Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Dubois adoubé

Transféré à Lyon cet été pour passer un cap, Léo Dubois va découvrir l'équipe de France, à 24 ans. Sans faire de bruit, comme d'habitude.

Modififié
C'est un sujet qui fait toujours grincer des dents en Loire-Atlantique. Léo Dubois, figure de la formation nantaise qui réussit, restera le garçon parti à l'Olympique lyonnais pour peanuts, à l'intersaison 2018. Lui qui était devenu capitaine des Canaris à 22 ans et par la force des choses, pas forcément pour un leadership exacerbé, mais pour une régularité et des performances séduisantes dans son couloir droit, n'a pas mis trop de temps à quitter le cocon. Du point de vue carriériste, difficile de lui donner tort aujourd'hui : un an plus tard, le voilà convoqué pour la première fois en Bleu.

Match-référence face au Barça et entrée décisive dans le Chaudron


Même si le choix du Rhône avait été décidé dans le calme et longtemps à l'avance, le challenge était relevé au moment où le défenseur a posé ses bagages dans la capitale des Gaules. De par la dimension dans laquelle il mettait les pieds tout d'abord : autre niveau, autres attentes, autres compétitions, autre pression. Mais surtout de part les bouchons étrangement créés par l'OL sur ce côté droit, Rafael et Kenny Tete étant restés chez le septuple champion de France. À l'arrivée, et malgré un premier semestre un peu compliqué, c'est bien le Français qui a tiré son épingle du jeu : il n'a que très peu connu le banc depuis fin janvier (ne loupant aucune rencontre de championnat après la 20e), profitant notamment de la blessure de son coéquipier brésilien.


Surtout, avec 23 apparitions en Ligue 1 et 5 en Ligue des champions (3 titularisations) sous la liquette lyonnaise, le natif de Segré (Maine-et-Loire) a pu faire valoir toutes ses qualités, les mêmes qu'il avait développées en dix ans passés à la Jonelière. En tâchant de dérouler son jeu sobre et sans fioriture. En dévoilant ses qualités de passeur (4 services gagnants dans l'élite, tous délivrés en 2019, même total que l'an dernier), notamment un magnifique centre dans la boîte dans le derby à la 96e minute pour le coup de casque de la gagne de Moussa Dembélé, en janvier alors qu'il était entré en jeu. En répondant présent en C1, comme face au Shakhtar Donetsk où il avait permis aux siens d'accrocher le point du nul (2-2) ou comme lors du match aller face au Barça alors qu'il avait de sacrés clients à contenir, et même si la manche numéro deux ne s'est pas passée comme prévu (il avait été aligné lors des deux rencontres). « C'est un garçon qui a du tempérament, du caractère : comme ça, il fait poli, gentil, mais il sait ce qu'il veut » , souligne Samuel Fenillat, directeur du centre de formation du FC Nantes qui a connu le joueur depuis ses débuts en jaune et vert.

Oh mon dieu, il a tué Kenny

Alors que l'OL vient de s'assurer une place en C1, c'est un Léo Dubois intégré, investi et important pour le groupe que l'on observe. Il a su prendre avec audace la lumière dont il rêvait en changeant d'air quelques mois plus tôt. « En signant à Lyon, je voulais jouer des matchs comme celui contre le Barça, déclarait-il en février dans Téléfoot. Les Bleus ? J'y pense, bien sûr. J'y ai tout le temps pensé, d'ailleurs. C'est dans un coin de ma tête, et je donne tout pour y aller. Je pense pouvoir postuler une place, oui. » L'ex-Nantais avait donc vu juste, et se permet de coiffer, entres autres, Kenny Lala, qui avait pourtant connu une grosse hype. Ruben Aguilar, lui, est de toute façon sur le flanc depuis la fin du mois d'avril.



Le latéral succède à Dimitri Payet (aussi passé par le centre de formation du Havre) et Jérémy Toulalan parmi les produits du FCN ayant l'honneur de voir leur nom apparaître dans la sainte liste, mettant ainsi fin à une longue disette nantaise. « C'est une belle récompense pour lui, pour son parcours et un message d'espoir pour les jeunes du centre, en plus c'est un garçon de la région, continue Fenillat. À l'époque, peu auraient pensé le voir là aujourd'hui. C'est bien pour la personne qu'il est : ça a toujours été un bon joueur, mais ce n'est pas quelqu'un qui était forcément mis en avant, dont tout le monde parlait, et il a toujours travaillé et s'est investi, en avançant dans l'ombre. Il a franchi les étapes une à une même si c'est allé assez vite pour lui ces dernières années, et j'espère que la prochaine sera de s'imposer en équipe de France, il a toutes les qualités. Il est fiable et s'impose sur la durée, on l'a vu cette saison, il a élevé son niveau de jeu. » Joli hasard, même s'il est loin d'être sûr d'inaugurer sa carrière internationale : c'est à la Beaujoire face à la Bolivie (2 juin) que l'ex-international espoirs enfilera pour la première fois le maillot des grands. Le plus beau des retours au bercail.

Par Jérémie Baron Propos de Samuel Fenillat recueillis par JB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 10:40 Joueurs, supporters : racontez-nous le jour où vous avez vaincu votre peur 6
Hier à 14:13 Stéphane Guivarc’h devient président d'un club de N3 13
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur