S’abonner au mag
  • Mondial 2022
  • Demies
  • France-Maroc

Karim Rissouli : « Ce match va célébrer l’amitié et l’histoire franco-marocaine »

Propos recueillis par Julien Duez
Karim Rissouli : «<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>Ce match va célébrer l’amitié et l’histoire franco-marocaine<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>»

Fils d’un père marocain et d’une mère française, Karim Rissouli va forcément vivre une demi-finale un peu particulière ce mercredi soir. Entretien avec l’animateur de l’émission C ce soir, aussi proche de Sofiane Boufal que de Dayot Upamecano.

C’est à côté de la plaque de demander à un Franco-Marocain pour quel quart de finale il a le plus vibré ?Non, pas du tout, mais j’aurais encore du mal à répondre à la question, sincèrement. Je dirais que j’ai vibré dans les deux cas, mais pas de la même manière. Devant le Maroc, il y avait ce côté « première fois » qui a forcément provoqué des émotions nouvelles. J’avais le même sentiment que pendant un match de Coupe de France, quand on a peur que le petit poucet se fasse manger à la fin. C’était presque de la superstition, à tel point que pendant les cinq dernières minutes, j’ai laissé en plan mes quinze potes qui étaient venus à la maison et je suis sorti faire les cent pas dans la rue, je ne pouvais plus regarder. Pour la France, la confiance était supérieure parce que c’était la cinquième qualification en demi-finales que je vivais. Mais à la fin, la joie était tout aussi intense : vivre un France-Maroc à la Coupe du monde, ça devait rester un rêve, et aujourd’hui, c’est bien réel.

Dans un coin de ma tête, je me disais que peut-être que ce serait mieux que ce France-Maroc n’ait pas lieu, connaissant les risques politiques que ça allait impliquer, c’est terrible !

Malheureusement, il semblerait que certains se focalisent davantage sur les potentiels débordements qui pourraient en découler, plutôt que sur le match en lui-même.Je l’avais un peu anticipé, mais ça me rend super triste. Avant les quarts de finale, dans un coin de ma tête, je me disais que peut-être que ce serait mieux que ce France-Maroc n’ait pas lieu, connaissant les risques politiques que ça allait impliquer, c’est terrible ! Finalement, heureusement que c’est arrivé et ça n’empêchera pas Eric Zemmour de faire ses tweets dégueulasses, ni une partie de la France de penser d’abord aux aspects sécuritaires, plutôt que de se demander d’où viennent ces liens avec le Maroc. Parce qu’ils ne viennent pas de nulle part, et ce match est une bonne occasion de raconter l’histoire franco-marocaine. C’est pour ça que j’accepte de parler : je ne veux pas laisser le débat public à celles et ceux qui vont profiter de cette demi-finale pour tenir des discours quasi racistes.

Quelle serait la première chose que vous aimeriez dire alors ?Que je ne me suis jamais autant senti français pendant cette Coupe du monde. Parce que j’ai le sentiment que ma part de marocanité est reconnue et que j’ai le droit de le dire en tant que binational et biculturel. Évidemment, je ne suis pas naïf sur les discours qui vont être tenus, mais encore une fois, s’il y a des Marocains en France, c’est pour des raisons historiques. Quand mon père est arrivé en 1970, c’est parce qu’on avait besoin de main-d’œuvre. Manque de pot, il a rencontré une Française, il est resté et c’est pour ça que moi, je suis là aujourd’hui.

Je suis né en France, je parle français et très mal arabe, je me sens donc évidemment pleinement français, tout en ayant cet amour du Maroc qui m’a été transmis par mon père et ma famille qui réside en grande partie au Maroc.

Ça vous semble pertinent de parler de double identité ?Moi, je n’en ai qu’une : celle d’un Français d’origine marocaine, et c’est ma façon à moi d’être français. Je suis né en France, je parle français et très mal arabe, je me sens donc évidemment pleinement français, tout en ayant cet amour du Maroc qui m’a été transmis par mon père et ma famille qui réside en grande partie au Maroc. À l’adolescence, cette double culture m’a posé pas mal de problèmes de construction que j’ai fini par résoudre grâce à un petit passage chez le psy pendant trois-quatre ans. Aujourd’hui, je la vois comme un plus. Je ne suis pas dans le ressentiment.

C’est un peu ce qu’on a pu voir pendant les célébrations post-victoires du Maroc : une démonstration de cette double culture plutôt que celle d’un ressentiment ou d’une revanche envers l’ancienne puissance coloniale.Exactement. Après la qualif’ contre l’Espagne, je sortais du studio et je suis allé me balader sur les Champs. Ce que j’ai trouvé hyper beau, c’est qu’il y avait plein de familles, de femmes, mais aussi de Français qui ne sont pas d’origine marocaine et qui semblaient vraiment heureux pour le Maroc. On l’a d’ailleurs vu avec les nombreux drapeaux marocains et français brandis côte à côte, donc on sentait une vraie communion et une forme de fierté, mais pas dans le mauvais sens du terme.

Je ne veux pas rentrer dans le débat religieux, il y a selon moi dans cette présence marocaine quelque chose qui va au-delà de la question panafricaine ou panarabe, c’est la revanche des petits contre les gros.

L’autre rôle que l’on prête à cette équipe du Maroc, c’est celle d’un porte-étendard panafricain ou, en tout cas, panarabe. On l’a vu avec le soutien de la communauté algérienne envers leurs voisins. De quoi espérer que cesse le tabou d’une opposition entre la France et un pays nord-africain ?Dans le cas de cette opposition historique, puisque c’est une première en Coupe du monde, je préfère que l’on parle d’« histoire franco-marocaine », même si elle peut être vécue et ressentie différemment par les Français d’origine algérienne, tunisienne ou arabe. Je pense que le Maroc et l’Algérie n’ont pas la même histoire avec la France. Le Maroc était un protectorat, pas une colonie, et la présence française a duré 44 ans, ce qui est loin des 132 ans en Algérie, et elle ne s’est pas terminée par une guerre. D’ailleurs, quand on parle de réconciliation et de mémoire, c’est plus souvent vis-à-vis de la France et de l’Algérie que de la France et du Maroc. Alors, peut-être que le rapport historique franco-marocain est plus apaisé, même si le présent est un peu tendu par rapport à la question des visas alloués aux Marocains, ce qui peut provoquer une sorte de ressentiment vis-à-vis du fait que la France ne les accueille pas comme elle le devrait aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas transposer le fantasme franco-algérien sur ce match France-Maroc, parce que les deux pays ont une histoire différente. En ce qui concerne le rôle de porte-étendard, Walid Regragui l’a dit dès les huitièmes : « Maintenant, on y va pour toute l’Afrique », pas « pour le monde musulman », je trouve ça important de le préciser. Et c’est pour ça que de nombreux peuples se reconnaissent dans le Maroc, on aime bien que le petit Poucet déjoue les pronostics, comme en Coupe de France, c’est ça qui rend les émotions encore plus fortes. Après, il existe certainement une fierté musulmane, mais ce n’est pas à moi de la commenter.

L’Angevin que vous êtes ne doit pas rester insensible à la présence de Sofiane Boufal et Azzedine Ounahi dans l’effectif.Totalement, ça rejoint ma propre histoire. J’ai beaucoup joué au foot à Angers, là où Boufal est né et dans le club où Dayot Upamecano évoluait quand il était jeune. Donc j’ai des liens partout, au-delà de ma double culture.

Je trouve super de voir qu’en zone mixte, les mecs parlent français, arabe, espagnol, néerlandais ou italien. C’est vraiment le symbole de l’histoire de l’immigration entre le Maroc et l’Europe.

Est-il selon vous plus simple pour la jeune génération actuelle de porter cette double culture que pour vous à l’époque ?Je ne sais pas, peut-être, il faudrait le leur demander. En tout cas, je pense qu’ils ont un discours assez décomplexé par rapport à ça. Plus le temps passe, plus l’histoire de l’immigration deviendra ancienne, et plus ce sera simple. C’est le cas pour un Français d’origine italienne ou polonaise aujourd’hui plutôt qu’il y a 70 ans. Le temps fera son œuvre. En attendant, je trouve super de voir qu’en zone mixte, les mecs parlent français, arabe, espagnol, néerlandais ou italien. C’est vraiment le symbole de l’histoire de l’immigration entre le Maroc et l’Europe. On ne pourra plus dire que le sport n’est pas politique, évidemment qu’il l’est. Quand c’est comme ça, c’est beau. Et je croise les doigts pour que ça le reste.

On imagine que vous avez vu la vidéo de Sofiane Boufal qui demande à un journaliste arabophone de reposer sa question en français.(Rires.) Oui, mais moi, je l’aurais probablement coupé avant ! On voit bien qu’en ce qui le concerne, se sentir marocain ne se résume pas à la langue. Un pays, c’est une famille, une culture, la langue en fait partie, de la musique…


Ce n’est donc pas défini que par le prisme de la langue ou de la religion.Surtout pas par une religion. Je pense qu’il faut que ceux qu’on appelle les musulmans en France redeviennent des arabes, et après, s’ils veulent être musulmans, tant mieux pour eux. En tout cas, moi, je ne suis pas franco-musulman, je suis franco-marocain.

Quoi qu’il arrive, maintenant je sais que je vais suivre cette Coupe du monde jusqu’au bout, puisque dans tous les cas, j’aurai une équipe en finale.

En conclusion, est-ce que c’est à côté de la plaque de demander à un Franco-Marocain qui il supportera ce mercredi soir ?Non (rires), mais je ne le sais pas ! Je me pose la question depuis samedi dernier et je pourrais presque faire une expérience anthropologique : qu’est-ce que je vais ressentir quand le ballon va s’approcher du but français ? Ou du but marocain ? Je vais être à la fois excité qu’il y ait un but et, en même temps, dégoûté pour l’autre équipe. Donc je n’en sais rien, je vais le découvrir au moment du match. En tout cas, je suis super impatient, car c’est l’occasion de célébrer l’amitié et l’histoire franco-marocaine. Mais quoi qu’il arrive, maintenant je sais que je vais suivre cette Coupe du monde jusqu’au bout, puisque dans tous les cas, j’aurai une équipe en finale.

Le procès des accusés de France-Maroc annulé

Propos recueillis par Julien Duez

Photos : Nathalie Guyon-FTV et Icon Sport.

À lire aussi
Logo de l'équipe Maroc
Melbourne, Australien, 24.07.2023: Sara Däbritz (Germany) kontrolliert den Ball waehrend des Spiels der Group H - FIFA Women's World Cup Australia &amp; New Zealand 2023 zwischen Deutschland und Marokko im Melbourne Rectangular Stadion am 24. July 2023 in Melbourne, Australien. (Foto von Andrew Wiseman/DeFodi Images) Melbourne, Australia, 24.07.2023: Sara Däbritz (Germany) controls the ball during the Group H - FIFA Women's World Cup Australia &amp; New Zealand 2023 match between Germany vs Morocco, Germany vs Morocco at Melbourne Rectangular Stadium on July 24, 2023 in Melbourne, Australia. (Photo by Andrew Wiseman/DeFodi Images) - Photo by Icon sport
Melbourne, Australien, 24.07.2023: Sara Däbritz (Germany) kontrolliert den Ball waehrend des Spiels der Group H - FIFA Women's World Cup Australia &amp; New Zealand 2023 zwischen Deutschland und Marokko im Melbourne Rectangular Stadion am 24. July 2023 in Melbourne, Australien. (Foto von Andrew Wiseman/DeFodi Images) Melbourne, Australia, 24.07.2023: Sara Däbritz (Germany) controls the ball during the Group H - FIFA Women's World Cup Australia &amp; New Zealand 2023 match between Germany vs Morocco, Germany vs Morocco at Melbourne Rectangular Stadium on July 24, 2023 in Melbourne, Australia. (Photo by Andrew Wiseman/DeFodi Images) - Photo by Icon sport
  • Mondial 2023
  • 8es
  • France-Maroc
Anissa Lahmari : « Il n’y avait pas de mots, juste de la joie et des pleurs »

Anissa Lahmari : « Il n’y avait pas de mots, juste de la joie et des pleurs »

Anissa Lahmari : « Il n’y avait pas de mots, juste de la joie et des pleurs »
Articles en tendances
Logo de l'équipe Bologna
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara
Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium
In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
  • Italie
  • Bologna
Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nice
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Lyon-Nice (1-0)
L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L&rsquo;OGC Nice très remonté contre l&rsquo;arbitrage
22
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
  • C3
  • Barrages
Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille

Revivez Shakhtar Donetsk - Olympique de Marseille
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l&#8217;emporte aux forceps à Nantes
Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Le facteur Kyks
  • C1
  • 8es
  • PSG-Real Sociedad (2-0)
Le facteur Kyks

Le facteur Kyks

Le facteur Kyks

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

10
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

France

Maroc

Sofiane Boufal

31
17 Cengiz UNDER (om) during the Ligue 1 Uber Eats match between Marseille and Troyes at Orange Velodrome on April 16, 2023 in Marseille, France. (Photo by Anthony Bibard/FEP/Icon Sport)
17 Cengiz UNDER (om) during the Ligue 1 Uber Eats match between Marseille and Troyes at Orange Velodrome on April 16, 2023 in Marseille, France. (Photo by Anthony Bibard/FEP/Icon Sport)
Revivez OM - Angers (3-1)

Revivez OM - Angers (3-1)

Revivez OM - Angers (3-1)
12
Revivez Angers-PSG (1-2)
Revivez Angers-PSG (1-2)

Revivez Angers-PSG (1-2)

Revivez Angers-PSG (1-2)

Dayot Upamecano

Logo de l'équipe FC Bayern München
Ejection of Dayot Upamecano of Bayern Munchen by the referee Francois Letexier during the Champions League football match between SS Lazio and FC Bayern Munchen at Olimpico stadium in Rome (Italy), February 14th, 2024./Sipa USA No Sales in Italy - Photo by Icon Sport
Ejection of Dayot Upamecano of Bayern Munchen by the referee Francois Letexier during the Champions League football match between SS Lazio and FC Bayern Munchen at Olimpico stadium in Rome (Italy), February 14th, 2024./Sipa USA No Sales in Italy - Photo by Icon Sport
Upamecano répond aux insultes racistes à son encontre

Upamecano répond aux insultes racistes à son encontre

Upamecano répond aux insultes racistes à son encontre
01
Revivez Manchester United-Bayern (0-1)
Revivez Manchester United-Bayern (0-1)

Revivez Manchester United-Bayern (0-1)

Revivez Manchester United-Bayern (0-1)
22
Revivez le nul des Bleus en Grèce
Revivez le nul des Bleus en Grèce

Revivez le nul des Bleus en Grèce

Revivez le nul des Bleus en Grèce