Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Finale
  3. // Nice-Nantes (0-1)

Nantes plume Nice et remporte la Coupe de France

Au terme d'une finale qu'il a maîtrisée, le FC Nantes a remporté la quatrième Coupe de France de son histoire ce samedi au Stade de France en disposant de Nice (1-0). Un succès qui propulse Antoine Kombouaré et ses hommes au septième ciel, et en Ligue Europa.

Modififié

OGC Nice 0-1 FC Nantes

But : Ludovic Blas (47e, SP) pour les Canaris

Après 22 ans de disette, le FC Nantes a enfin reconquis la Coupe de France ce samedi au Stade de France face à des Niçois pas franchement à leur meilleur niveau. Sans doute portés par leur public, en supériorité numérique à Saint-Denis, les Canaris ont livré une copie digne d’une finale en ne cédant que très rarement à la panique et en faisant preuve d’une sérénité remarquable. Certes, ils ont peut-être manqué d’un peu de réalisme. Mais les vainqueurs s’en foutent, et se pavaneront allègrement dans les rues de la ville. Nice, un peu à l’image de sa forme actuelle, n’a pas produit un danger offensif conséquent malgré quelques incursions de Gouiri. Les Aiglons devront encore patienter, avant de soulever de l’argenterie et ramener un trophée sur la Côte d’Azur.

La Beaujoire au Stade de France

Huit ans... Huit ans que le Stade de France attendait de dégager les supporters du PSG de ses virages. Ce samedi, les Nantais ont réinvesti les travées d’une arène qu’ils avaient quittée en vainqueurs pour leur dernière finale en 2000. Un destin similaire pour les Niçois qui avaient remporté la dernière finale à laquelle ils avaient pris part, il y a 25 ans. À l’exception près que le Gym avait triomphé au Parc des Princes. Et comme le vélo, foutre le feu en tribunes ne s’oublie pas. Les 22 acteurs sont donc accueillis dans un Stade de France électrique, paré à 70% de jaune et de vert. Malheureusement, l’énergie qui dégouline des travées n’est pas absorbée par les joueurs, sûrement en proie au trac. La preuve : Gouiri panique au moment de recevoir un ballon qui l’envoie seul face à Lafont, et ne fait rien de cette opportunité (8e). Les jambes qui tremblent. Côté canari, un chef d’orchestre mène son équipe à la baguette : il se nomme Ludovic Blas. Le Nantais est le premier à dégoupiller (13e), puis est trois centimètres trop court pour dribbler Bulka après un superbe une-deux avec Merlin (28e).


Réponse immédiate des Aiglons avec Gouiri qui est trouvé dans l’axe et qui s’entête à frapper, alors que Delort semblait bien placé à sa gauche. Sa tentative, contrée, file en corner (29e). Les Nantais ne sont pas seulement portés par Blas, mais aussi par Pallois, qui réalise une première période de patron, et par Moses Simon. Absolument virevoltant, ce dernier manque d’un peu de justesse pour être plus dangereux, tandis que les corners qu’il botte sont abominables. Histoire de ne pas rentrer aux vestiaires bredouille, il tente une vaine frappe trop croisée du gauche qui n’inquiète pas Bulka (36e). Mais Nantes met les ingrédients, paraît plus aiguisé techniquement et montre moins de déchet technique que les Niçois. Dès le début du second acte, les hommes d'Antoine Kombouaré se projettent vers l'avant... et ça paie ! Kolo Muani, un peu timide en première période, centre au troisième poteau, mais Merlin enclenche un nouveau centre dans la foulée. Boudaoui laisse traîner sa mimine, et Stéphanie Frappart désigne le point de penalty. Devant le virage nantais, le capitaine Ludovic Blas ne se fait pas prier et frappe fort dans l'axe sous la barre en faisant exploser les Canaris (0-1, 46e sp).

Calmes Canaris

Nice met du rythme pour tenter d'égaliser rapidement, mais n'y parvient pas et s'expose même à des contres. Moses Simon lance parfaitement Kolo Muani, un autre homme en seconde mi-temps, qui se joue de Dante, puis sert le Nigérian en retrait au point de penalty. L'action parfaite, si Lotomba n'avait pas chipé le ballon des pieds de Simon (58e). Ce dernier a encore une belle occasion à l'entrée de la surface, mais il rate complètement son plat du pied (61e). Le Gym a beau avoir la balle, le FCN maîtrise son sujet. À l'image de Pallois, qui gratifie le public dionysien d'un dégagement-roulette (69e). Preuve que tout peut arriver. Il peut même arriver que Gouiri ET Delort manquent une occasion de but, butant successivement sur Lafont, auteur d'une double parade extraordinaire pour permettre aux siens de conserver leur avantage (71e). Les Nantais laissent volontiers le ballon à leurs adversaires et prennent un malin plaisir à les voir se casser les dents, soit sur l'imperméable défense du soir, soit sur Lafont. Stéphanie Frappart, qui a beaucoup laissé jouer dans cette finale, délivre finalement les Canaris qui croquent les Aiglons. Comme quoi, la chaîne alimentaire est surprenante chez les volatiles. En glanant son quatrième trophée dans cette compétition, Nantes s'offre même une qualification pour la prochaine Ligue Europa. Fou, pour une équipe avec une jambe en Ligue 2 en fin de saison dernière...



OGC Nice (4-3-3) : Bulka - Lotomba, Todibo, Dante, Bard (Guessand, 86e) - Boudaoui (Kluivert, 57e), Thuram, Rosario (Lemina, 63e) - Gouiri, Delort, Dolberg (Brahimi, 63e). Entraîneur : Christophe Galtier.


FC Nantes (3-4-3) : Lafont - Castelletto, Girotto, Pallois - Coco (Fabio, 83e), Moutoussamy, Chirivella (Cyprient, 72e) , Merlin - Blas, Kolo-Muani, Simon (Bukari, 72e). Entraîneur : Antoine Kombouaré.


  • Résultats de la Coupe de France

    Revivez Nice - Nantes (0 - 1)


    Par Léo Tourbe, au Stade de France
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Ramenez la coupe à la maison (jaune) !






    Dans cet article


    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
    Hier à 15:00 Mario Balotelli fait parler de lui avec un sublime coup franc 18
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
    Hier à 09:00 Jake Daniels annonce son homosexualité, une première pour un joueur anglais depuis 1990 156
    À lire ensuite
    Les notes de Nice-Nantes