S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J7
  • Lyon-Troyes

Tactique : le Paquetá déballé

Par Maxime Brigand
Tactique : le Paquetá déballé

Brillant tout au long de la Copa América avec le Brésil cet été, Lucas Paquetá vit un début de saison idéal entre les lignes de l’OL. Dimanche soir, il a livré, au Parc des Princes, une copie à l’image du football qu’il prône : un football combatif et réfléchi. Ce type est définitivement un cadeau pour la Ligue 1.

Lucas Paquetá a la réputation d’une pièce de puzzle. Pas une pièce que l’on utilise pour débuter, ni une pièce que l’on place pour fermer un angle, mais une pièce manquante, de celle que l’on cherche pendant des heures avant de pouvoir boucler à toute allure son 5000 pièces et qui aide au décrochage d’un sourire enfantin. Lors de son arrivée à Lyon, fin septembre 2020, il était pourtant difficile de connaître l’exacte nature d’un joueur qui a rapidement tenu à définir son foot comme « un foot heureux ». Interrogé quelques mois plus tard par L’Équipe, Paquetá avait tranché le débat à sa manière : « Je me sens bien dans toutes les positions au milieu. Ce que je veux, c’est défendre, attaquer, défendre, attaquer, défendre, attaquer…(…)À Flamengo, où j’ai été formé, il faut démontrer une très grande volonté sur le terrain. C’est dans la culture du club. On m’a donc appris cette exigence, en me demandant beaucoup d’efforts. Et ça donne un peu ce que je suis aujourd’hui. Le style Paquetá, c’est un mélange de combat pour récupérer le ballon et de joie pour jouer avec. » Reste que le Brésilien, brillant avec la Seleção lors de la dernière Copa América, ne se contente pas de jouer avec le sourire aux lèvres et de discuter balle au pied avec ses potes comme s’il distribuait les cartes avant une partie de belote. Non, Lucas Paquetá mêle détachement déroutant, délicatesse technique et puissance contagieuse. Deux chiffres permettent d’en attester : dimanche, au Parc des Princes, l’ancien joueur du Milan a été le Lyonnais qui a récupéré le plus de ballons (10) et celui qui a réussi le plus de dribbles (8). À Paris, malgré la défaite sur le gong de l’OL (2-1), le numéro 10, dont l’entraîneur Peter Bosz a salué après coup « la partie extraordinaire avec et sans ballon », a surtout, au-delà des lignes de statistiques, confirmé son statut de super-héros de la Ligue 1. Un super-héros qui se plaît à faire respirer son équipe en lui faisant gagner du temps sur chaque séquence et qui prend du plaisir à étouffer ses adversaires.

Le bélier de Bosz

Questionné au cours de la saison dernière, Rudi Garcia, son coach de l’époque, avait lui aussi souligné le caractère « collectif et généreux » de Paquetá tout en appuyant sur sa capacité à « donner le ton » et à emmener « tout le monde derrière lui ». Il se raconte que l’international brésilien a toujours eu ça dans son jeu, depuis ses premières parties sur la plage avec son frère Matheus à Milan, où il n’a malgré tout jamais réussi à se délester de trois choses : son statut de « nouveau Kaká » , le prix de son transfert (38,5 millions d’euros) et le poids des attentes qui ont logiquement suivi les deux premiers éléments. Sur quelques instants, pourtant, il avait déjà été possible de détecter un sens de la passe aiguisé et une grosse capacité à enchaîner les efforts, deux critères essentiels aux yeux de son actuel guide à Lyon, Peter Bosz. La saison dernière, Lucas Paquetá n’avait alors eu besoin que de quelques rencontres pour faire glisser les quelques sceptiques au fond de sa poche et pour conquérir un effectif heureux de trouver un joueur équilibrant. Cette saison, après un été pourtant chargé, il ne fait pour le moment que marcher sur l’eau et a déjà marqué, entre autres, trois buts en six journées tout en évoluant dans plusieurs rôles.

Le premier élément qui marque lorsqu’on évoque Paquetá, et qui a notamment estomaqué Thierry Henry au micro de Prime Vidéo dimanche soir, est évidemment son activité sans ballon. Le Brésilien n’est pas qu’un meneur de jeu au sens classique du terme, c’est un meneur de jeu comme peut l’être un batteur dans un groupe de rock : il dicte le tempo, tient la structure d’ensemble et lui donne des couleurs. C’est John Bonham avec des crampons et un short. Après six journées de Ligue 1, il est ainsi le troisième joueur du championnat qui a réussi le plus de tacles (14, autant que Jean Lucas et Jean-Ricner Bellegarde, juste derrière Romain Thomas et Fabien Lemoine) et est le deuxième joueur lyonnais qui chasse le plus les adversaires derrière Maxence Caqueret (109 pressions depuis le début de saison, dont 40 réussies, personne ne fait mieux dans l’effectif de l’OL).

Exemple d’un ballon parfaitement récupéré face à Brest, lors de la première journée, où il parvient parfaitement à utiliser ses appuis pour passer sa jambe gauche devant Hiang’a Mbock…

… pour ensuite lancer une transition offensive et lancer Toko-Ekambi.

Au Parc, dimanche, on a évidemment retrouvé ce Paquetá mordant, notamment sur Idrissa Gueye, qui a été sa cible désignée du soir.

Cette séquence permet de mettre en lumière ce que l’OL a tenté de mettre en place sans ballon dimanche soir (sans toujours réussir à le tenir) : Slimani a été chargé de couper la relation entre Marquinhos et Kimpembe, Toko-Ekambi (aligné à gauche) s’est occupé de défendre sur son latéral (Kehrer) côté ballon, là où il venait se recentrer (comme Shaqiri le fait ici en bas de l’écran) lorsque le jeu était à l’opposé. Au milieu, prises individuelles sur le duo Herrera-Gueye et un troisième membre (ici Caqueret, mais plus souvent Guimarães) pour contrôler les décrochages de Messi. Ici, Paquetá va anticiper la passe de Kehrer vers Gueye…

… le Brésilien va d’abord venir aider à fermer toutes solutions de jeu vers l’avant avec Caqueret…

… puis va chasser côté opposé et récupérer le ballon.

Toujours à Paris, en début de match, on l’a également vu s’offrir une course d’une trentaine de mètres pour récupérer un ballon dans les pieds de Kylian Mbappé…

… puis enchaîner avec un lancement dans la profondeur pour Slimani.

Autre situation, face à Clermont, qui met en lumière la qualité d’anticipation de Paquetá. Ici, son interception va déboucher sur une occasion directe pour l’OL.

Plus jeune, Lucas Paquetá s’est souvent écharpé avec son père au sujet de cette implication défensive que le paternel jugeait excessive. « Il me disait que j’avais les caractéristiques d’un numéro 10, soufflait le joueur, toujours à L’Équipe. Mais moi, même si j’étais tout petit, que je faisais deux têtes de moins que les autres, je voulais aller au combat. Je voulais lutter contre les costauds. » À 24 ans, cet amour de la bagarre (c’est le Lyonnais qui commet le plus de fautes) est plus un cadeau qu’autre chose, d’autant que Paquetá réussit souvent à maintenir l’intensité tout au long des rencontres.

L’homme aux 1000 idées

Arrivé à Lyon avec la volonté de ne pas se coller la pression comme il avait pu le faire à Milan, celui qui a été convaincu à l’époque par la cour de Juninho a évidemment amené en France ses autres outils : sa qualité d’ouvreur d’espaces capable de faire souffrir des adversaires souvent marqués par la solidité de ses appuis, ses quelques extravagances, sa justesse dans la dernière passe et dans la finition, sa capacité à se déguiser en planche lorsqu’une situation le demande, sa force dans les duels aériens… Utilisé en ailier intérieur ou en 10 dans un 4-2-3-1, Lucas Paquetá est probablement aujourd’hui l’élément le plus complet de Ligue 1 dans son rôle, un homme aux 1000 idées, et c’est avant tout ce que son début de saison vient confirmer.

Première situation (contre Brest) : Paquetá est trouvé dos au jeu, serré de près par Mbock. Il va alors utiliser son corps pour protéger le ballon, mettre son adversaire direct à distance…

… puis progressivement tourner autour de lui…

… pour faire ensuite avancer le jeu.

Deuxième situation (contre Clermont) : alerté par Bruno Guimarães, toujours aussi brillant avec le ballon, Paquetá saute dans l’espace libre devant Arial Mendy et va se caler dos au latéral clermontois…

… il peut ensuite servir Moussa Dembélé en une touche. Au bout, l’attaquant de l’OL butera sur Arthur Desmas.

Troisième situation (toujours contre Clermont) : alors que Da Silva trouve Dubois le long de la touche, Paquetá démarre son appel et anticipe déjà le coup d’après…

… Dubois peut donc le trouver. La suite est un régal…

… Paquetá enclenche un premier une-deux…

… puis un second…

… et un troisième…

… avant de finir le boulot.

Quatrième situation : dans les airs, le Brésilien est aussi redoutable (près de 70% de duels aériens remportés depuis le début de saison), ce qui lui permet de lancer un coéquipier dans le dos d’un latéral adverse comme au Parc…

… ou de se créer un but comme à Nantes.

Cinquième situation : Paquetá peut aussi être une arme de longue distance. Ici, son lancement vers Toko-Ekambi sera un peu long.

Sixième situation : c’est aussi, évidemment, un appui qui aime trouver les trous dans les demi-espaces.

Créateur insatiable, Lucas Paquetá a logiquement attrapé les regards à la suite de sa soirée zéro déchet au Parc. Plusieurs de ses mouvements ont marqué les esprits, notamment un à la 70e minute où on l’a vu gratter un ballon dans les pieds de Paredes, puis trouver un super relais avec Shaqiri le long de la ligne de touche avant de retrouver le Suisse face au jeu et à la surface du PSG. Un PSG plutôt à l’aise avec ballon tout au long de la soirée face à une organisation défensive lyonnaise qui a souvent laissé les demi-espaces ouverts, mais qui a parfois peiné à contenir les déplacements d’un joueur pourtant essentiel, car chargé de venir former une supériorité numérique au milieu, comme sur cette séquence où Paquetá aurait dû être suivi par un défenseur central parisien :

Buteur, le Brésilien aurait pu être le héros de la soirée. Pari perdu, mais un autre pari semble pour de bon gagné : à Lyon, Lucas Paquetá est bien devenu le héros que tout le monde rêvait de le voir devenir, un joueur insouciant, créatif et hargneux. Un danseur heureux. Une pièce de puzzle essentielle dont la Ligue 1 doit profiter. Il sera peut-être bientôt trop tard.

Dans cet article :
L’Argentine décroche son ticket pour les JO 2024, pas le Brésil
Dans cet article :

Par Maxime Brigand

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe Bologna
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
  • Italie
  • Bologna
Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nice
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Lyon-Nice (1-0)
L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Lyon Duchère

Brésil

Lucas Paquetá

31
Revivez OL-Monaco (3-1)
Revivez OL-Monaco (3-1)

Revivez OL-Monaco (3-1)

Revivez OL-Monaco (3-1)