Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Benfica/Chelsea (1-2)

Chelsea champion d'Europe !

Au bout du temps additionnel, Chelsea a dominé Benfica (2-1) et remporté une deuxième Coupe d'Europe consécutive, grâce à un coup de tête d'Ivanović. Semaine noire pour Benfica.

Modififié
Benfica - Chelsea : 1-2
Buts : Cardozo (68e, sp) pour Benfica. Torres (59e) et Ivanović (93e) pour Chelsea

Il ne restait que dix secondes. Le dernier corner du match, avant la prolongation, pensait-on. Le ballon semblait trop haut, trop long. Mais Ivanović a atteint les étoiles, posé sa caboche, et trouvé le petit filet opposé. Terrible pour Benfica, qui a tout perdu en une semaine et deux temps additionnels, devenant le gros loser de l'année, avec cette septième finale européenne consécutive de perdue. Les Portugais ont globalement dominé cette finale entre recalés de la C1, mais ce Chelsea semble intouchable en Europe. Il était le premier vainqueur de la Ligue des champions à sortir au premier tour, il est le premier à réaliser le doublé C1-C3. Et le quatrième, avec l'Ajax, la Juve et le Bayern, à afficher C1, C2 et C3 à son palmarès.

Chelsea fait de la résistance

Pas de Hazard pour les Blues, et du 75% latinos dans le onze de Benfica. Les conditions de jeu sont parfaites, l'Amsterdam Arena est bouillante et les Portugais sont bien décidés à ne pas endosser le costume de dindons de la farce. Alors, ils se ruent à l'attaque. De l'engagement, des latéraux qui montent et du toque. Trop, en fait. Facilement trouvés dans la surface de Čech, les Aigles jouent à la baballe au lieu de casser la cage. « Mais mets-y une bonne pointasse, nom d'une pipe » , entendrait-on au bord de nos terrains amateurs. À force de traîner, Cardozo est contré par Ivanović, et Nico Gaitan envoie la sphère dans la tribune. Le petit Argentin et son pied gauche régalent au milieu de terrain, mais s'égarent au moment de conclure. À droite, Maxi Pereira n'est pas là dans le couloir, mais Almeida fait le job, déborde et enchaîne les centres. Sans jamais trouver la tronche de son buteur paraguayen. La bande à Benítez est en difficulté. Oscar et Ivanović, en retard, prennent leur jaune. Mata est déguisé en Casper. Torres, pas mieux. Mais Chelsea ne rompt pas. La mi-temps approche et capitaine Lampard sonne la révolte. Boum, l'Anglais lâche un missile flottant des 20 mètres, qu'Artur détourne de justesse en corner. Allez, un peu de repos.

Ivanović, ce géant

Le jeu reprend avec les 22 mêmes bonhommes et avec la même physionomie de match : Benfica domine, Benfica attaque, mais Benfica ne marque pas. Enfin si, mais Cardozo était hors-jeu de 25 centimètres. Dommage. De l'autre côté, Ramires remue son physique de marathonien sur tous les fronts de l'attaque, mais le Brésilien est trop seul. Vient alors l'heure de jeu. L'heure de Torres. Čech relance à la main plein axe, la balle fuse et Torres avec, Luisão tente le raffut, mais l'Espagnol tient debout, efface Artur et fait exploser le virage bleu (59e). C'est dur pour les Portugais, qui traversent un gros coup de moins bien, mais reviennent dans la partie grâce à un petit coup de pouce d'Azpi. Un petit coup de bras, précisément. Ça fait pénalty, transformé en force par Cardozo (68e). Les compteurs sont remis à zéro, et la partie s'équilibre. Le buteur paraguayen, lui, tient au rôle du héros. Il harangue les foules, puis envoie une demi-volée superbement claquée par Čech. Il y a de l'intensité, mais peu de prises de risque. « Ne pas prendre de but maintenant » doit tourner en boucle dans toutes les têtes. Sauf dans celle de Lampard, apparemment. D'un puissant tir des 30 mètres, le capitaine anglais fait trembler la barre transversale d'Artur. Mais ce final est bien pour Chelsea. Dernier corner, Ivanović saute plus haut que tout le monde et offre le titre aux Anglais (92e). Quel finish !

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70