Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 25 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Bayern-PSG

Thilo Kehrer est-il vraiment une quiche ?

Sa performance désastreuse face au LOSC, le 3 avril dernier (0-1), a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Depuis quelques jours, Thilo Kehrer est violemment pris en grippe par une partie des supporters parisiens qui, disons les choses franchement, estiment que c’est une pipe et qu’il n’a pas sa place au PSG. Sauf qu’en l’absence d’Alessandro Florenzi ce mercredi soir, c’est sans doute encore lui qui va devoir jouer les pompiers de service au poste de latéral droit face aux pyromanes bavarois. Pas très rassurant, à première vue.

Modififié

Le supporter de football a généralement la gâchette facile. À peine voit-il une ambulance passer qu’il ne peut pas s’empêcher de canarder jusqu’à ce que le barillet soit vide et que le canon fume. Depuis son arrivée au Paris Saint-Germain à l’été 2018, autant dire que Thilo Kehrer a appris à vivre avec le tonnerre des coups de feu en musique de fond. Arraché à Schalke 04 contre 37 millions d’euros pour jouer les seconds rôles dans l’effectif germanisant de Thomas Tuchel, l’Allemand est rapidement devenu, au gré de performances en dents de scie, une tête de Turc de premier choix pour les supporters et suiveurs du club de la capitale. Considéré à son arrivée comme un jeune défenseur prometteur, puissant, rapide et polyvalent, Thilo Kehrer n’a jamais su s’imposer ni en défense centrale, où la concurrence est très rude au PSG, ni sur le côté droit, où il a « dépanné » à de nombreuses reprises sans jamais s’acclimater à ce rôle qui n’est pas forcément sa spécialité. Cette saison plus que les autres, il semble en pleine crise de confiance, perdu sur un terrain dans un maillot qui semble trop grand pour lui. Pas idéal à l’approche d’un quart de finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich, lors duquel il sera très certainement titulaire.

Kehrer des bacs à sable


Pas grand-chose ne va dans le sens de Thilo Kehrer, cette saison. Sa prise de masse monumentale pendant le premier confinement ne l’a absolument pas empêché de voir son début de saison pourri par une longue blessure, une pubalgie qui l’a embêté d'octobre à décembre. L’an dernier déjà, avant de se transformer en Musclor, il avait passé la moitié de la saison sur le carreau pour un problème au pied. Une fragilité physique qui n’a pas dû l’aider à s’affirmer, et ça se ressent : souvent cette saison, on l’a senti en retrait, ne dégageant pas énormément d’assurance ni dans la technique (sur des appuis hasardeux, des positionnements malheureux), ni sur le plan physique, où il est souvent pris de vitesse ou dans les duels. Fin mars, juste avant la trêve, un passage dans un article de L’Équipe résumait de façon accablante la position dans laquelle se trouve l’Allemand au sein de l’effectif parisien : « Ses séances récentes (...) traduisent tout de sa crise de confiance actuelle. Ce qui n'a pas échappé à Pochettino, qui a tenté de le rassurer peu après son arrivée, ni même à certains joueurs parisiens expérimentés, pas toujours rassurés à l'idée de se retrouver dans la même équipe que lui lors des oppositions. À la veille d'une affiche récente, des cadres s'étaient même inquiétés de voir Kehrer revêtir la chasuble des potentiels titulaires... » Le genre de choses qui peuvent foutre un sacré coup au moral, qu’une campagne de harcèlement et d’insultes comme celle dont il fait l’objet sur les réseaux sociaux depuis quelque temps ne doit pas arranger.

Kimmich, Monsieur je-fais-tout

Thilo de consolation ?


Catégorisé maladroit dès sa première saison à Paris, notamment après le huitième de finale retour contre Manchester où sa passe décisive pour Lukaku à la 2e minute avait mis les Mancuniens sur orbite, Kehrer commence à voir les arguments en sa faveur s’émacier dangereusement. Son jeune âge ? À 24 ans et après trois saisons au PSG, l’inexpérience n’est plus une excuse. Un poste de latéral droit qui n’est pas le sien ? Il avait déjà connu cette position à Schalke et y a joué presque un tiers (28 sur 87) de ses matchs au PSG. D’autant que de l’autre côté, un certain Abdou Diallo s’est adapté sans mal à une position qui n’était pas la sienne, montrant l’exemple. La concurrence ? À ce poste de latéral droit justement, il y a un boulevard pour qu’un vrai bon joueur s’installe durablement. Alors qu’est-ce qu’il manque à Kehrer pour performer ? Du talent ? De l’expérience ? Du soutien ? Peut-être un savant mélange des trois ? Toujours est-il que s’il est titulaire ce mercredi soir, tous ses doutes, toutes ces critiques, vont devoir s’envoler. Thilo Kehrer aurait une occasion unique de prouver à quiconque le dit encore – et ils sont, sinon nombreux, très bruyants – qu’il n’est pas assez bon pour jouer à Paris, en muselant un Kingsley Coman qui l’a déjà ridiculisé du temps de Schalke et qui lui avait foutu la tête sous l’eau pendant toute la finale au mois d’août. Ce match peut ressembler à une dernière chance pour l’Allemand : soit il performe, soit il signe la fin de son aventure au PSG. En cas de titularisation, toutes les mirettes seront braquées sur lui. Et les chargeurs prêts à se vider à la moindre erreur.



Pronostic Bayern PSG : le Bayern coté à 4 et le PSG à 7 avec les cotes doublées + 10€ Offerts gratuitement sans dépôt pour parier sur le match!

Par Alexandre Aflalo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 18:56 Euro 2020 : huit villes précisent leur jauge d'admission 11
Hier à 14:58 Sir Alex Ferguson remporte le tiercé avec ses chevaux de course 20
Hier à 14:14 Après avoir regardé « The English Game », une fan restaure la tombe d'un pionnier du football 30 Hier à 14:01 L'entraîneur Nicaraguayen qui fait passer Nagelsmann pour un vétéran 32 Hier à 13:09 Les Anglais réclament un passeport Covid pour retourner dans les stades 20
Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi