait pourquoi » , poursuit le président. « On était aussi inquiets sur l'identité du repreneur, bien évidemment. Avec tous les clubs à acheter, on se demandait pourquoi ils viendraient en prendre un en Ligue 2. Et puis la société Ledus, on ne savait pas qui c'était, quel impact elle pouvait avoir comparé à une entreprise comme PSA. » Aujourd'hui, Ledus l'a dit : Sochaux remontera en Ligue 1 rapidement. Pas cette année, évidemment, mais dans les deux saisons à venir. Pour se faire, il va falloir mettre en place une stratégie de recrutement cohérente pour renforcer l'effectif. Bref, le chemin est encore long pour les Lionceaux. Et débutera ce vendredi soir, à Tours.



Par Gabriel Cnudde

Dans cet article

J'espère que Sochaux n'est pas en train de se faire enfumer comme Grenoble, la magie de la coupe nous aidera à nous maintenir j'espère
Kit Fisteur Niveau : Loisir
La voix de la raison : On va se faire enfumer en mode Hafiz Mammadov.

La voix du membre des joysriders : Allez on y croit on doit garder confiance !
Note : -1
"Les supporters de Sochaux", franchement LOL.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 3