Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Rétro
  2. // Coupe du monde 2010

L'équipe type de la Coupe du monde 2010

S'il fallait choisir, voilà à quoi ressemble le onze à retenir du Mondial 2010. Avec évidemment beaucoup d'Espagnols, un gardien de but habituellement plus habile avec ses pieds qu'avec ses mains et Monsieur Paul le Poulpe.

Modififié
Sur le banc
Kim Myong-won
Kim
Myong-won

Kim Myong-won

L'attaquant d'Amrokgang a été enregistré en tant que gardien dans la liste nord-coréenne. Parce que la FIFA oblige une sélection à avoir trois portiers et parce que sa sélection n'en avait pas plus de deux sous le coude. Au moins, personne ne pourra lui reprocher de ne pas avoir marqué ou d'avoir encaissé douze buts en trois matchs, puisqu'il est resté cloué sur le banc. Une question demeure : aurait-il dû porter les gants et un maillot spécial si son coach l'avait lancé ...

Giovanni van Bronckhorst
Giovanni van
Bronckhorst

Giovanni van Bronckhorst

Vingt-deux lettres qui peuvent se contracter en six : « Swooch » .

Mesut Özil
Mesut
Özil

Mesut Özil

L'acte de naissance de Mesut a certainement été signé à la pointe sud du continent africain. Moment où le monde a eu les yeux aussi écarquillés que lui pour observer ses premiers pas.

Jorge Valdivia
Jorge
Valdivia

Jorge Valdivia

Pour mettre à exécution la partition du Loco Marcelo Bielsa, il fallait à la baguette un Mago. Qu'importe si sa tignasse lui donne un air de Severus Rogue, puisque la musique fut bonne.

Siphiwe Tshabalala
Siphiwe
Tshabalala

Siphiwe Tshabalala

Ouvrir le bal avec une belle lucarne et une jolie chorégraphie n'aura malheureusement pas suffi. Car l'Afrique du Sud deviendra le premier pays organisateur éliminé au premier tour, à cause d'une foutue différence de buts. Tshabalo.

Róbert Vittek
Róbert
Vittek

Róbert Vittek

Il a débloqué le compteur de son pays en Coupe du monde et lui a ouvert les portes des 8es pour sa première phase finale. Vittek, bien fait.

Luis Suárez
Luis
Suárez

Luis Suárez

Un but pour valider la première place du groupe face au Mexique, un doublé pour passer les huitièmes contre la Corée du Sud, mais le monde retiendra « le plus bel arrêt du mondial » réalisé sur la seule frappe cadrée qu'il a eu à négocier contre le Ghana. Une efficacité dans les deux surfaces que n'a pu lui contester Iker Casillas (malgré un duel fou gagné face à Robben), prophète d'un seul ...

Maicon
Maicon

Maicon

Le Brésil n'a jamais eu de problème à valoriser un latéral. Mais quand le meilleur joueur de la Seleção est un arrière droit, cela prouve tout de même que la compétition a été un brin décevante. Après tout, une dose Maicon sert aussi à faire passer une mauvaise bière.

Carles Puyol
Carles
Puyol

Carles Puyol

Si la Roja a traversé ce mondial avec une belle allure, le pare-brise aurait pu se fissurer à cause des éclats du contentieux Barça-Real. Et entre la guerre des chefs Xavi et Casillas ou la relation d'amour-haine Ramos-Piqué, un homme a enfilé son casque pour permettre à tout ce petit monde d'arriver à bon port. Parce que « Carles répare, Carles remplace » ...

John Mensah
John
Mensah

John Mensah

Quand pourrait-il prétendre à intégrer une équipe type si ce n'est pas lors de cette Coupe du monde ?

Chronomètre
Chronomètre

Chronomètre

Parce qu'il a battu tous les records de vitesse lors de l'épreuve de lancer. Comment ça, « qui l'a chronométré, alors ? » ...

Xaviniesta
Xaviniesta

Xaviniesta

Le feu et la glace, l'ombre et la lumière, la fraise et la vanille, Laurel et Hardy... Toutes ces entités sont aussi différentes qu'indissociables. Mais pas autant que les deux milieux barcelonais.

Paul le Poulpe
Paul le
Poulpe

Paul le Poulpe

Une activité tentaculaire qui a permis au céphalopode allemand formé à l'aquarium d'Oberhausen de toujours faire les bons choix. Andrés Iniesta l'a même avoué : «  Grâce au poulpe, nous avons été champions ! »

Wesley Sneijder
Wesley
Sneijder

Wesley Sneijder

Cette année-là, le meilleur joueur du monde était un petit bonhomme dégarni voyant tout avant et plus vite que les autres. À tel point que tout le monde l'a oublié au moment de la remise des diplômes.

Thomas Müller
Thomas
Müller

Thomas Müller

Miroslav Klose a démontré au commun des mortels qu'un monsieur Tout-le-Monde pouvait être une machine. Et si le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde a trouvé quatre fois le chemin des filets, il a surtout trouvé un successeur carburant lui aussi à cinq pions par tournoi. Avec un nom aussi encore plus « super-dupontien » : Thomas ...

Diego Forlán
Diego
Forlán

Diego Forlán

np. Chevalier céleste et majestueux dont la crinière blonde n'a jamais été aussi brillante que dans ce conte sud-africain. À ne pas confondre avec le prince de Fort Fort Lointain.

David Villa
David
Villa

David Villa

Si l'Espagne a soufflé l'Europe en 2012 sans vrai numéro 9, c'est parce qu'il y en avait un extraordinaire qui cartonnait devant deux ans plus tôt. David Mara-villa.

Gardien

Luis Suárez (Uruguay) : Un but pour valider la première place du groupe face au Mexique, un doublé pour passer les huitièmes contre la Corée du Sud, mais le monde retiendra « le plus bel arrêt du mondial » réalisé sur la seule frappe cadrée qu'il a eu à négocier contre le Ghana. Une efficacité dans les deux surfaces que n'a pu lui contester Iker Casillas (malgré un duel fou gagné face à Robben), prophète d'un seul royaume.


Défenseurs

Maicon (Brésil) : Le Brésil n'a jamais eu de problème à valoriser un latéral. Mais quand le meilleur joueur de la Seleção est un arrière droit, cela prouve tout de même que la compétition a été un brin décevante. Après tout, une dose Maicon sert aussi à faire passer une mauvaise bière.

Carles Puyol (Espagne) : Si la Roja a traversé ce mondial avec une belle allure, le pare-brise aurait pu se fissurer à cause des éclats du contentieux Barça-Real. Et entre la guerre des chefs Xavi et Casillas ou la relation d'amour-haine Ramos-Piqué, un homme a enfilé son casque pour permettre à tout ce petit monde d'arriver à bon port. Parce que « Carles répare, Carles remplace » .

John Mensah (Ghana) : Quand pourrait-il prétendre à intégrer une équipe type si ce n'est pas lors de cette Coupe du monde ?

Chronomètre (France) : Parce qu'il a battu tous les records de vitesse lors de l'épreuve de lancer. Comment ça, « qui l'a chronométré, alors ? » ...


Milieux de terrain

Xaviniesta (Espagne) : Le feu et la glace, l'ombre et la lumière, la fraise et la vanille, Laurel et Hardy... Toutes ces entités sont aussi différentes qu'indissociables. Mais pas autant que les deux milieux barcelonais.

Paul le Poulpe (Bocal) : Une activité tentaculaire qui a permis au céphalopode allemand formé à l'aquarium d'Oberhausen de toujours faire les bons choix. Andrés Iniesta l'a même avoué : «  Grâce au poulpe, nous avons été champions ! »

Wesley Sneijder (Pays-Bas) : Cette année-là, le meilleur joueur du monde était un petit bonhomme dégarni voyant tout avant et plus vite que les autres. À tel point que tout le monde l'a oublié au moment de la remise des diplômes.

Vidéo

Attaquants

Thomas Müller (Allemagne) : Miroslav Klose a démontré au commun des mortels qu'un monsieur Tout-le-Monde pouvait être une machine. Et si le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde a trouvé quatre fois le chemin des filets, il a surtout trouvé un successeur carburant lui aussi à cinq pions par tournoi. Avec un nom aussi encore plus « super-dupontien » : Thomas Müller.

Diego Forlán (Uruguay) : np. Chevalier céleste et majestueux dont la crinière blonde n'a jamais été aussi brillante que dans ce conte sud-africain. À ne pas confondre avec le prince de Fort Fort Lointain.

David Villa (Espagne) : Si l'Espagne a soufflé l'Europe en 2012 sans vrai numéro 9, c'est parce qu'il y en avait un extraordinaire qui cartonnait devant deux ans plus tôt. David Mara-villa.


Sur le banc

Kim Myong-won (Corée du Nord) : L'attaquant d'Amrokgang a été enregistré en tant que gardien dans la liste nord-coréenne. Parce que la FIFA oblige une sélection à avoir trois portiers et parce que sa sélection n'en avait pas plus de deux sous le coude. Au moins, personne ne pourra lui reprocher de ne pas avoir marqué ou d'avoir encaissé douze buts en trois matchs, puisqu'il est resté cloué sur le banc. Une question demeure : aurait-il dû porter les gants et un maillot spécial si son coach l'avait lancé ?

Giovanni van Bronckhorst (Pays-Bas) : Vingt-deux lettres qui peuvent se contracter en six : « Swooch » .

Vidéo

Mesut Özil (Allemagne) : L'acte de naissance de Mesut a certainement été signé à la pointe sud du continent africain. Moment où le monde a eu les yeux aussi écarquillés que lui pour observer ses premiers pas.

Jorge Valdivia (Chili) : Pour mettre à exécution la partition du Loco Marcelo Bielsa, il fallait à la baguette un Mago. Qu'importe si sa tignasse lui donne un air de Severus Rogue, puisque la musique fut bonne.

Siphiwe Tshabalala (Afrique du Sud) : Ouvrir le bal avec une belle lucarne et une jolie chorégraphie n'aura malheureusement pas suffi. Car l'Afrique du Sud deviendra le premier pays organisateur éliminé au premier tour, à cause d'une foutue différence de buts. Tshabalo.

Róbert Vittek (Slovaquie) : Il a débloqué le compteur de son pays en Coupe du monde et lui a ouvert les portes des 8es pour sa première phase finale. Vittek, bien fait.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 19:24 Ligue 1 : reprise des entraînements collectifs autorisée le 2 juin 19
Hier à 16:50 Jean-Pierre Papin nouveau coach du C' Chartres Football (N2) ? 8 Hier à 16:36 La Premier League devrait reprendre le 17 juin 16
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom
Hier à 14:29 La Liga sera gratuite dans les maisons de retraites espagnoles 8 Hier à 12:37 Accident de voiture sans gravité pour Marcin Bułka en Pologne 16