S’abonner au mag
  • International
  • Coupe du monde 2018

Rendez-vous dans 4 ans en Russie

Par Régis Delanoë
Rendez-vous dans 4 ans en Russie

C'est triste, mais c'est ainsi : le Mondial brésilien vient de s'achever. La prochaine édition du tournoi aura lieu dans 4 ans en Russie. Où en est l'organisation de cette 21e édition ? Que peut-on en attendre ? Y a-t-il d'éventuelles choses à craindre ? On fait le point.

Comment ils ont raflé la mise ?

La partie s’est jouée le 2 décembre 2010 à Zurich. Lors d’une seule et même réunion de la FIFA, la Russie a été élue pour accueillir la 21e édition en 2018 et le Qatar la suivante quatre ans plus tard. La grosse polémique entourant le choix du Qatar pour 2022 a un peu éclipsé la décision d’organiser le tournoi en Europe de l’Est pour la première fois de l’histoire. Avec 13 voix au dernier tour de scrutin, la Russie a devancé la candidature hispano-portugaise (7 voix), la belgo-hollandaise (2 voix) et l’anglaise (éliminée au premier tour).

Quels changements à venir ?

A priori pas trop, même si Platini a soumis l’idée en octobre dernier que la compétition se dispute à 40 au lieu de 32 actuellement. Pour lui, ce serait facile à aménager, avec une phase de poules à cinq sélections par groupe au lieu de quatre actuellement. Rappelons que l’Euro 2016 va se jouer à 24 participants au lieu des 16 des éditions précédentes, donc le père Michel s’y connaît en matière d’élargissement de tournoi. Sauf que Jérôme Valcke, le secrétaire général de la FIFA, a donné un avis défavorable à la proposition soumise par le big boss de l’UEFA. Idem concernant le ministre russe des Sports, Vitaly Mutko, qui a expliqué que le dossier de candidature avait été ficelé pour 32 équipes, pas plus. La révolution attendra, donc. À voir, en revanche, s’il y aura des évolutions au niveau de l’arbitrage, comme ça a été le cas au Brésil avec l’utilisation du spray et de la goal-line technology.

Quels enjeux politiques ?

Il est rare désormais qu’une compétition de cette ampleur ne s’accompagne pas d’enjeux politiques et/ou de polémiques géopolitiques. Le fait d’organiser la 21e édition du Mondial dans un pays comme la Russie suscite forcément ce type de questionnements, avec le caractère autoritariste du pouvoir de Poutine et les diverses tensions qui agitent régulièrement le plus grand pays du monde (en surface, ndlr), qu’elles soient internes (Tchétchenie, Daguestan, Ossétie…) ou externes, avec des relations souvent tendues avec les pays occidentaux. Et puis, bien sûr, il y a la question du rôle de la Russie dans les troubles agitant toujours fortement l’Ukraine. Il est aujourd’hui impossible de savoir si ces questions feront toujours l’actualité dans quatre ans, mais si ce n’est pas celles-ci, ce sera certainement d’autres… Et puis, bien sûr, il y a aussi le problème du racisme dans les stades – certains tout du moins, à Saint-Pétersbourg notamment –, que les instances de football russes vont devoir gérer avec un peu plus de conviction qu’actuellement. N’oublions pas non plus que comme avec les JO de Sotchi en début d’année, devrait être soulevée la question du statut des homosexuels dans ce pays pas vraiment gay friendly

Dans quels stades ?

Le dossier retenu par la FIFA fait état de 12 stades pour l’accueil des matchs, répartis dans 11 villes différentes. La Coupe du monde qui vient de s’achever au Brésil s’est aussi déroulé dans le même nombre d’enceintes. Les villes d’accueil seront les suivantes : Moscou (deux stades), Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, Samara, Nijni-Novgorod, Rostov, Sotchi, Saransk, Volgograd et Ekaterinbourg. Certains stades sont déjà prêts, comme à Moscou avec le stade Loujniki ou à Sotchi avec le stade olympique. D’autres sont quasiment achevés, comme l’Otkrytie Arena de Moscou, en construction, comme à Saransk et Saint-Pétersbourg (où les travaux ont pris du retard), ou encore dans les cartons, comme à Kaliningrad, Nijni-Novgorod ou Rostov. Tous devraient avoir une capacité d’accueil d’environ 45 000 personnes, sauf le Loujniki qui dépasse les 80 000 places et la future Zénith Arena de Saint-Pétersbourg, avec près de 70 000 places.

Quelles conditions de jeu ?

Toutes les villes d’accueil sont situées dans la partie européenne du pays. Il n’y aura donc pas de déplacements interminables en avion à prévoir, même si Ekaterinbourg est tout de même située à 1400 kilomètres à l’est de Moscou et Kaliningrad à plus de 1000 bornes à l’ouest. Mais ça reste inférieur aux distances entre les différentes enceintes du Mondial brésilien. Autre bonne nouvelle, les conditions météo devraient être parfaites pour la pratique du foot, avec des températures moyennes oscillant entre 16 à Saint-Pétersbourg et 20 à Sotchi au mois de juin.

La sélection russe sera-t-elle prête ?

La dernière interrogation concerne le niveau de jeu de l’équipe-hôte, qui aura la pression à domicile et va devoir montrer bien autre chose qu’au Brésil, où elle a énormément déçu. Pour cette compétition de préparation, le sélectionneur Fabio Capello avait décidé d’intégrer quelques jeunes (Kanunnikov, Shatov, Mogilevets, Shchennikov…) en plus des vieux habitués (Akinfeev, Berezutski, Zhirkov, Kherzhakov…), mais les timides prestations de l’équipe montrent qu’il y a encore beaucoup de travail à fournir pour être à la hauteur de l’événement dans quatre ans. Chez les jeunes, Dzagoev ne parvient pas à confirmer les belles promesses laissées voir à ses débuts internationaux. Seul Kokorin, auteur d’un joli but contre l’Algérie, a confirmé qu’il faudra très certainement compter sur lui à l’avenir. À voir si cet avenir se fera encore avec Fabio Capello, le sélectionneur le mieux payé du Mondial brésilien, fortement fragilisé par l’élimination de son équipe dès le premier tour dans un groupe abordable. La Russie va démarrer à la rentrée sa campagne de qualification pour l’Euro 2016 dans un groupe comportant notamment la Suède, l’Autriche et le Monténégro. Ses performances seront désormais de plus en plus surveillées.

Par Régis Delanoë

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine