S’abonner au mag
  • Ligue des champions – Groupe D – J5 – Arsenal/Borussia Dortmund

PEA 2015

Par Charles Alf Lafon
PEA 2015

Pour sa deuxième saison à Dortmund, Pierre-Emerick Aubameyang se présente dans une version plus aboutie, plus adaptée au « gegenpressing » et plus facile à prendre en main. Et si on tenait un hit capable de détrôner la concurrence ?

Dans le BVB de Jürgen Klopp, il y a une règle presque absolue : un joueur ne réussit pas sa première saison, a souvent l’air perdu et devient très fort la suivante, même s’il semblait quelconque à l’origine. Il faut d’abord s’adapter à l’intensité demandée par le « gegenpressing » . Comme l’avait dit Sebastian Kehl, bientôt 35 ans, après le premier match de Kagawa, pourtant ancien de la maison, mais sorti avec des crampes à l’heure du jeu : « Il lui faudra du temps avant de recommencer à courir comme nous. » Il faut aussi bien comprendre le système offensif, l’idée d’être en trois passes en position de frappe, de dévorer l’espace, de chercher le champ libre. Une certaine idée de l’abordage. Pour ne pas jeter les nouveaux trop tendres dans l’arène du Westfalenstadion, Klopp, grand adepte du changement à la 70e, régule leur temps de jeu, leur laissant le temps d’apprendre. Exemples flagrants de ces réussites à an+1 : Gündoğan, baladé de poste en poste à Mayence sans grand résultat avant de devenir un superbe 8, ou Lewandowski, ancien inconnu du championnat polonais, doublure maladroite de Barrios, maintenant 9 incontesté du Bayern. Et puis il y a Pierre-Emerick Aubameyang, qui part quand même de moins loin (deuxième meilleur buteur de Ligue 1 avec Saint-Étienne) et qui a claqué une première saison plus qu’honorable (treize buts et cinq assists en Bundesliga).

La deuxième fois, c’est toujours mieux

Seulement, le Gabonais n’était jamais qu’un douzième homme. Son poste de prédilection en pointe était la chasse gardée de Lewandowski et Aubam’ devait se contenter des flancs au gré des blessures de Błaszczykowski et Reus, quand ils n’étaient pas occupés par Großkreutz ou un Mkhitaryan décalé par Marco. En Ligue des champions, il ne faisait guère qu’entrer en jeu, totalisant seulement 388 petites minutes alors que le BVB s’est hissé jusqu’en quart. Alors à l’intersaison, quand Ciro Immobile et Adrián Ramos ont signé pour pallier le départ du Polonais au Bayern, on se disait bien que, finalement, rien n’allait changer pour Aubam’. D’autant plus que le retour de Kagawa poussait Mkhitaryan à un séjour prolongé à droite, au moins jusqu’au retour de Błaszczykowski. PEA allait devoir se coltiner une saison de plus cette étiquette de bouche-trou numéro 1. Pourtant, dès cet été, il était en confiance, apparaissant en grande forme lors de la préparation. « La première année était certainement pas mauvaise, mais on a vraiment connu des hauts et des bas » , a-t-il expliqué en août à Kicker. « Je suis très positif en ce qui concerne l’avenir. » Avant d’expliquer qu’il avait compris la règle absolue de l’adaptation : « J’espère que cette deuxième année se passera encore mieux, parce que j’ai compris ce que le coach aimerait mettre en place. J’ai maintenant pris l’habitude du niveau de la Bundesliga, j’ai un contrat jusqu’en 2018 et je veux encore plus montrer mes qualités. »

Et vous feriez pareil si seulement vous saviez

‏Résultat, le titulaire en pointe, c’est PEA. S’il ne compte que quatre buts en douze matchs de Buli (on ne met pas un triplé pour son premier match tous les jours), il en a inscrit autant en Ligue des champions, la vraie compétition du BVB cette saison. Et avec 360 minutes de jeu, il a presque déjà battu son total de l’année dernière. Ajoutez à cela deux pions en DFB-Pokal et vous comprendrez qu’on tient un homme épanoui. Interrogé fin octobre sur le fait qu’il disputait ou non sa meilleure saison, PEA ne s’est pas caché : « Je dirais que oui. Je n’ai jamais aussi bien commencé une saison et j’espère que je pourrais continuer lors des prochains matchs. Je bénéficie du fait de jouer à nouveau en pointe, mais je sais que je dois continuer à travailler dur. » Comme Corneille, Aubam sait qu’il vient de loin, de la réserve du Milan, de Dijon, du banc de Monaco. Alors il l’a fermée – ou presque, affirmant quand même en début de saison dans Kicker qu’il serait « mieux » pour lui « de jouer dans l’axe » – et a bossé. Le travail, comme valeur refuge, et qui paye. Seule ombre au tableau pour lui : la nouvelle blessure de Reus, qui l’empêche de célébrer ses buts façon bromance avec son nouveau meilleur ami.

Par Charles Alf Lafon

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Liverpool
13.01.2024, Fussball 1. Bundesliga 2023/2024, 17.Spieltag, FC Augsburg - Bayer Leverkusen, in der WWK-Arena Augsburg, Trainer Xabi Alonso (Leverkusen) lächelt. DFL and DFB regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video. - Photo by Icon Sport
13.01.2024, Fussball 1. Bundesliga 2023/2024, 17.Spieltag, FC Augsburg - Bayer Leverkusen, in der WWK-Arena Augsburg, Trainer Xabi Alonso (Leverkusen) lächelt. DFL and DFB regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video. - Photo by Icon Sport
Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)

Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)

Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine