Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // J3
  3. // France-Allemagne (2-1)

Et à la fin, c'est la France qui gagne

L'Allemagne est tombée ce mardi au Stade de France sur une équipe qui aurait pu être son reflet d'il y a encore quelques années. À savoir une machine capable de renverser les situations avec une efficacité clinique, même les soirs où l'inspiration peut manquer. Car même si tout n'est pas parfait, les Bleus n'ont toujours pas bradé leur titre de champions du monde.

Modififié
La sémantique n'est pas figée. Cela tombe bien, les règles du football international non plus. Il y a 28 ans, au soir d'un troisième sacre mondial de la Nationalmannschaft, l'Anglais Gary Lineker énonçait que « le football est un jeu où 22 types courent après un ballon, et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne » . Une définition que beaucoup pensaient immuable, telle une vérité générale, au temps où le onze germanique avait rarement l'occasion de se ramasser. Pourtant, l'ancien avant-centre anglais a pris la peine de revenir sur son jugement, quelques minutes après la victoire des Français en Ligue des nations(2-1), dans un match où le « froid réalisme allemand » est apparu comme un concept éculé, à l'inverse d'une nouvelle tendance qui verrait les Bleus comme l'incarnation de cette sérénité au moment d'aller chercher ses trois points. Au point de réviser son jugement : « France is the new Germany » , a-t-il écrit sur Twitter. Oui, la France a désormais un style – très deschampesque dans les termes – et « gagner à la française » est désormais une marque déposée.

Le Poupou des temps modernes est allemand


Faut-il encore savoir de quoi on parle. Si le principe d'une Allemagne triomphante quels que soient le contexte et les évènements a fait son temps, c'est aussi parce que le principal concerné a quelque peu bafouillé son football ces derniers mois. Une perte d'identité qui prend la forme d'une inefficacité chronique devant les cages, ce qui a si longtemps fait la force du Elf allemand à travers les âges. Joachim Löw, plus que jamais sur la sellette après avoir concédé une quatrième défaite en une année, a justement pointé du doigt ce mal qui parasite son équipe, malgré un fonds de jeu pas essentiellement répugnant. « On n’a pas été assez décisif face au but. On a eu des occasions et on méritait de gagner, car on était la meilleure équipe sur le terrain, regrettait le sélectionneur en conférence de presse. On a manqué d’intelligence et de sang-froid. Si on avait marqué le 2-0, on aurait joué de manière plus calme et sans doute remporté cette rencontre. » Le genre d'analyses qu'avaient plutôt coutume de servir les Français en sortant des confrontations face à leurs voisins d'outre-Rhin, à l'époque.


Aujourd'hui, même si beaucoup se plaisent à tout ramener à l'infaillible « chatte à Dédé » , ce sont justement les Français qui peuvent se targuer de mener leurs matchs « à l'allemande » . Oui, les Bleus n'ont quasiment pas vu le jour en première mi-temps, certes la faute amenant le penalty de la victoire est contestable et contestée. Mais ce n'est pas ceux qui ont si longtemps été catalogués comme des beautiful losers qui s'en offusqueront. Ce succès à domicile est aussi le résultat d'une mécanique bien huilée par un savant mélange de pragmatisme et de gestion des temps forts. Preuve en est cette « réaction collective dans la difficulté » , comme le faisait remarquer Antoine Griezmann dans les coursives du Stade de France. Didier Deschamps en est d'ailleurs pleinement conscient. « La force est là, glissait le jeune quinqua. C’est la différence entre la France, en pleine confiance et en réussite, et l’Allemagne qui a moins d’efficacité. Il n’y a rien de mieux. La meilleure vitamine pour les joueurs, ce sont les victoires. Quand on arrive à gagner un match dans la difficulté, ça donne encore plus de force, même si ce groupe en a déjà beaucoup. » Ou comment la maxime de Lineker est résumée candidement par une logique qui voudrait que la victoire entraîne la victoire.


Französische Qualität


Dans le fond, ce qui peut être perçu comme un alignement des planètes, cette capacité à sortir grandi de matchs où on a été secoué, raconte surtout que le cycle français n'est pas arrivé à son terme. Être champion du monde ne serait en rien une finalité. Et le comportement de morfal d'un Lucas Hernandez ce mardi en est la parfaite illustration. Reste tout de même à ne pas camper sur ses acquis, jouer avec le feu ou se croire intouchable. Appelez-ça comme vous voulez, mais prendre les choses à la légère pourrait faire poindre de futures déconvenues. Les joueurs tricolores sont au moins avertis de ce danger. « Il ne faut pas prendre cette mauvaise habitude d'être mené au score, reconnaissait Hugo Lloris. On sait qu'il faut rentrer dans ces matchs avec de l'intensité et de l'agressivité. Mais on a su rester solides pour préserver cet écart de 1-0 jusqu'à la mi-temps et aller chercher ce résultat avec beaucoup de caractère, de personnalité et de mental. »



Cela implique aussi de considérer chaque sortie comme importante, quel que soit le contexte, même si c'est un amical disputé dans un stade champêtre comme celui de Guingamp. « Peut-être qu'inconsciemment contre l'Islande (match nul, 2-2, N.D.L.R.), on a pu se relâcher, récapitulait Benjamin Pavard. Contre l'Allemagne, on était dans l'obligation de gagner ce match pour essayer de se qualifier. On voulait montrer qu'on est une très grande équipe et qu'on est toujours là après notre victoire à la Coupe du monde. » Et c'est certainement par cette obsession que la France pourra s'éviter un destin allemand et figurer sur la même page que l'entrée « football » dans l'édition 2019 du Petit Larousse.



Par Mathieu Rollinger, au Stade de France Propos recueillis par MR et Théo Denmat.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Alors, on en retient quoi, de cette semaine internationale ?




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 62
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi