S’abonner au mag

Robinho et Ronaldo drogués, selon Pelé…

Par
Robinho et Ronaldo drogués, selon Pelé…

Au départ, des propos du Roi sur la drogue en général, mais qui finissent par éclabousser Robinho et Ronaldo. Malaise. Puis scandale national. L'affaire commence à enfler au Brésil. Une sale histoire beaucoup plus grave qu'il n'y paraît...

Acte 1. Samedi dernier, lors d’une réception privée à Sao Paulo, Pelé aurait déclaré au journal O Dia : « Il est injuste de parler de la drogue dans le football en raison d’un ou deux cas, comme ceux de Ronaldo et Robinho, qui ont été confrontés à ce problème » . O Rey aurait précisé que les deux joueurs auraient pris de la drogue à l’occasion d’une soirée privée à Sao Paulo. Pelé aurait aussi fustigé Maradona, « un mauvais exemple, au contraire de Kaka, Platini ou Beckenbauer » .

Acte 2. Ronaldo n’a pas encore réagi aux déclarations de Pelé. Enfin, si : il a marqué deux buts contre Ponte Preta avec les Corinthians… Par contre, Mister Figer (agent de Robinho), lui, a menacé : « Si Pelé ne se rétracte pas, il devra assumer ces propos malheureux devant un tribunal. Robinho est furieux et déçu par Pelé, qui semble avoir oublié son statut d’idole et lire la presse à scandales pour tenir ce genre de propos. Ce que Pelé a dit n’a aucun sens. Robinho n’a jamais pris de drogues » .

Acte 3. La polémique fait rage au Brésil. Pelé s’est expliqué mercredi sur la chaîne de télévision TV Globo : « Robinho est notre fils, il est sorti de Santos après avoir été formé par nos soins. Il y a eu un vrai malentendu et mes propos ont été mal rapportés. Certains n’ont peur de rien pour vendre des journaux. Quand ce genre de chose se produit, il est utile d’écouter les K7 afin de ne pas dire n’importe quoi » .

Alors ? Alors Pelé a bel et bien tenu ces propos (la “bande son” de la déclaration a été diffusée sur le site d’une radio brésilienne, Jovem Pan). D’aucuns affirment là-bas que ces propos étaient privés, en “off” donc. Que le mot « drogue » prononcé par Pelé était sans doute une sorte de raccourci verbal pour décrire des comportements déviants des deux compères. Après tout, de quelles drogues parle-t-on : cocaïne ? Cannabis ? Amphétamines ? Pelé est-il expert en la matière ? Et puis, la soirée privée où Robinho et Ronaldo se seraient drogués : une sale rumeur à la con reprise par Pelé ? Ou bien tout simplement la vérité : Robinho et Ronaldo se seraient vraiment drogués… Dans ce cas-là, ce serait à la médecine et à la justice du sport de considérer l’affaire. Point.

La drogue est un sujet hyper sensible pour Pelé. Son fils Edinho, gardien pro médiocre, avait été inquiété par la justice brésilienne pour trafic de cocaïne en 2005. Edinho avait été relaxé puis avait rejoint le club de Santos où il occupe le poste d’entraîneur des gardiens de but depuis février 2007. Pelé avait vraiment souffert des scandales de son fils indigne.

Plus grave, en 2001, Pelé s’était fait braquer par un jeune ado prêt à le shooter à un feu rouge d’un carrefour de Sao Paulo. C’est quand le môme avait reconnu l’idole du Brésil au volant de son véhicule, qu’il avait baissé son pistolet et s’était sauvé. Bouleversé par cet épisode du môme issu de la guerre des gangs et des trafics qui essaiment dans les grandes villes du pays, Pelé est resté hyper sensible quant au sujet de la drogue.

Pelé est un daron à l’ancienne. La santé par le sport, l’exemplarité pour la jeunesse, le fair-play,… Autant de valeurs éducatives et humanistes bien ancrées chez lui. En 1969, il a dédié son 1000ème but « à tous les enfants pauvres de la planète » . Émotion non feinte : Pelé a toujours été sincèrement affecté par la souffrance des enfants miséreux de son pays… et du monde entier (il a été ambassadeur de l’Unesco).

C’est en tant que daron à l’ancienne que Pelé parle de Robinho comme de « notre fils, sorti de Santos après avoir été formé par nos soins » . Même compassion pour Robinho (fils spirituel) et Edinho (fils biologique) ? Il faut croire que oui et c’en est touchant. Outre l’exigence de cleanitude dans le sport, il y a aussi chez Pelé des “sentiments patriotiques” très élevés : Robinho représente le Brésil à l’étranger et il se doit donc d’être exemplaire. Les footballeurs brésiliens à l’ancienne ne rigolent absolument pas avec l’image de marque du Brésil : Raï (PSG), Leonardo (PSG et Milan AC), Anderson (Barça et Lyon), Cafu (AS Roma et Milan AC)… Ils ont été les ambassadeurs classieux du football brésilien et, à ce titre, ils ont toujours recommandé à leurs compatriotes footballeurs d’avoir un comportement exemplaire. Ne serait-ce que pour d’autres joueurs brésiliens puissent eux aussi faire carrière en Europe. A l’OL, Anderson puis Juninho transmettent systématiquement aux nouveaux venus brazileiros (Caçapa, Ederson, Fabio Santos, etc.) les “consignes” d’exemplarité au club (avec Fred, ça a marché moyen).

A ce titre, Pelé l’aîné, l’ancien, l’idole, la référence absolue, la conscience morale de tous les footballeurs brésiliens, aurait inconsciemment sonné le rappel à l’ordre pour les joueurs brésiliens dissipés qui font honte au Brésil : Adriano, Ronaldinho et surtout Robinho et Ronaldo … Pelé était donc dans son rôle de daron à l’ancienne. Reste que si les propos sur la drogue sont exacts, Pelé a aussi salement déconné. Déjà sanctionné par son club de Manchester City pour écarts disciplinaires, Robino est sur le coup d’une affaire judicaire très grave depuis janvier. Selon The Sun, une jeune fille l’accuse de viol dans une discothèque de Leeds. L’international brésilien avait été entendu par la police puis affirmé qu’il était innocent. Robinho n’avait vraiment pas besoin de se colleter une réputation de “drogué” en plus d’être présumé violeur.

PS : Dernières nouvelles de ce matin. Dans une interview à L’Equipe, Robinho a calmé le jeu en revenant sur les déclarations de Pelé, estimant qu’elles avaient été mal interprétées : « Pelé s’est emmêlé les pinceaux. J’ai vu son intervention. Il s’est mal exprimé, c’est tout. Je n’ai rien contre lui. Si j’avais eu des problèmes de drogue, je ne serais pas en Seleçao » . Dont acte.

Lire aussi : Portrait de Robinho

Lire aussi: Le retour de Ronaldo

Par

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine