Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Milan-Juve (4-2)

Rabiot, la cavale contre le destin

Adrien Rabiot a signé un chef-d’œuvre hier face au Milan en guise de premier pion depuis sa traversée des Alpes. Une manière de confirmer son retour en forme et peut-être le début d'un nouveau chapitre plus serein.

Modififié
On en avait presque oublié que c’était cela, initialement, Adrien Rabiot. Des grands compas qui feraient complexer n’importe quel athlète et une aisance insolente lorsqu'une gonfle y trouve refuge, une élégance naturelle et ce talent qui saute aux yeux, rendant l’opposition bien maigre lorsque l’esthète se met en route. Franck Kessié n'est pas le bougre le moins coriace à bouger au milieu de terrain, tout comme Theo Hernandez est loin de faire une mauvaise saison, qu'Alessio Romagnoli demeure une valeur sûre de l'effectif rossonero et que Gianluigi Donnarumma reste un joyau en Lombardie. Pourtant sur ces onze secondes et 60 mètres d'escapade du Français durant lequel il a passé en revue toute cette brochette d'opposants, hier au sortir des vestiaires, on n'a vu qu'un seul homme. Il fallait au moins ça, et une prestation solide le propulsant peut-être au rang de meilleur Turinois de la soirée, pour que l'on recommence un peu à mettre du respect sur le nom de l'ancien Parisien.


Vingt mois et demi qu'il n'avait pas pu crier sa joie après un pétard envoyé au fond des ficelles : à voir sa libération et son large sourire après son ouverture du score, il en avait bien besoin. Entre son but collé à Amiens lors d'une balade au Parc le 20 octobre 2018 (5-0) et ce coup d'éclat à Milan qui a cette fois débouché sur un revers, le gaucher de 25 piges a eu le temps d'écorner encore un peu plus une image déjà bien souillée par ses caprices auprès de Didier Deschamps. Coïncidence ou non, c’est absolument tout seul qu’Adridri est allé le chercher, celui-ci. Comme si, même sur la pelouse milanaise, le milieu de terrain ne quittait pas la bulle de spleen dans laquelle il semble enfermé depuis des mois, voire des années.

De Francis-Le Blé à San Siro


Tantôt boulet, monnaie d’échange éventuelle ou vilain petit canard, il imaginait certainement un autre scénario lorsqu'il a quitté le Paris Saint-Germain libre et pestiféré pour s'engager auprès de l'institution turinoise, l'été dernier. C'était mine de rien un sacré défi et c'est peu dire que d'août à mars, l’homme qui envoie des mails à Didier Deschamps n'avait pas vraiment mis le Piémont dans sa poche (aucune stat, une influence minime sur le jeu, un temps de jeu en dents de scie), un départ prématuré ayant même déjà été évoqué. Sa dernière « Rabioterie » ? Un micro-scandale ayant éclaté au moment du déconfinement, avec un retard à la reprise de l'entraînement des siens, sur fond de potentielle grève.


Mais depuis le retour au ballon en Serie A, Rabiot sourit, et le chef-d’œuvre de ce mardi va dans ce sens. Le mois de juin a vu le numéro 25 bianconero retrouver une place de titulaire dans le 4-3-3 de Maurizio Sarri (titulaire cinq fois sur cinq en championnat, une première depuis son arrivée), et le directeur sportif de la Vieille Dame, Fabio Paratici, a brossé son joueur dans le sens du poil, il y a une semaine et demie, rappelant son importance « pour la Juve du futur » et comparant sa trajectoire à celle de Matthijs de Ligt, qui a lui aussi connu du retard à l'allumage.



Avec le Téfécé lors de son année de prêt à ses débuts dans le circuit, le Duc n’avait également fait trembler les filets qu’une seule fois, pour un premier caramel en pro inscrit sur le terrain du Stade brestois. Et là aussi, il y avait déjà de quoi se décrocher la mâchoire ; d'ailleurs le commentaire d’un certain « Ze Fut » traîne toujours sous la vidéo Youtube de ce pion : « Quel beau but, futur grand joueur. » C’était il y a sept ans et quatre mois. Espérons que Ze Fut n'ait pas encore perdu espoir.

Par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons