S’abonner au mag
  • Suède
  • VAR

Pourquoi la Suède zappe-t-elle toujours la VAR ?

Par Florian PORTA

Régulièrement remise en cause, la VAR n'a pas convaincu tout le monde depuis son arrivée dans le paysage footballistique en 2016. Encore moins en Suède où supporters et clubs luttent contre sa mise en place.

Pourquoi la Suède zappe-t-elle toujours la VAR ?

Testée en 2016 à l’occasion de la Coupe du monde des clubs, l’assistance vidéo à l’arbitrage s’est depuis imposée un peu partout. Tant et si bien qu’aujourd’hui, toute l’Europe est occupée par la VAR. Toute ? Non ! Un village peuplé d’irréductibles Suédois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Privée de ce célèbre gaulois moustachu et de son acolyte en braies, l’Allsvenskan – la première division suédoise – n’en demeure pas moins le seul championnat, parmi les 30 plus grands d’Europe, à ne pas recourir à la vidéo. Alors pourquoi et, surtout, comment la Suède parvient-elle à tenir son cap ?

Against modern fotboll

« Si vous marquez un but, vous ne pouvez pas le célébrer et les joueurs non plus, lance Isak Eden, président de la Svenska Fotbollssupporterunionen, l’union suédoise des supporters (SFSU). Et cela enlève ces émotions qui sont les plus importantes pour les supporters et les joueurs. » Jusque-là, rien de bien nouveau, puisqu’il s’agit d’un argument déjà avancé par de nombreux supporters eux aussi réfractaires à l’assistance vidéo, et même par certains clubs. « L’introduction de la VAR s’attaque à un élément central de l’âme du sport, à savoir les émotions, indique, par exemple, l’IFK Norrköping dans son plaidoyer en défaveur de la vidéo. Célébrer un but, ou même se mettre spontanément en colère lorsque l’adversaire marque un but, fait partie intégrante de l’expérience des supporters. » Par ailleurs, le club déplore également les éventuelles dépenses qu’engendrerait l’installation du système vidéo : « Des ressources financières plus importantes sont nécessaires. Celles-ci devraient plutôt être consacrées à des terrains hybrides en gazon, par exemple. »

Mais, plus que d’innombrables et interminables recours à la vidéo ou une simple question financière, c’est une certaine idée du football représentée par la VAR qui dérange au royaume de Carl XVI Gustaf. «  La question de la VAR a évolué en Suède et il ne s’agit plus vraiment de la VAR elle-même, raconte Isak Eden. Elle est devenue davantage un symbole du football moderne, international et méga-commercial dont nous ne voulons pas faire partie. »

Nous considérons la VAR comme un symbole du football non démocratique qui existe partout ailleurs en Europe.

Isak Eden

« La grande question, c’est de savoir pour qui est le football. Cette année, en Suède, nous avons établi un nouveau record d’affluence. Le championnat est en plein essor, même si notre football est toujours aussi merdique, enchaîne le président de la SFSU. Notre équipe nationale n’a jamais été aussi mauvaise depuis les années 1980 (et ne participera pas au prochain Euro, NDLR), mais les gens continuent d’aller dans les stades, de regarder nos équipes. Je pense que l’une des principales raisons est que nous avons toujours l’impression que le football, les clubs et tout le reste sont pour nous, les supporters. » En effet, la décision de se passer de la VAR vient avant tout des supporters. « Si la VAR n’existe pas en Suède, ce n’est pas uniquement parce que nous n’en voulons pas, précise Isak Eden. C’est aussi parce que nos clubs et nos supporters ont voté contre lors des assemblées annuelles. Cette décision est basée sur la démocratie, et nous considérons donc la VAR comme un symbole du football non démocratique qui existe partout ailleurs en Europe. »

En bande organisée

Il s’agit en effet d’une spécificité locale, ou presque. « En Suède, les clubs professionnels appartiennent à leurs membres », détaille Svante Samuelsson, directeur sportif de la Svensk Elitfotboll, l’équivalent de la LFP. En effet, comme en Allemagne, la règle du « 50+1 » – empêchant tout investisseur privé de posséder plus de 49% des parts d’un club et donc de le contrôler – est également en vigueur chez Zlatan Ibrahimović et ses compatriotes.

Ce n’est pas le cas de tout le monde, mais les supporters les plus assidus sont contre la VAR.

Svante Samuelsson

Sur les 32 clubs faisant partie des deux premiers échelons – l’Allsvenskan et la Superrettan -, 18 ont indiqué qu’ils étaient contre l’assistance vidéo. Parmi les écuries de première division, on retrouve notamment Malmö FF, tout juste titré, l’AIK, Djurgårdens IF, l’IF Elfsborg ou encore l’IFK Norrköping, soit onze des douze derniers vainqueurs du championnat. Seule exception : le BK Häcken, sacré en 2022. Un vrai plébiscite ? Pas totalement pour Svante Samuelsson : « Ce n’est pas le cas de tout le monde mais en tout cas, la majorité des supporters les plus assidus est contre la VAR. Peut-être pas le public du football en général, mais les supporters purs et durs. Ce sont eux qui sont allés aux assemblées générales de leur club et qui ont voté pour cette décision. » Exemple avec l’IFK Norrköping qui nous confirme que la motion indiquant que le club devait être contre la VAR a été votée, en mars dernier, par une « large majorité des 197 membres présents » sur les « près de 2000 » que comptent les Blanc et Bleu. Isak Eden estime, lui, que seule une poignée de personnes sont en faveur de la vidéo : « Ce sont les syndicats d’arbitres qui exercent le plus de pression pour installer la VAR. »

Pour convaincre les indécis, il suffit, toujours selon le président de la SFSU, de regarder ce qu’il se passe de l’autre côté de la frontière : « La Ligue norvégienne fonctionne de la même manière que la suédoise. Nous n’avons qu’à regarder comment ça se passe en Norvège (qui a mis en place la VAR cette année et déjà largement critiquée, NLDR) pour voir que c’est une connerie totale et que nous ne pouvons en aucun cas mettre cela en œuvre. » La balance pourrait cependant pencher à cause des districts, plus gros pourvoyeurs de votes – 24, un pour chacun contre 7 pour la Fédé, 8 pour la Svensk Elitfotboll et 6 pour l’équivalent chez les féminines – au sein du conseil d’administration qui se tiendra en 2024. Certains, comme celui de Skåne, où se trouve Malmö, ou de l’Östergötland, comprenant Norrköping, se sont déjà prononcés en faveur de la VAR, allant à l’encontre des décisions prises par les membres des deux clubs. Ainsi, l’IFK, notamment, demande à son district de revoir sa position et d’adopter la même que celle déterminée par le club. Un effort salué par Isak Eden : « Nous avons quelque chose de complètement différent, qui vaut la peine d’être protégé. » Mais pour combien de temps encore ?

Par Florian PORTA

Tous propos recueillis par FP.

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine