Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Les cinq hommes du titre de Paris

Sans surprise, Paris a récupéré son titre en Ligue 1 face à l'équipe qui l'en avait privé l'an passé. Une reconquête permise notamment par cinq personnages emblématiques.

Modififié

  • Unai Emery

  • Recruté il y a deux ans pour faire passer un cap au PSG sur la scène européenne, Unai Emery va quitter ses fonctions en fin de saison. Avec un crédit diminué : l'image d'un mec arrivé sur trois victoires en Ligue Europa de rang, reparti sans avoir pu franchir le top 16 européen en deux saisons parisiennes. Son chef-d’œuvre : le 4-0 contre le Barça il y a un an. Un chef-d’œuvre annihilé par le 6-1 du match retour et la perte du titre en Ligue 1 face à une AS Monaco en feu. Sur la saison 2017-2018, l'entraîneur basque aura néanmoins sauvé sa crédibilité avec ce retour au sommet du championnat de France. Ses mérites, alors qu'il dispose d'un effectif sur-dimensionné pour la concurrence ? Être resté digne malgré les critiques née de l'élimination européenne et avoir conditionné ses hommes pour finir le job proprement en Ligue 1. Avec quelques partitions exceptionnelles au fil de la saison. Jürgen Klinsmann a récemment soutenu Unai Emery lors d'un court passage à Paris. Les propos de l'Allemand rencontreront peut-être un écho positif dans quelques mois, quand les faits prouveront qu'au PSG, ce n'est pas forcément l'entraîneur qui posait problème.



  • Neymar Junior

  • Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 19 buts et 13 passes en Ligue 1, 6 buts et 3 passes en Ligue des champions. Pour un joueur qui a terminé sa saison fin février, Neymar Jr a fait fort. Sans cette blessure à la cheville, la star brésilienne aurait peut-être même permis à son employeur de ne pas boire la tasse sur la scène européenne. Si le goût d'inachevé est très prononcé sur cet exercice 2017-2018, on ne peut nier que l'ancien du FC Barcelone est un élément clé de la reconquête du titre à Paris : avec lui, Paris a survolé la plupart des débats, atteint des niveaux techniques insoupçonnés, et un temps permis au PSG de rêver beaucoup plus grand et donc provoqué un réveil difficile. Alors certes, il a aussi apporté quelques polémiques, comme le ridicule épisode du penalty avec Edinson Cavani. Mais Neymar Jr à Paris, c'est surtout le retour de la domination nationale et l'idée que l'après-Zlatan Ibrahimović est enfin assuré. Et le spectacle aussi, sur la pelouse comme en coulisses.





  • Alphonse Areola

  • Avec Layvin Kurzawa, il est probablement le joueur le plus critiqué dans l'effectif du PSG. Un traitement de défaveur en grande partie exagéré pour le joueur le plus utilisé en Ligue 1 par Unai Emery. Et quoi qu'on en dise, malgré ses limites, Alphonse Areola a fait plus qu'honorablement son taf en Ligue 1 cette saison. Son passage à vide de 2016-2017 – qui lui avait valu un statut de remplaçant – a été relégué au rang de mauvais souvenir. Malgré la menace permanente de voir débarquer un Donnarumma, un Courtois ou un Oblak, Areola a le mérite de faire ses matchs sans états d'âme et sans grosses foirades. La question de sa prolongation de contrat animera en partie l'été parisien. Aux dirigeants de définir avec soin s'il est possible de trouver meilleur que lui sur le marché actuel et surtout si la plus-value sportive éventuelle justifiera de mettre de côté un joueur formé au club et qui a répété à l'envi son attachement à l'institution.





  • Edinson Cavani

  • L'histoire du penalty l'a illustré à merveille. Edinson Cavani semblait être la victime collatérale de l'arrivée de Neymar Jr. Un joueur irréprochable dans la performance et l'attitude, qui clame régulièrement son attachement à Paris, mais qui a été relégué au statut de personnage secondaire avec l'arrivée d'une nouvelle star. Libéré par le départ de Zlatan la saison dernière, l'Uruguayen a retrouvé cette saison ce petit complexe d'infériorité qui pourrait le pousser vers la sortie cet été. Car si à Paris, il ne se sent pas totalement incontournable, il sait que d'autres gros clubs sur le Vieux Continent feraient volontiers de lui leur artificier en chef. Meilleur buteur du club, il va finir une nouvelle saison en approchant les 30 buts, ce qui en fait mathématiquement une pièce maîtresse de cet effectif. Avec son coup franc in extremis contre Marseille en octobre comme piqûre de rappel de son importance, dans un match où Neymar Jr avait pris son rouge pour ne pas avoir su résister aux provocations.



  • Kylian Mbappé

  • Pour lui, Paris s'est mis en danger vis-à-vis du fair-play financier. Mais Kylian Mbappé, sans avoir explosé les compteurs, a su s'imposer comme l'un des hommes importants du titre, le seul à pouvoir réellement exister médiatiquement dans le sillage de Neymar. 13 buts, 8 passes décisives, des cassages de reins réguliers, et des performances intéressantes contre les challengers lyonnais en septembre et marseillais en février. On attendra forcément encore plus de lui la saison prochaine, car personne ne symbolise mieux l'avenir pour Paris.




    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4

    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 31
    À lire ensuite
    Paris, sept fois trop fort