Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Leipzig-Marseille

Steve à l'amende

Entre le calendrier de l'OM chargé comme tout et le Mondial qui arrive, Steve Mandanda n'aurait pas pu choisir pire moment pour se blesser. Surtout quand Lloris semble en petite forme, et que le Marseillais aurait pu tenter de faire douter l'inébranlable Deschamps quant à sa hiérarchie des gardiens.

Modififié

Ce n'est pas toujours spectaculaire, une blessure. Il y a ces os brisés après des tacles abominables, ces ligaments qu'on entend craquer de loin après un pivot trop violent, ou ces chevilles qui se tordent à cause d'un mauvais appui lors d'une série de dribbles. Et puis il y a ces bobos anonymes, qui tombent du ciel sans prévenir, sans qu'on sache vraiment comment le joueur s'est fait mal. Mais pourquoi il se roule par terre, lui ? Il a rien, ça se voit ! Eh ben si, il vient de se faire un claquage. Oui oui, simplement en courant, ça arrive. Quand il a récupéré une passe en retrait tranquille de Rolando samedi dernier sur la pelouse de Dijon, Steve Mandanda ne pouvait pas se douter que dix secondes plus tard, il serait effondré par terre en train d'appeler les soigneurs.


Tout avait pourtant bien commencé en ce week-end de printemps. L'OM avait bouclé la mi-temps en menant au score, les Dijonnais étaient restés inoffensifs, et avaient même perdu Balmont sur blessure après trente minutes de jeu. Le pauvre Florent a appris à ses dépens que tenter des contrôles en porte-manteau alors qu'on a presque l'âge du président de la République, c'est rarement conseillé. En revanche, impossible d'expliquer comment la cuisse droite de Mandanda a pu lâcher en début de deuxième période. La seule chose qui est sûre, c'est que le gardien de l'OM a choisi le pire moment de la saison pour finir à la Croix-Rouge.

Pas assez vieux pour être si fragile


Après avoir réceptionné la fameuse passe de Rolando, Mandanda s'est lancé dans une entreprise peu périlleuse : une relance à ras de terre alors que personne ne pressait sur lui et qu'il avait eu le temps de contrôler le ballon calmement. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, diraient les amateurs de dictons populaires, mais assez pour casser celle de Steve. Le diagnostic n'avait pas tardé à tomber : une déchirure, et 4 à 6 semaines d'arrêt. Malin, quand il reste sept matchs de championnat pour jouer le podium en Ligue 1 et qu'on est à moins d'une semaine d'un quart de finale de Ligue Europa. Déjà le 9 février dernier, Mandanda s'était pété face à Saint-Étienne.


Alors après le nouveau couac de samedi, Opta avait fouillé dans la boîte à archives pour sortir cette statistique un peu folle : Mandanda a été remplacé en cours de jeu deux fois sur les cinq derniers matchs de championnat, c'est-à-dire autant que lors de ses 357 premiers. Et à seulement 33 ans, l'âge n'est pas un facteur suffisant pour expliquer une telle fragilité. Comme chaque année, qui dit blessure au printemps dit plein de « Fin de saison pour Mandanda ? » qui fleurissent un peu partout. Et comme tous les quatre ans, on pousse le bouchon jusqu'en juin et on se demande si le convalescent sera de retour à temps pour la Coupe du monde. Et pour un type comme Mandanda qui a déjà loupé le Mondial 2014 à cause d'une blessure survenue lors de la dernière journée de championnat, on pourrait commencer à parler de malédiction.

Numéro 1 des sondages... dans le Sud


Selon toute vraisemblance, le Marseillais sera rétabli en mai et pourra donc monter dans l'avion pour Moscou. Pour résumer, tout devrait rentrer dans l'ordre, et Mandanda récupérera son siège de gardien numéro 2 sans broncher. Mais alors qu'il était sur une bonne série et qu'il enchaînait les grosses performances, dans le même temps, Hugo Lloris apparaissait plus fébrile que jamais, et l'éternel débat autour de la hiérarchie des gardiens en équipe de France commençait à reprendre. Il y a eu quelques vagues après le match contre la Colombie où Lloris en a pris trois. Puis on a entendu de nouveaux « On va vraiment partir à la Coupe du monde avec Lloris titulaire ? » quand le capitaine des Bleus s'est salement troué dimanche dernier contre Chelsea.


Une semaine avant ce week-end qui a vu le gardien numéro 2 de Deschamps se blesser et son numéro 1 se craquer, le quotidien La Provence avait lancé un sondage pour savoir si Mandanda pouvait espérer passer titulaire avec la sélection. Sans surprise, les lecteurs du quotidien sudiste ont voté oui à 87%. Les détracteurs de Lloris peuvent lui mettre un autre chiffre sous le nez, celui de son nombre d'erreurs qui ont conduit à un but cette saison en Premier League. Selon les statistiques, il en aurait commis quatre, ce qui fait de lui le troisième gardien le plus gaffeur d'Angleterre du moment. Mais pour leur répondre par un dernier chiffre, Lloris n'aurait qu'à dire « 3 » , comme le nombre d'avantages qu'il possède sur Mandanda : la confiance absolue du sélectionneur, et deux jambes valides.



Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 112
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible