Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 61 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Young Boys-Juventus (2-1)

Guillaume sweet home

Il n’y avait rien à espérer face à la Juventus, mais un homme a décidé d’offrir un dernier plaisir au public des Young Boys avant que les Suisses ne tirent leur révérence de la scène européenne. Cet homme, il s’appelle Guillaume Hoarau et, face à la Vieille Dame, il a inscrit un doublé qui lui permet de dépasser la barre des cent pions marqués avec le club bernois. À trente-quatre ans, l'ancien Parisien et Havrais est plus vivant que jamais.

Modififié
Dimanche dernier, Guillaume Hoarau apparaissait sur la scène des Swiss Sports Awards, une cérémonie qui récompense les sportifs helvètes de l’année. Le buteur des Young Boys n’était pas là pour remettre un prix, mais bien pour pousser la chansonnette avec le duo de rappeurs alémaniques Lo & Leduc. Preuve de son intégration totale de l’autre côté de la frontière, le Réunionnais n’a pas lâché que des seize mesures en français : il s’est même essayé au dialecte bernois, comme dans la version originale du tube de l’année 2018 en Suisse alémanique. Il faut dire que ce n’est pas la première fois qu’il l’entendait : ce dernier accompagnait le premier sacre du club jaune et noir en Super League, pour la première fois depuis 1986. Guillaume Hoarau avait alors deux ans. Depuis, il est entré dans la légende.

Vidéo

Planteur mélomane

Depuis son départ du PSG en janvier 2013, le géant numéro 9 (aujourd’hui 99) semblait perdu. Un passage raté en Chine, un autre à Bordeaux... La Suisse apparaît alors comme un bon plan pour se reprendre en main en marquant des buts dans un championnat accessible. « Jouer six mois, retrouver la forme, la confiance, puis un club de Ligue 1 » , tel était le programme annoncé à son arrivée en 2014. Sauf qu’il n’est jamais reparti. En trouvant 17 fois le chemin des filets la première année, puis 18 fois les deux suivantes, tout en enchaînant trois places de dauphin du tout-puissant FC Bâle, Hoarau se découvre une nouvelle vie presque par hasard. « J’ai bien retrouvé la forme et la confiance. Mais aussi un cadre dans lequel je m’épanouis. J’ai du plaisir dans mon travail, le football, et je peux vivre différemment. Comme quelqu’un de normal » , déclare-t-il au quotidien Le Temps en 2016, l’année où il est élu meilleur joueur de Super League.


En fait, c’est simple : depuis son arrivée aux YB, Hoarau a terminé chaque saison avec le titre de meilleur buteur du club. Tout en s’adonnant en parallèle à sa deuxième passion : la musique. « Ici, je peux la vivre pleinement sans qu’on me le reproche. (...) En France, on me dirait que je suis un fêtard, que je ne suis pas focalisé sur le football. Si je suis resté à Berne, c’est parce que je m’y sens bien » , ajoute-t-il. Loin de la pression qui l’entourait dans la capitale française, Hoarau acquiert petit à petit un statut plutôt enviable : celui de légende. En mai 2018, en grande partie grâce à ses quinze caramels, Bâle tombe de son trône pour la première fois depuis huit ans et le trophée de champion revient dans le canton de Berne trente-deux ans après le dernier sacre des Young Boys. Et ce n’est que le début.

Un doublé pour l’honneur

Cet été, les Bernois affrontent le Dinamo Zagreb en barrage de la Ligue des champions. Après un nul à l’aller, Hoarau plante un doublé qui offre aux siens la première participation de leur histoire à la reine des compétitions. Ce n’est plus un prince, c’est un roi. Un roi couronné de cinq titularisations et d’un but marqué face à Valence, une blessure à la cheville l’ayant empêché de disputer le match retour contre Manchester United. Et même si, au moment d’affronter la Juventus, Berne était déjà éliminée, Guillaume Hoarau a écœuré les partenaires de Cristiano Ronaldo en se payant un doublé face à la Vieille dame. Ses 100e et 101e buts en jaune et noir, ils les a inscrits d’abord sur penalty, puis en concluant une contre-attaque magistrale et un caviar de Moumi Ngamaleu. Comme une manière de tirer sa révérence en beauté de sa première campagne en C1 disputée comme titulaire indiscutable. Ses deuxième et troisième buts cette saison en C1, un penalty ayant été marqué le 23 octobre face à Valence (1-1). Avant cela, le dernier but en Ligue des champions remontait au 6 novembre 2011 avec le PSG contre... le Dinamo Zagreb. Dans une autre vie, pourrait-on presque dire.



Débarrassé du poids des matchs européens, Hoarau peut désormais pleinement se concentrer sur un deuxième titre d’affilée. Avec 46 points marqués en dix-sept journées, les Young Boys sont en effet bien partis pour conserver leur couronne. Et pourquoi pas une nouvelle aventure au sein de l’élite européenne ? Avec ou sans Guillaume ? Celui qui avouait un jour rêver de jouer jusque 40 ans a encore prouvé ce mercredi avoir de beaux restes. Mais en attendant, il continue de savourer : « J’adore me réveiller le matin et me dire : "Putain, je suis bien, la vie est belle. Je suis fier de mon parcours, ce n’est pas tombé du ciel." Être heureux, c’est la base » , racontait-il au Matin en début d’année. Et rendre les autres heureux, c’est le sommet.

Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi

Hier à 17:15 Affrontements entre des supporters et la police en Suisse 17
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Lyon, la vie sans calcul